De la police politique et des mensonges médiatiques

Cet article prend un fait en exemple pour démontrer et dénoncer certaines politiques menées par Emmanuel Macron, notamment son dérapage sécuritaire. Ces politiques s'inscrivent dans la continuité de ce qui est mené depuis plusieurs décennies.

Les 25 et 26 Mars 2019, s’est produit un événement qui confirme l’existence d’une police politique et les mensonges perpétrés par les médias.

Les faits : 25 Mars, fin d’après-midi. Cédric D, membre du collectif Désarmons-les ! impliqué dans la lutte contre les violences policières, reviens en train d’une conférence sur le maintien de l’ordre à Bayonne. Il a amené dans sa valise des munitions vides d’armes utilisées par les forces de l’ordre lors des manifestations en France afin d’illustrer ses propos. Il est attendu gare Montparnasse pour être interpellé pour « port d’armes prohibé ».

Traitement par les médias : Dans la foulée, nos grands médias appâtés par la polémique rentable engendrée par ce fait dans un contexte de division sociale, transcrivent cet évènement. Cependant comme à leur habitude, aucun crédit n’est porté au prévenu et des mensonges éhontés sont proférés comme par exemple par LePoint, qui présente l’homme comme un extrémiste anarchiste, fiché S, presque terroriste. Selon ce « journal », Cédric a été interpellé avec « un véritable arsenal » d’armes « en état de fonctionnement ». Il a également cité une interdiction de séjour à Paris à l’encontre de Cédric.

 

Dès le début de la garde à vue, ses collègues de Désarmons-les ! publient un communiqué qui indiquent les faits et dans lequel ils dénoncent « une interpellation aux allures d’enlèvement » et une « police politique ». Ce qui serait justifié au vu des circonstances de l’arrestation mais aussi de l’activité contestataire de Cédric, radicalement opposée au bulldozer sécuritaire élaboré par l’Etat.

L’activité de Cédric consiste notamment à dispenser des conférences sur le maintien de l’ordre en France et des blessures de guerre qu’il provoque, la lutte contre les violences policières et le décompte des victimes de violences lors des manifestations des gilets jaunes.

Le 26 mars en fin de journée, l’avocate de Cédric, Maître Simon, rétablit la vérité notamment sur l’interdiction de se rendre à Paris levée plus de deux ans auparavant auprès de Check News. Aussitôt, la machine inverse ses vapeurs, qu’il s’agisse de la police ou de la presse. Cédric est relâché alors qu’il n’a pas réalisé les auditions qui lui avaient été promises et l’article de LePoint pour ne citer que lui est retouché.

De plus, l’avocate a porté plainte contre X car une taupe au sein de la police a violé son obligation de secret pour aller balancer ce qui l’arrange à la presse.

 

On remarque ici d’abord le travail de police politique qui trouve n’importe quel prétexte pour faire arrêter un individu dont les idées politiques ne convergent pas avec celles du pouvoir en place et le lui faire payer. Car ici, c’est grâce à un soutien médiatique que Cédric a pu être libéré rapidement et avec un simple rappel à la loi. L’issue aurait certainement été différente pour Monsieur-tout-le-monde.

On remarque également le travail de désinformation effectué par la police et la presse : la police qui se précipite pour tout balancer et la presse qui écrit d’infâmes mensonges pour justifier une arrestation arbitraire. D’un homme qui fait le décompte des victimes lors des manifestations et des conférences, on passe à un leader ultra violent de l’extrême gauche radicale.

 

Après tout, on ne fait ici qu’appliquer une vieille recette qui a largement fait ses preuves : on réprime la contestation et on agite le spectre du terrorisme pour justifier la dérive sécuritaire. Quand les français réaliseront-ils la nature autoritaire, presque fasciste, de leur gouvernement ?

Un gouvernement qui ment, qui pousse l’exécutif à tous les excès : on mutile, on tue (Zineb Redouane)… On s’en prend même à des street-medics qui pourtant portent le célèbre et reconnaissable symbole de neutralité : la Croix-Rouge !

HEUREUSEMENT QU’ON A FAIT BARRAGE AU FN !!!

 

 

Sources : https://www.liberation.fr/checknews/2019/03/26/un-militant-d-ultragauche-arme-de-grenades-a-t-il-ete-arrete-a-paris-lundi_1717552 - Libération

https://web.archive.org/web/20190326221742/https://www.lepoint.fr/societe/un-fiche-s-d-ultragauche-qui-transportait-des-grenades-en-garde-a-vue-26-03-2019-2303887_23.php - LePoint

https://desarmons.net/index.php/2019/03/26/ian-b-membre-du-collectif-desarmons-les-interpelle-a-paris/?fbclid=IwAR0_MdqzveEqAHF_BlCF9CSr8g5UTBy0vnP_VamMfgeHxBA-d0HPW_qSVc8

https://www.facebook.com/desarmons2012/posts/2545063765523482?__xts__%5B0%5D=68.ARBM07mq3NU6s30ZWzCVuOhRkd0wW1P1g-l-4X9Um9Za_zNYMpeYR8can_wloyceMKTyuGjHv8vlrdqd62h9Jcs2qjgnL0G6xOho03oa-0IlR20A_pVFHQik7fkuI0GTcaW-DZzsrQm5WWeU6bAUqd9GBE8sFyyQwc5bPEDafcVf5Jllafvlvg8BaEQQMjJrdXlZtPyWfQyrP91__V3jpW9muYm25Al16-Qa9XZBmiRMELS1ac1Gk6M1M7nM7Br7B0VwR64BFHuV1M8yaE0FIFf3enFmzkDN9ijmg_e0CY9Jfu9IpqGYaoJMS3NZB9_aKBnfalVLVhTQCI_Oogzz6vfB&__tn__=K-R communiqués du collecif Désarmons-les !

https://www.facebook.com/D%C3%A9nonciation-des-violences-polici%C3%A8res-contre-les-Street-m%C3%A9dic-250467865908638/ Ici vous pouvez constater par vous-même les violences policières commises sur les manifestants et street-medics

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.