Gare au défaut de langage Manu !

La colère, la douleur et la violence sont de bien viles personnes.

Elles paralysent Emmanuel Macron notre riche, bon et jeune président qui se trouve encore être en marche.

Oui la colère, la douleur et la violence sont donc biens vilaines.

Des carnes pour tout vous dire.

Se mettre à un million contre un homme faible.

Faible au physique mais surtout au moral.

Voilà qui relève d'une lâcheté singulière.

On aura des difficultés à l'admettre mais se trouve là l'image même de la vérité.

Le malheureux Emmanuel n'en retrouve plus de sa superbe. Il est pétrifié, sans réponse, muet, se camoufle.

Mais la colère, la douleur et la violence sont un des langages du peuple.

Mais Manu lui, il suffoque, il n'y comprend rien tellement il n'y entend rien.

Pourtant Emmanuelle est bien français.

Le premier devoir d'un grand patriote n'est-il pas de respecter le dialecte de son pays natal ?

Mais le dialogue ne peut se faire.

On en appel alors au traducteur en la personne du premier ministre.

On tente bien une réponse mais c'est à croire que la question hurlée par le peuple à mal été interprétée.

Faute d'interprétation par faute de grammaire ou d'orthographe ou encore simplement de vocabulaire, à croire qu'à Matignon on fait autant défaut de patriotisme qu'à l’Élisée.

Attention cependant à ne pas confondre erreur d'interprétation ou faute de traduction avec du paiement de tête.

On veut bien croire que ces braves gens on du mal à comprendre les autres du haut de leur perchoir mais gare à eux de prendre la colère, la douleur et la violence pour des mots étrangers.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.