QUAND LES MASQUES TOMBERONT …

Questions suite à cette dépêche de l'AFP : Coronavirus: la délivrance du Plaquenil, dérivé de chloroquine, encadrée

Lien vers la dépêche. 

Quelques questions :

Les effets secondaires pour les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde, lupus, et en prévention des lucites - allergies au soleil, seraient acceptables et ils ne le seraient pas pour les autres ?

La prescription pour le coronavirus nécessite-t-elle des dosages supérieurs à ceux administrés pour les maladies précitées ?

Un médecin de ville est-il insuffisamment compétent pour estimer le risque des effets secondaires ?

Pour info :

Traitement de la polyarthrite rhumatoïde :

Les antipaludiques de synthèse comme la chloroquine ou l’ hydroxychloroquine sont également utilisés en association avec le méthotrexate ou la sulfasalazine chez certains patients mais leurs effets indésirables potentiels au niveau oculaire imposent un examen régulier de la rétine;

Traitement du lupus :

L'hydroxychloroquine ( Plaquenil®) est prescrite systématiquement pour une très longue durée avec une surveillance ophtalmologique régulière.

Prévention des lucites :

2 à 3 comprimés (soit 400 à 600 mg d'hydroxychloroquine) par jour à débuter 7 jours avant le début de l'exposition solaire, puis à poursuivre pendant les 15 premiers jours

Ce dernier lien donne accès à la fiche du plaquenil (Hydroxychloroquine)

Pourquoi un médicament avec des effets secondaires parfaitement connus pour des maladies non mortelles à court terme, avec des traitements de longue durée ne peut-il être prescrit pour des situations d'urgence, avec les mêmes précautions que pour les affections déjà traitées ?

 

Il y a beaucoup d'autres questions à poser sur la gestion de la pandémie, chacun pourra les rajouter en commentaires.

 

Quand les masques tomberont ... 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.