Injustice, un modèle bien Français.

Mardi soir dernier se tenait dans la salle du théâtre Dejazet, une conférence sur le thème de la justice et de la démocratie. Sous l'égide du club Djs en association avec MEDIAPART, de très bons orateurs (Pierre Joxe, Elisabeth Guigou par exemple) étaient là pour traiter du thème ou, plutôt, des thèmes : Justice et Démocratie.

C'est le reproche principal que je ferai pour cette soirée débat. Trop de thèmes étaient abordés sans vraiment être, du coup, traités.

Indépendance de la justice,

Indépendance de la presse,

Réforme du juge d'instruction,

Réforme de la garde à vue,

Lien entre justice et police,

Justice des mineurs,

Des interventions très pointues, des analyses cinglantes... Pour l'état actuel de la justice française et des libertés individuelles aujourd'hui. Sur presque 2h30 de débat, à peine une grosse demi heure pour le jeu des questions réponses. Dans l'absolu chaque thème pouvait faire l'objet d'une soirée spécifique.

Du coup pourquoi ne pas aborder la question de la justice et démocratie, à l'inverse : injustice en démocratie. Car, en fait, en écoutant les différents intervenants, j'avais plus l'impression d'entendre des réquisitoires sur ce qu'est devenu notre pays au niveau de la justice. En dehors des grands principes fondateurs, je n'ai pas entendu d'exemple déterminant lors de cette soirée pour remédier aux maux de la justice actuelle. Pourquoi ne pas commencer par établir ce qui nous semble injuste dans un premier temps. Pour moi la question de la justice n'est qu'une pièce de puzzle global qu'est le pays France. Cependant cette pièce est tellement centrale.

Injustice / injustices Il y a pour moi des injustices au même titre que l'on peut parler de justiceS. Notre pays est ainsi fait, nous sommes encadrés par la loi et par des codes.

Prenons l'exemple de la scolarité, notre système scolaire impose qu'un enfant est une obligation de scolarité jusqu'à ses 16 ans. J'entendais sur « C dans l'air » (France5), un journaliste du « nouvel obs », considérer que parce que les jeunes redoublaient, ils étaient en échec par rapport au système scolaire...

C'est tout l'inverse qui se déroule dans les classes des collèges et lycées (le premier cycle étant à mon sens à dissocier du reste du système éducatif).

Aujourd'hui c'est bien parce qu'un élève ne va pas redoubler de façon systématique qu'il se retrouve progressivement en échec scolaire. Le redoublement n'étant pas la solution idéale pour remédier a une problématique.

Première injustice, c'est de considérer que les élèves avancent au même rythme.

Deuxième injustice, c'est le principe uniforme de l'égalité des chances sur l'ensemble du territoire. Je suis toujours étonné lors des reportages qui parlent de l'école au sens large, les établissements parisiens pour traiter de la mobilisation contre la reforme des retraites et le lycée ou collège de banlieue lorsque l'on traite de la violence.

Troisième injustice, et une des plus fatale, le fameux principe de 80% d'une classe d'âge au baccalauréat. Comment ne pas s'indigner devant ce principe qui du coup met en place l'échec pour certains (au moins 20%).

Un jeune ne redouble pas !

Non pas parce qu'il a le niveau scolaire, mais parce qu'il doit avancer dans sa scolarité.

Toi jeune tu dois atteindre une classe de baccalauréat avant tes 16 ans. Pourquoi ? Parce que après l'Etat aura fait son devoir envers toi. T'amener le plus loin possible le plus tôt possible. C'est pour cela que vous retrouverez en classe de baccalauréat des élèves ne sachant pour certains à peine lire et écrire. Compter ! Je n'en parle même pas !

Le système scolaire est perçu par beaucoup d'élèves comme une sanction et non pas comme un enrichissement de ce qu'ils sont. Et encore moins comme un investissement pour demain.

Je sais très bien que certains se réalisent dans le système scolaire actuel. Je n'ai pas l'impression que ce dont je parle ne concerne qu'une infime partie des élèves de nos établissements. Oui il y a de l'échec scolaire en France, c'est vrai ! Ce que l'on oubli de dire c'est que c'est le même système scolaire qui est à l'origine de cet échec. C'est bien parce qu'il ne va pas dans un sens logique de marche que cela dysfonctionne pour certains jeunes. Et je ne fais pas l'apologie du manque des moyens. L'argent est là (premier poste au budget de l'État), les personnels aussi. Alors que faire ?

Plus haut j'ai dit que le premier degré était à part. Tout se joue entre l'entrée en maternelle et la sortie en CM2 avant la 6ème de collège.

Comment peut-on aujourd'hui accepter qu'un enfant, baigné dans un groupe de 30 enfants en moyenne, puisse vraiment s'épanouir. C'est à cet âge là qu'il est le plus réceptif. Comment ne pas comprendre que l'apprentissage d'une langue étrangère sera plus facile avec un enseignant de langue maternelle. Pourquoi pensez-vous que les professeurs des écoles aient eu la possibilité d'être habilité à enseigner des langues étrangères, sinon que dans le but de réduire le coût financier de ces enseignants « spécialisés » et d'en demander plus encore aux professeurs des écoles.

Pourquoi ne pas raisonner à l'inverse, dans ces classes pas plus de 15 enfants, avec des missions simples. Tiens le socle commun des connaissances !

La difficulté dans les classes de collège et de lycée, ce n'est pas le nombre d'élèves par classe, 20, 25, 30, c'est déjà le cas ! 35 ou 40 alors !

Oui si ces élèves trouvent du sens à venir dans un établissement.

Oui si nous avons en face de nous des jeunes qui seront aborder de la lecture et de l'écriture, sans buter sur un mot sur deux.

Oui à la préparation des examens pour des jeunes en capacité de les réussir.

Notre système scolaire peut créer de l'injustice sociale dès l'âge de 3 ans. Il serait peut être temps de reconsidérer pourquoi nous imposons à un enfant d'être scolarisé pendant 13 ans au moins. Et surtout pour quels objectifs !

Voila une première injustice que je côtoie depuis près de 20 ans. Ce problème n'est pas d'aujourd'hui par contre il prend une importance considérable depuis plus de 5 ans.

 

A vous lire pour vos injustices et vos propositions de justiceS

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.