LES OS USES DE DE CLOSETS

Haro sur les vieux accusés d’avoir sacrifié la jeunesse après avoir profité de tout. Quelle mouche a piqué le pourfendeur du « toujours plus » ?

 

Sélection naturelle? © Photo-Libre.fr Sélection naturelle? © Photo-Libre.fr
« On a sacrifié notre jeunesse pour protéger les vieux » ; cette sentence est-elle fondée ? François de Closets reproche à ceux qui ont eu 20 ans en 68 d’avoir trop bien profité de la vie et des générosités de notre système social ainsi que d’avoir gâché l’avenir de nos « têtes blondes » en pleine pandémie de COVID19. Cette antienne libérale remise au goût du jour affirme que le confinement « risque de faire plus de morts économiques que le virus aura fait de morts physiques ». Etrange tout de même, qu’aurait-il fallût faire ? Laisser crever les vieux ? C’est pourtant bien ce que la France a fait.Qui peut croire que le fait d’avoir obligé les enfants à faire un jeûne scolaire de quelques semaines les condamnaient à une vie foutue ? François de Closets devrait se remémorer son propre parcours scolaire (https://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_de_Closets) d’autant que ce nonagénaire se trompe de cible puisque ce ne sont pas les soixante-huitards qui sont au pouvoir mais la génération suivante !
La génération d’après guerre n’a pas été aussi privilégiée qu’on le dit, elle a connu les rationnements, la pauvreté et la famine (cf. Hiver 54), elle a connu la guerre d’Algérie, la retraite à 65 ans, les 40h, le SIDA et toutes ces maladies que l’on guérie aujourd’hui et ce serait bien ingrat de leur reprocher les acquis de 68. Quand à la dette qu’on reproche de faire porter aux générations futures c’est oublier qu’elle profite aussi à tous en terme de bien-être et de protection sociale, sanitaire et éducatif.
Enfin le citoyen De Closets reproche aux aînés le chômage des jeunes (21%) en omettant de rappeler que 60% des plus de 55 ans sont à la recherche d’emploi.
Le jeunisme de François de Closets pourrait passer pour du gâtisme s’il n’était tout simplement que de la mauvaise foi.

RomainDesbois

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.