La peur et la division ont gagné.

La peur du virus (réel danger pandémique incontestable) et l’agitation constante de cette peur par le(s) gouvernements(s), bien secondés par des médias perroquets (à l’exception de quelques uns) ont engendré un nouveau comportement du « citoyen ...

La peur du virus (réel danger pandémique incontestable) et l’agitation constante de cette peur par le(s) gouvernements(s), bien secondés par des médias perroquets (à l’exception de quelques uns) ont engendré un nouveau comportement du « citoyen » qui devient le propre (p)artisan de son enfermement. Plus besoin d’interdits, plus besoins d’arrêtés préfectoraux, municipaux ou de décrets gouvernementaux, ce sont ces nouveaux citoyens qui s’auto-gendarmisent et gendarmisent les autres.

 La peur savamment (et assez facilement) instillée par les dirigeants (et pas seulement en France) engendre de fait une division dans la population. Les pro vaccins contre les anti, les pro masques contre les anti… Avec stigmatisation des pro à l’encontre des anti,  qui deviennent de facto les premiers responsables du fameux taux d’incidence qui ne cesse de grimper.

Notre gouvernement – en fin stratège (…) - ne veut pas imposer la vaccination car ce serait contraire au principe de Liberté de nos choix en matière de santé et serait même illégal car toute personne a le droit de refuser un traitement (la loi est claire sur ce point), mais de l’autre il va petit à petit conditionner  toutes nos libertés à la vaccination. Libertés d’aller et venir, de se rendre au resto, cinéma, théâtre, manifestations diverses, piscines, plages voire même dans les grandes surfaces, conditionner un emploi à la vaccination etc. C’est sans doute ça la fameuse politique du « en même temps » cher au président de pas tous les Français.

Ce gouvernement nous annonce un calendrier de « retour à la normale » d’ici quelques mois  A CONDITION que la vaccination ait progressé de façon significative… Autrement dit, s’il n’y a pas de retour à la normale, la faute en incombera de fait aux inconscients-irresponsables- criminels qui n’auront pas voulu se faire vacciner. C’est le non moins fameux « diviser pour mieux régner » cher à bon nombre de Napoléons de tout poil…

On a déjà vu pointer des doigts accusateurs sur des infirmières qui avaient l’inconscience criminelle de venir faire leurs courses dans les mêmes super marchés que nous, ou l’impudence de vivre dans les mêmes immeubles ; on voit pointer des doigts accusateurs sur les inconscients-irresponsables- criminels qui ne portent pas le masque dans des espaces verts immenses ou des rues quasi désertes ; on a eu des coups de téléphone aux gendarmes pour dénoncer les inconscients-irresponsable- criminels qui osent se réunir  à plus de 6 ou 7 dans des gites pour fêter un anniversaire; on a déjà vu des pneus crevés sur des voitures d’inconscients-irresponsables- criminels venus se réfugier en campagne pour échapper au confinement des villes ; on va voir maintenant pointer les doigts accusateurs des gens « responsables » sur ces inconscients-irresponsables-criminels-égoïstes qui sont réfractaires à l’idée de se faire inoculer des substances dont on ne sait quasiment rien.

La peur et la division agités comme épouvantails pour  régner sans entrave et légiférer sans aucune opposition, ni sociale, ni parlementaire.

Nous vivons une époque formidable.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.