touriste
Abonné·e de Mediapart

159 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 janv. 2023

touriste
Abonné·e de Mediapart

Retraites: Agir séparément est suicidaire !!

Etaler les grèves c'est les neutraliser.

touriste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On commence à voir plus clair dans la stratégie des différents syndicats afin d'empêcher le blocage du pays. Et conséquemment permettre la victoire de Macron par défaut de combativité. Tout en préservant leur réputation de farouches défenseurs des salarié(e)s.

La thèse officielle c'est que l'on pourrait tout bloquer afin d'obliger Macron à céder. Enfin quand je parle de thèse officielle, il s'agit seulement de quelques grands syndicats, d'autres grands syndicats tels que la CFDT CGC CFTC s'interdisent absolument tout blocage.

Dans les faits la méthode de lutte préconisée repose sur les deux outils perdants de 2010:

  • D'une part la répétition des manifestations rituelles, sans résultats et sans perspectives
  • D'autre part de nombreuses grèves sectorielles isolées et bien espacées dans le temps

La répétition des manifestations inefficaces va épuiser les manifestants et casser la dynamique de lutte débutée le 19 janvier et le 31 janvier (qui serait une manifestation non moins importante !)

La dispersion des grèves va atténuer leur efficacité en permettant au gouvernement de réagir aisément et au coup par coup.

Je ne dispose pas de toutes les informations mais au moins quatre grands secteurs sont prêts à agir:

  • Les cheminots: deux jours de grèves les 7 et 8 février, éventuellement reconductibles. La RATP fera 1H de grève à partir du 31 janvier.
  • L'énergie: peut être du 6 au 8 février. 
  • L'éducation nationale: les syndicats, mais pas tous, proposent de faire une grève reconductible à partir du 31 janvier. 
  • La chimie: la branche pétrole de la CGT ce sera le 26 et 27 janvier. Les dockers aussi.

Le scénario qui se dessine est celui de 2010. Avec des grèves sectorielles bien distinctes. Et inefficaces.

Surtout que nombre de salarié(e)s hésitent à partir en grève reconductible s'il n'y a pas un mouvement d'ensemble. La perte financière est importante et ne se justifie que s'il existe des chances raisonnables de victoire.

Or des grèves isolées sont inefficaces dans la mesure ou le pouvoir peut les combattre une par une. Par la communication en les désignant comme une minorité de "privilégiés" nuisibles. Et par la répression qui peut cibler plus facilement un groupe réduit. Cf EDF.

A ce sujet il est pour le moins étonnant d'entendre certains syndicats conseiller des actions illégales qui vont conduire les salarié(e)s en garde à vue. Et tenter de remplacer la mobilisation de masse par de l'action spectacle ?

Par principe, je n'ai rien contre une certaine dose d'anarchie lorsqu'elle est créatrice et constructive, mais pour bloquer un pays il faut un minimum d'organisation. Pour essayer de synchroniser les grèves.

Actuellement deux dates émergent, soit autour du 31 janvier, soit vers le 7 février. 

Ce qui revient à diviser nos forces par deux au profit du gouvernement.

Les grèves vont s'étaler de janvier à début mars. Facilement "neutralisables" par le gouvernement elles seront inefficaces.

C'est très étonnant d'entendre les dirigeants syndicaux prôner le "tous ensemble" et favoriser en pratique la dispersion des forces. Or l'intersyndicale refusera toujours d'appeler à une coordination des luttes qui ferait chuter le gouvernement.

Tous les prétextes sont bons:

  • pour préserver l'unité syndicale on s'aligne sur les moins combatifs, donc pas de blocage
  • les salarié(e)s auraient peur de perdre de l'argent à cause de l'inflation, (mais perdre la retraite non ?)
  • il faut laisser les gens agir tous seul dans leur coin, au nom de la "démocratie"
  • il ne faut pas s'aliéner la population, (même si elle approuve ?)
  • Et j'en passe surement des meilleurs ...

Dont acte. Mais maintenant concrètement on fait comment ? 

La première question à résoudre consiste à trouver une date unique pour démarrer les reconductibles dans les secteurs qui peuvent partir en grève dès maintenant. Outre ceux que j'ai cité il y a en a de nombreux dans le public et le privé mais ils attendent un signal clair afin de ne pas se lancer dans une grève couteuse et perdante !

Personnellement la date du 31 janvier après une méga manifestation me parait intéressante et pourrait être mise en avant partout dans les AG. Le 7 février convient aussi, la moyenne des deux dates est également une solution. Enfin tout sauf l'étalement sur deux mois.

Quoiqu'il en soit il faut revenir au basique:

Pour gagner c'est tous et toutes ensembles ! 
Et donc au même moment !!

Espérons que l'étincelle qui embrase la plaine jaillira quelque part, mais en l'organisant un peu ce serait quand même plus sur :)

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France

Affaire Pellerin : la fuite judiciaire qui menace l’Élysée et le ministère de la justice

Le député Emmanuel Pellerin, visé en septembre dernier par une enquête en lien avec sa consommation de cocaïne, a été prévenu des investigations en cours, pourtant censées rester secrètes. L’élu des Hauts-de-Seine affirme que l’information lui a été transmise par Thierry Solère qui lui aurait dit la tenir du ministère de la justice. Le conseiller politique du président de la République et Éric Dupond-Moretti démentent.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal — France

Le député Pellerin : la cocaïne en toute impunité

Député des Hauts-de-Seine de la majorité présidentielle, l’avocat Emmanuel Pellerin a consommé de la cocaïne avant et après son élection à l’Assemblée en juin dernier, d’après une enquête de Mediapart. Confronté à nos éléments, il a reconnu cet usage illégal. Saisie en septembre dernier, la justice n’avait pourtant pas souhaité enquêter.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal

TotalEnergies est visée par une enquête préliminaire pour mensonges climatiques

Selon nos informations, la multinationale pétrolière est l’objet d’une enquête ouverte par le parquet de Nanterre à la suite d’une plainte au pénal pour « pratiques commerciales trompeuses ». Ce délit ouvre la voie à des sanctions pour « greenwashing ». Une première en France.

par Mickaël Correia

Journal

TotalEnergies : l’heure des comptes

TotalEnergies sait que ses activités sont nocives pour le climat depuis 1971. Pourtant, le géant pétrolier continue d’émettre autant de gaz à effet de serre que l’ensemble des Français·es. En pleine crise énergétique, TotalEnergies a annoncé début 2022 un bénéfice record de 14 milliards d’euros. Retrouvez ici nos articles et nos enquêtes sur une des multinationales les plus polluantes au monde.

par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog

Nous, les banni·e·s

À travers son nouveau podcast « Nous, les banni·e·s », La Cimade a décidé de donner la parole aux personnes étrangères qui subissent une décision de bannissement. Pour illustrer la violence des interdictions de retour sur le territoire français (IRTF), 5 témoins partagent leurs histoires, de leur départ vers la France jusqu’aux difficultés d’aujourd’hui.

par La Cimade

Billet de blog

SOS solidarité pour famille intégrée en péril

Le recours contre l'OQTF du 6-12-22 a été rejeté. Cette famille, avec trois jeunes enfants est menacé de mort dans son pays, risque l'expulsion. Conséquence immédiate : logés au CADA (hébergements demandeurs d'asile) de Cebazat, ils seront à la rue le 31 janvier et si le 115 ne répond pas ce jour-là ou ne propose rien... SOS solidarité rapide et concrète dans ce billet. A vous de jouer.

par Georges-André

Billet de blog

OQTF : la réalité derrière ces quatre lettres

À cause de l'OQTF, j'ai perdu mon travail étudiant. Je me suis retrouvé sans ressources du jour au lendemain, sans rien. C'est très dur, car je cotisais comme tout le monde. Avec ma compagne, on attend une petite fille pour juin prochain. D'ici là, je dois me terrer. J'ai l'impression de vivre comme un rat, j'ai tout le temps peur de tomber sur la police. Je ne suis certes pas Français, mais j'aime la France comme j'aime le Sénégal.

par Couzy

Billet de blog

Appel contre l’immigration jetable et pour une politique migratoire d’accueil

Nous appelons à la mobilisation contre le nouveau projet de loi du gouvernement, qui s’inscrit dans une conception utilitariste et répressive des personnes étrangères en France. S'il était adopté, il accentuerait encore le fait qu'elles sont considérées comme une population privée de droits, précarisée et livrée à l’arbitraire du patronat, de l’administration et du pouvoir.

par association GISTI