touriste
Abonné·e de Mediapart

18 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 janv. 2022

Proverbe populaire: Inactifs aujourd'hui, Radioactifs demain.

Après la conversion expresse de Macron au tout nucléaire, le pire est devant nous.

touriste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En février 2017, Macron déclarait au WWF:  « Ça n’est pas bon d’avoir 75 % de notre énergie électrique qui dépend du nucléaire ».

Changement de cap à 180 degrés en novembre 2021.

« Nous allons, pour la première fois depuis des décennies, relancer la construction de réacteurs nucléaires dans notre pays et continuer de développer les énergies renouvelables ».

L'explication de ce revirement s'explique aisément, le capitalisme financier peine à trouver de nouvelles sources de profits.

Relancer l'industrie nucléaire leur semble une évidence, extrêmement lucrative comme le montre le désastre de Flamanville, une faillite technologique mais une source de profits intarissable.

Les capitalistes ont déjà marqués des points en Europe, dont les autorités envisagent de classer le nucléaire parmi les ressources durables. 

Très sérieusement et sans jeu mot. Car cette "durabilité" se mesure en siècles ... de contamination !

Néanmoins la commission prépare un projet d'investissement de 500 milliards.

Le moment est venu de sonner le tocsin. Et de ressortir le vieux slogan des années 70: Inactifs aujourdhui, Radioactifs demain.

Et pour ceux qui se soucient peu de laisser des poubelles radioactives à leurs enfants, autant préciser tout de suite que demain, parfois, cela veut vraiment dire demain : Cf Tchernobyl, Fukushima, et tous ceux que l'on nous cachés.

Le principe du nucléaire est simple, produire des matériaux (très) radioactifs, les exploiter et produire ainsi des tonnes de déchets radioactifs.

En passant on rappellera la dette exorbitante laissée aux générations futures. Le démantèlement des centrales actuelles va couter des dizaines de milliards et la gestion des déchets va durer des dizaines (centaines ?) d'années.

Quand aux conséquences sur la santé, et bien ce sera un peu comme avec le glyphosate, on n'en voit aucune. A court terme.

Mais 98% de la population est déjà positive au glyphosate dans les urines !

Et je vous laisse consulter la documentation médicale adéquate pour savoir ce qui va nous arriver si on laisse les intoxiqués du profit nous empoisonner avec le nucléaire et autres toxiques.

La campagne électorale de 2022 sera une occasion décisive pour tenter de stopper la folie nucléaire.

Et il faudra mettre les mains dans le cambouis.

Ceux qui réagissent en pensant: "je vais voter écologiste et le problème sera résolu" se trompent lourdement.

En France, chaque fois qu'un écologiste devient ministre, il prolonge l'autorisation du nucléaire. Ad Eternam.

Et même parfois il défend fermement l'industrie nucléaire !

En fait hormis les candidats alternatifs, qui n'auront peut être même pas le droit de se présenter, il n'existe aucun candidat qui puisse affirmer, de manière crédible, qu'il s'oppose au nucléaire.

Nous avons le choix entre une majorité de pour et quelques opposants qui sont aussi crédibles que Hollande martelant que "l'ennemi c'est la Finance" :)

Le choix est clair, laisser filer ou descendre dans la rue à chaque occasion de s'opposer au nucléaire.

D'autres pays ont réussi à interdire le nucléaire, on n'est pas plus bête. Enfin on ne devrait pas l'être.

Et les énergies renouvelables sont maintenant tout à fait efficaces.

En limitant notre gaspillage énergétique le nucléaire peut et doit disparaître. Ou devenir une énergie d'appoint transitoire.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin