Touche pas à ma RATP
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 nov. 2019

Catherine Guillouard (RATP), l’augmentation de trop?

La présidente de la Régie autonome des transports parisiens vient d'obtenir 50 000 euros d'augmentation dans un contexte socialement délicat pour l'entreprise. Ces émoluments s'ajoutent à ceux qu'elle touche en tant que membre du conseil d’administration d’autres groupes.

Touche pas à ma RATP
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

De quoi imposer l’image d’une femme d’argent sans scrupules, dont l’augmentation du pouvoir d’achat intervient alors que ses salariés s’apprêtent, eux, à lutter contre la précarisation de leur statut.

Un an après le déclenchement du mouvement des « gilets jaunes », certains grands patrons n'ont manifestement pas bien compris l'appel de ces derniers à davantage de considération et d'égalité. Comme à la RATP, où l'on a appris récemment que sa présidente, Catherine Guillouard, qui touchait déjà 300 000 euros annuels, venait d'obtenir une augmentation de sa rémunération de 12,5 % – soit 50 000 euros –, désormais fixée à 350 000 euros.

Mauvais timing

Ainsi que le rappelle, non sans une ironie grinçante, un blog hébergé sur « Mediapart », « 50 000 euros, ce n'est jamais que le salaire d'environ 25 machinistes, qui eux devront attendre très longtemps pour voir leur salaire faire un tel bond. » En termes d'écarts salariaux, nous sommes assez éloignés de ce que recommande toute règle éthique en matière de rémunération. « Car dans l'immédiat, le menu proposé pour le personnel roulant de la RATP est la diète... et une diète sévère », poursuit le billet.

Au-delà du chiffre (ronflant), le timing pose également question. Non seulement l'augmentation de Madame Guillouard intervient alors que la situation sociale de l'entreprise est au plus bas – un appel à la grève a d'ailleurs été lancé pour le 5 décembre prochain, qui devrait être « très suivi », ceci sur plusieurs jours. Mais cette offrande de 50 000 euros semble en totale contradiction avec les orientations de réduction des coûts de la RATP, qui cherche à être compétitive en vue de la mise en concurrence de son réseau de bus en 2024. Question exemplarité, la présidente de la RATP prendra donc le prochain métro.

Faute politique

Aide à la réponse. En 2018, un an après son arrivée à la RATP, celle-ci lorgnait déjà du côté d'Air France, dont elle se voyait PDG. Un poste bien plus rémunérateur (900 000 euros) que lui refusera pourtant sèchement la ministre des Transports, Elisabeth Borne. Retour sur (sous) terre, donc, à la triste réalité des émoluments de l'avare Régie. Non sans bénéficier tout de même d'une part variable de 100 000 euros venant s'ajouter à son salaire.

Catherine Guillouard, une femme d'argent ? Le titre est provoquant. Mais est-il injustifié pour autant ? Tandis que son départ de Rexel, pour désaccord stratégique, lui avait valu une indemnité de 1 627 076 euros (!),la patronne de la RATP touche également quelques jetons de présence au conseil d'administration d'Airbus (141 000 euros) et à celui d'Engie (113 114 euros). Au printemps dernier, Isabelle Kocher, la directrice générale de l'énergéticien, a toutefois mis fin à son mandat d'administratrice. Une raison suffisante pour exiger une augmentation compensatrice à la RATP ?

Visiblement, oui. Un constat qui incite à en dresser deux autres, assez problématiques : non seulement Catherine Guillouard, davantage intéressée par l'argent que par le poste, semble considérer son actuel boulot comme un « poste d'attente ». Mais on peut également légitimement s'interroger sur les raisons qui ont amené le gouvernement à accéder à sa demande d'augmentation dans le climat social actuel – au sein de la Régie mais pas que. Sans compter que Madame Guillouard est réputée pour la brutalité notoire de son management et son incapacité à pratiquer un vrai dialogue social avec les organisations syndicales. Sommes-nous en présence d'une belle faute politique ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre