Journal d'un sans-abri : #27/07/2021

Je règle les derniers impératifs avant de quitter le logement. J'anticipe, la boule au ventre, j'y vois un peu plus clair, mais il reste encore pas mal à faire avant la rue.

11:23

J’attends les gens de l’Armée du Salut, je suis boulversé, c’est difficile de se détacher de sa vie, c’est comme une multitude de petites morts, tu retiens tes larmes, tu te menaces de représailles si une seule se manifeste, non pas pour être tyrannique, non, mais pour ne pas sombrer dans le chagrin, il n’y a rien de pire que le chagrin, le chagrin tue l’esprit et il tue le corps, je l’ai déjà vu en action, c’était pas beau voir, demande à Djonam, je l’avais prié de m’accompagner parce que j’en avais des hauts-le coeur d’aller le rencontrer seul.
C’était un jeune peintre et poète, il devait avoir une vingtaine d’année et j’étais de quelque années son ainé, je l’avais rencontré un an auparavant, il s’était présenté avec son père dans mon atelier de la Rue Tonduti de l'Escarène à Nice, il était en pleine forme, mais le chagrin l’a emporté, sa copine l’a quitté, il n’a pas supporté la séparation et son esprit a sombré tellement bas, que son corps l’a lâché, il pouvait plus se nourrir sans un catheter.

J’y pense souvent depuis, l’émotion que je garde de notre relation est la limite de la profondeur que ma tristesse peut atteindre, je ne l’ai jamais revue depuis.

J’essaie de me projeter dans trois jours, quatre jours, cela va vite passer, je suis tendu.

12:00

J’attends qu’on récupère les appareils électroménager pour nettoyer l’appartement et y voir plus clair, tous ces objets obstruent ma vision.

Je projette de partir sur la coté atlantique, voir la mer, mais je n’ai pas un euro et je n’ai plus rien à vendre, tout ce que j’ai récupéré comme argent a servi à renflouer mes dettes .... (voir texte original). À ce jour, je suis a - 300 euros, et cela va faire 15 jours minimum, que je n’ai pas utilisé ma carte. Sans même que tu es besoin de faire quoique se soit, tu es ponctionné sur ton compte.

Comment collecter de l’argent ?. J’ai des t-shirts, des polos, des céramiques à vendre, mais je n’ai pas de sac, j’ai deux valise à roulettes, mais pas de sac à dos, donc, il faut que je trouve un sac à dos de randonnée.

J’ai les spaceship de la mission «  Go to 2050, meet Alien » qui sont revenus de l’exposition, qu’on avait réalisé avec Kristina et Djonam à Genève en 2009, « l’Escavation », j’en ai une vingtaine, mais c’est lourd de la porcelaine et est-ce que je suis sûr de les vendre en chemin, mais il faut que je prenne le risque, je ne peux pas me permettre de m’engager sur les routes en simple vagabond, à mon âge, avec mon apparence, j’ai de forte chance de faire peur aux gens, il faut que j’associe un contexte à mon vagabondage, voir que je lui donne une dimension entrepreneuriale, je suis un artiste au travail.

Je vais essayer de passer par Amien, voir si les gens sont sympa là-bas.

J’ai gardé 3 livres pour mon voyage.

  • Le tome deux de la comédie humaine de Balzac dans la pléiade.
  • Le monde comme volonté et représentation de Schopenhauer.
  • Et le Robert & Nathan, grammaire de l’anglais que la mère d’Olivia m’avait offert pour que je progresse, j’espère que j’en aurai l’opportunité, il n’est jamais trop tard.

J’ai demandé à l’agent de l’armée du salut s’il avait un sac de randonnée à me procurer, mais, c’est négatif. J’ai encore 5 jours, je peux essayé d’échange une valise à roulettes contre un sac à dos, je vais faire une annonce sur le bon coin.

PayPal pour un refuse de prélèvement me met 6 euros de frais et je leur dois toujours les 65 euros. 

Orange m’alerte que l'accès à mes services sera limité aux numéros d'urgence sous 24h. Je dois régler sans délai par CB.

J’ai téléphoné hier pour couper internet mais il leur faut un justficatif de situation d’urgence pour couper la connexion sans payer des frais supplémentaires.

J’ai reçu un email de mon employeur, si je ne donne pas de nouvelle dans les 48 h je suis rayé des effectifs.

Dans 48 heures j’aurai peut-être une lettre de mon employeur m’informant que je suis licencié.

Je ne me soumettrai pas, je me soumets depuis 10 années, jusqu’à me soumettre à dormir sur un lit moisi les hivers à 13 degrés, je me suis soumis jusqu’a à abandonner ma santé, je prends le pari, qu’il se soumettront à ma dignité, je prends le pari, que je perde tout mais j’obtiendrai des excuses.

Il me faut de l’argent, il faut que j’arrive à sortir de Paris, il faut que je regarde quel RER ou train peut m’amener dans la direction de Asnières-sur-Oise, ensuite, je marcherai, en espérant tomber sur des gens généreux sur le chemin, je vais proposer mes services, je suis un constructeur, un bricoleur, échanger des bricolages contre de l’hospitalité, du confort et de la sécurité.

Jusqu’à maintenant je suis confiant, mais, il m’est déjà arrivé de faire du stop dans ma jeunesse, et déjà cela ne marcher pas, j’ai un visage trop sévère, je met un polo bleu ciel et mes interlocuteurs pensent que je suis policier, j’ai le regard trop profond, je fais peur, je le sais, j’intimide les gens, ils ne sont pas serein en ma présent, je sais que cela va être difficile, il me faudrait peut être une couverture médiatique, pour annoncer mon arrivé pour que les gens soit en confiance, j’aurai besoin d’eux, il faudra que j’ailles vers eux.

Moi qui me suis renfermé sur moi-même ces 10 dernières années, qui à étouffé chaque rapport d’amitié et d’intimité que j’avais construit, par peur de ne plus être à la hauteur, je ne sais même plus comment on fait pour entretenir une relation, j’ai le contact facile, les gens aiment bien me parler, jusqu’à un certain moment, ensuite, je ne sais plus quoi dire, je ne sais plus quoi faire, j’avais peur de rencontrer des gens alors que j’avais un logement, qu’est-ce que cela va être maintenant que je suis à la rue, avec mes compétences invisibles, mais, si je dois aller vers les autres, si j’en ai l’opportunité, j’irai, sinon, je laisserai les autres venir à moi, sinon, je marcherai seul, je lirai dans mon coin, j’en profiterais pour rattraper le temps.

L’agent de l’armée du salut viens de m’appeler pour me dire qu’il auront un peu de retard, l’équipe est prête mais il leur manque le véhicule. J’espère qu’il pourront passer, je ne sais pas trop quoi faire avec tous ses objets.

Tout à l’heure, en prenant conscience qu’il me fallait de l’argent pour partir, je me suis dis que j’aurai pu prendre le temps de vendre tout cela, mais finalement c’est trop tard, je me suis engagé, c’est bête.

Pourtant cela fait bientôt 2 mois que je sais que je dois partir, mais, j’ai pas réagis, je pensais pas que j’allais en arriver là, je pensais qu’un contribuable avec plus de valeur pour notre société, je pensais qu’on fessais plus de chose pour les motiver, pour les retenir.
Bien sur, je sais que ma part est symbolique, mais les symboles, s’est important, non ?.

Une fois que vous êtes confronter au vide, sois vous contemplez votre chute, soit vous essayez de battre des ailes. 

Je dois maintenant statuer sur un point important de mon voyage qui est le Covid, la covid, je ne sais pas. Comment faire ?. Je suis un peu à coté de la plaque sur ce coup là, comme je le disais tout à l’heure, jusqu’à présent je n’ai pas pris de risque réellement, je suis quasi tout le temps resté enfermé chez moi, ces années je n’étais pas bien pour voir du monde, je n’avais que des soucies à raconter alors que, j’avais une situation, mais je doutais, je procrastinais, je ne sais plus comment faire, je ne sais plus, si je peux le faire, si j’ai le droits de le faire, mais maintenant, il y a ce Covid, et si je veux bouger, il faut que je fasse quelque chose.

Cette vaccination me fait peur. Je ne suis pas contre les vaccinations. Je ne peux pas être contre les vaccination. Je souffre du au fait que je n’ai pas été vacciné contre l’hépatique B, comment être contre les vaccinations, mais je suis pour que l’on se donne le temps, mais je sais que je n’ai pas le temps, il faut que je me fasse vacciner. C’est payant le vaccin ?, j’ai pas suivis la chose, jusqu’à présent je me suis contenté de suivre la réglementation. J’ai pas mis le masque quand s’était interdit d’acheter des masques, j’ai mis les masques, lorsque s’était obligatoire de mettre les masques, je suis rarement sorti de chez moi, lorsque s’était autorisé de sortir de chez soi, et je sortais, grand max trente minutes quand on était confiné, je suis un homme sage, je suis un homme aujourd’hui, je dois donner l’exemple, c’était le deal, pour revenir à la normale le plus rapidement possible, et deux ans et demi déjà, il faut donc que je trouve le moyen me faire vacciner.

15:45

Les gens de l’Armée du Salut viennent de passer et je peux dire que je viens de vivre la première déception de mon voyage moi qui voulait donner pour ne plus solliciter de déception. Je pensais que j’allais pouvoir lui demander 20 euros, mais en faite, il est venu les poches vides. Il voulait tout prendre, il a tout prit, mais il n’a pas pensé a m’apporter un sac de randonnée, 20 euros ou un sandwich, alors que je lui ai dis que j’étais à la rue sans argent. 

15:59

Je pense qu’il y a des événement qui se jouent sans moi,
Je pense qu’il y a des événements qui se jouer contre contre,
Je n’en doute pas.

Paris

***

Parcourir les pensées de Demain

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.