DSK, le piège ou piégé !

21 avril 2002, 15 mai 2011...

 

Le printemps n'est pas la saison de la gauche pourrait-on penser.

J'ai ressenti le même choc en ne voyant pas apparaitre la photo de Jospin à coté de celle de Chirac.

L'annonce de l'arrestation de DSK ma fait le même effet : un choc.

Depuis cette annonce je me pose la question suivante : pourquoi un tel sentiment ?

 

Tout d'abord je tiens à préciser que ce billet n'est ni accusatoire ni une tribune pour défendre DSK (ses avocats le feront bien mieux que moi !).

De plus et cela est matraqué par tout le monde, la présomption d'innocence doit être respectée.

la France n'est pas non plus un modèle d'éthique en matière de secret de l'instruction ou même de secret de l'instruction. Les média français savent palier à la non présence des caméras dans les prétoires. Nous faisons la même chose. D'ailleurs les images ont circulées en boucle sur l'ensemble des supports...

 

Ce qui me fait réagir c'est surtout sur la volonté de l'existance d'un complot !

 

Et dans mon entourage professionnel ou privé cette théorie semble bienancrée.

D'ailleurs pour 57 % des français d'après la une du monde de demain, DSK fait l'objet d'une machination !

 

A qui profite le crime ? Ben au président de la France, voyons !

 

Soyons sérieux !

 

La disparition de la candidature de DSK, est-elle une si bonne nouvelle pour le président-candidat ?

Il est de notoriété commune que notre président est très bon dans lapeau du candidat, avoir DSK en face de lui était un adversaire à sa mesure.

Le risque de l'éviction de DSK est que le président-candidat seretrouve au second tour en face de LE PEN!

 

Est-ce une si bonne nouvelle pour lui, on peut présager alors de lafin du scrutin, un président réélu.

Peut être avec moins de différence queChirac/LE PEN (dans cette hypothèse je n'irai pas voter au second tour de la présidentielle).

Je me dis que notre président-candidat a besoin d'une haute victoire et non d'une réélection par défaut.

 

Et le candidat de la gauche, me direz-vous ?

 

De ce que je lis en ce moment, j'ai déjà peur !

 

DSK, out ! La première secrétaire du PS doit y aller !

 

Pourquoi devrait-elle se lancer dans la course au pouvoir suprême en France.

Le problème cornélien de la gauche est peut être là justement. Y aller parce qu'il le faut !

Jospin avait-il vraiment envie d'être le candidat de la gauche en 2002 ?

 

Après tout il était un premier ministre reconnu et apprécié pour son bilan (je lui pardonne sa phrase sur sa naïveté ! A mon sens une énorme erreur stratégique de communication).

 

Je me souviens avoir espéré qu'il ne se présenta pas. Après tout il avait une mission, un job bien précis : gouverner la France!

Il n'a pas d'homme ou de femme providentiel. Seuls les événements du moment font l'homme ou la femme dans l'histoire.

 

Une des erreurs du PS est d'avoir considéré DSK comme le sauveur de la gauche et d'incarner l'alternative au président actuel.

 

Et maintenant il faudrait que la première secrétaire du PS se lance dans la bataille parce qu'elle devient légitime avec DSK hors jeu.

 

Ne faudrait-il pas en profité pour inclure un peu de déontologie dansle paysage politique actuel. Cela me dérange de savoir des hommes ou des femmes qui peuvent changer de casquettes presque du jour au lendemain. Je ne suis pas naïf au point que évidement tout un staff travaille avec ces personnalités. Mais je pense que de plus en plus que le politique multicarte vit ses derniers moments, enfin !

 

Le PS contrairement à ce que l'on pense vit un moment traumatique mais aussi une occasion inespérée de faire des primaires exemplaires.

Pour y réussir la patronne du PS doit restée à sa place. Et même s'ils sont dix candidats, au final il n'en restera qu'un.

 

Le quinquennat est une élection à trois tours et non deux. N'oublions pas les législatives qui suivront d'un mois les présidentielles.

 

Que serait un président réélu, comme lui, avec une cohabitation de cinq ans ?

La place de la première secrétaire du PS est à mon sens de ne surtout pas se précipiter. Chacun sa mission. On lui reconnait son travail pour la réunification des branches du PS. Pourquoi se précipiter dans le piège del'élection présidentielle!

 

Y-a-t-il eu, donc, complot contre DSK ?

 

Oui mais pas celui qu'on croit ou du moins pas dans les modalités, qui font penser à un scénario d' un thriller.

 

Comme Arnaud Montebourg avait pu dire que la "faiblesse" de Ségolène Royal était son compagnon. Je pense DSK est son propre ennemi.

Je ne m’étendrais pas sur sa vie privée. Mais je ne serai pas surpris que la droite ait misé sur une de ses faiblesses. Que DSK confirme lui même dans son entretien au journal Libération, "j'aime les femmes, et alors !"

 

A l'époque où DSK est favorisé par le président, beaucoup, comme moi, on pensé que ce n'était que pour l'éloigner de 2012.

 

Je pense aujourd'hui que l'idée était de peut être de le tenter commeun "gamin" (expression "cher" à PPDA) dans un magasin de sucreries.

 

La carrière politique au sein du FMI a déjà faillit s'arrêter pour DSK en 2008 avec, tiens donc, une histoire de "coucherie".

L'affaire actuelle fait comme un écho démultiplié avec celle d'aujourd'hui avec quand même une dimension pénale.

 

Dans l'hypothèse ou il serait innocenté, donc après un procès, il lui serait difficile de revenir sur les devants de la scène politique. Et puis soyons réalistes si la tactique que l'on pense être celle des avocats de DSK est de dire qu'il y a bien eu une relation sexuelle. Aujourd'hui je n'ai pas forcement envie de contribuer à l'élection d'un président à double facettes.

 

Les secrets de Mitterrand me reviennent en mémoire.

 

Cette affaire fait peut être apparaitre une ère nouvelle pour les hommes et des femmes en politique.

Il est temps maintenant de tourner la page a un système où tout est possible parce qu'on la décidé. Ou bien pire encore parce que des sondages disent que cette personne est la meilleure de toutes.

 

Le PS a une chance unique de montrer qu'il est un grand parti politique et responsable pour diriger les affaires du pays.

L'élection est dansun an !

La droite est heureuse de l'éviction de DSK et bien soit, acceptons cet état de fait, retroussons nos manches.

 

Je regrette vraiment que la candidature de Ségolène Royal n'ait pas eu le soutient que DSK avait alors qu'il n'était même pas candidat. Les choses auraient été différentes... Ça j'en suis convaincu.

 

DSK a d'autres choses à gérer, l'avenir de la France se fera sans lui maintenant.

 

Pour les personnes qui doutent encore, JFK, Presley, Jackson, Monroesont morts et enterrés.

 

Un bon complot c'est quand celui qui doit tomber n'est plus là pour se défendre.

 

JFK peut être...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.