Madagascar : alerte aux fraudes

La Grande île va vivre sa présidentielle. Alors que la campagne se déroule bien, avec 2 candidats - Rajoelina et Ravalomanana - qui écrasent la concurrence (le sondage de la sérieuse Fondation Friedrich-Erbert donnait Rajoelina à 25%, Ravalomanana 17%, Hery Rajaonarimampianina 4%), les risques de fraudes sont réels, avec des éléments qui incriminent le Président sortant.

capture-d-ecran-2018-11-06-a-07-57-35

Depuis plusieurs mois, les soupçons de préparation d’une fraude à grande échelle à l’élection présidentielle malgache sont sur toutes les bouches des observateurs de la vie politique du pays. Nombreux sont les candidats qui s’en inquiètent, citant tour à tour les faux bureaux de vote, les régions entières acquises à Andry Rajoelina ou à Marc Ravalomanana dans lesquels les électeurs ne peuvent – ou très difficilement – obtenir leur carte électorale.

Que font les hélicoptères du Président sortant ?

Une polémique est née récemment au sujet des hélicoptères du Président sortant, Hery Rajaonarimampianina. Une vidéo montre un hélicoptère de ce même candidat acheminer de l’argent à Antsohy, dans la région de Sava le 3 novembre vers 10h du matin. La vidéo, pris par un journaliste Malagasy, montre 2 véhicules 4x4 recueillir de l’argent, sous l’escorte de 2 policiers. Il faut savoir que depuis plusieurs semaines, il existe de forts soupçons d’utilisation de l’argent public par le candidat numéro 12 pour financer sa campagne. Qu’en est-il ? Le Président sortant utilise-t-il l’argent du Trésor Public ?

capture-d-ecran-2018-11-06-a-08-24-53

Comment les candidats s’organisent-il pour parer à la fraude ?

capture-d-ecran-2018-11-05-a-16-16-49-3
Chez Ravalomanana, 50,000 assesseurs vont être placés dans le maximum de bureaux de vote. Chez « TGV », le candidat Rajoelina, 75,000 assesseurs seront également positionnés dans tous les bureaux de vote. Une opération « Zéro fraude » a été mise en place qui permet aux électeurs d’appeler pour signaler toute fraude. Même si certains diplomates expriment de réelles craintes, les observateurs internationaux, notamment de l’UE, sont plutôt positifs sur le déroulé de la campagne…jusqu'à maintenant.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.