V2Chardonnay
Militante des droits de l'homme, lutte contre l'extrême droite
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 mai 2022

Île Maurice : le poison des réseaux sociaux

Les réseaux sociaux sont sources d’informations, et même d’une sur-information qui dévie trop souvent vers le mensonge. Bien entendu, c'est le cas partout à travers le monde... Mais plus encore dans certains endroits où il est difficile de contrer la désinformation. Le cas mauricien est particulièrement révélateur à cet égard.

V2Chardonnay
Militante des droits de l'homme, lutte contre l'extrême droite
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le MV Wakashio

25 juillet 2020. L’île Maurice se réveille avec une marée noire sur ses côtes, dû au naufrage du vraquier japonais Wakashio. Plus de 1000 tonnes de carburant toxique se déverse dans les eaux et sur la côte. Alors même que les autorités déclarèrent immédiatement un état d’urgence environnemental et lancèrent un appel à l’aide international, de manière opportune l’opposition s’empara de la situation afin d’accuser le gouvernement, associé a des campagnes savamment menés sur les réseaux sociaux et plus particulièrement Facebook.

A l’instar du mouvement des gilets jaunes en France, tout un ensemble de complotistes et d’opportunistes se sont ainsi agrégés. L’une de ses pages, « Astère Chacha », a été fondé par un homme d’affaire, Rigg Needroo, diffusant aussi la propagande pro-Poutine. De même la page « Sel Solution Revolution » diffuse des informations locales en s’assurant de ne jamais les vérifier. Ces pages réunissent plusieurs dizaines de milliers de personnes, pour un pays, pour une population totale d’1,2 million d’habitants. La page « Sel Solution Revolution » regroupe plus de 85 000 membres. Proportionnellement, c’est comme s’il y avait en France un groupe Facebook de 4,75 millions de membres. Mais en y regardant de plus près, parmi les inscrits, un nombre de faux comptes en charge de diffuser les fausses informations est présent.

La récente augmentation des prix ressentie partout dans le monde est aussi l’occasion rêvée pour ses pages d’accuser les autorités. La page « La Kwizin News 3.0 » s’en était fait une de ses spécialités en faisant monter la colère sur les réseaux sociaux, mais aussi dans la rue.

Ces fausses informations sont dangereuses et néfastes pour nos démocraties. Elles visent à nuire à certains afin de favoriser d'autres, et il n’est pas rare de trouver derrière ces pages des personnes liées aux partis d’oppositions - un peu comme Florian Philippot en France . Un nom revient régulièrement à Maurice, Roshi Badain, du Parti Réformiste. 

Ceux qui diffusent les fake news et les pages qui les propagent volontairement sont souvent persuadés d'être suffisamment experts et sous-estiment l'ampleur de l’impact négatif qu’elles ont. Les internautes font malheureusement preuve de sur-confiance concernant les fake news. Dans un monde surchargé d’informations, les fake news jouent un rôle néfaste en accentuant des tensions, et en jouant sur les frustrations comme nous pouvons le voir avec la page « Mauritius Meme Page » ou encore sur la page « Astère CHACHA », avec un document concernant le nouveau stade de Côte d’or et la liste des nouveaux directeurs. Aucune de ces pseudo-informations ne sont sourcées et vérifiées correctement, ou ne sont contextualisés.

La gravité de la situation liée aux fake news s’est révélée le 22 avril 2022. Dans la soirée, l’île Maurice fait face à une violente fronde des habitants de plusieurs endroits à cause de la hausse des prix du carburant et des denrées alimentaires de première nécessité.

La page « La KwiZin news 3.0 », depuis retiré par Facebook à cause des appels à la violence, a indiqué, avec plusieurs publications, aux internautes ce qu’il fallait faire. Les publications diffamatoires, vulgaires, nuisibles et portant préjudice à certaines personnes ont été publiées pour aggraver la situation. Des appels à la violence contre les forces de l’ordre sont venus de cette page, suscitant l’indignation, y compris de ceux qui étaient abonnés, mais surtout de Facebook, qui, face aux signalements, a décidé de la supprimer la page. Malheureusement, cela n’a pas empêché des violences et de débordements dans les rues, faisant craindre un épisode similaire à ce qu’ont connu les Etats-Unis le 6 janvier 2021, sous l’impulsion du mouvement complotiste QAnon. Normalement, le but d’une publication est d’informer ou de dénoncer les injustices et non pour faire sensation et d’inciter à la violence. Or dans ces pages, les articles ou les photos en question étaient malveillantes et prônaient la violence. 

L’exemple mauricien incite à s’interroger encore une fois sur le rôle des fake news et de leur influence.  

Quels sont les moyens dont on dispose pour réagir et se protéger des fake news ?  

Pour y répondre, pour vous aider à y répondre, il existe plusieurs outils. Mais avant tout, il y a le bon sens ! Il faut se poser les questions suivantes :

- Qui a écrit cet article ?
- Qui a filmé ?
- Qui a enregistré ?
- Qui a dessiné ?
- Ou encore qui a photographié ? 
Une information vraie provient généralement d'un auteur qui s'identifie clairement au début ou à la fin de l'article ou de la vidéo comme nous pouvons le constater sur la page du journal « 5plus ».

Autres questions :
- Qui est cet auteur ?
- Est-ce un expert ?
- Un inconnu ?
- Quelle est sa légitimité à délivrer cette information ?
- Est-ce qu’éventuellement, ils citent des sources vérifiables ? 

Autres interrogations légitimes :
- où est publiée l'information ?
- Sur quel site ?
- L'éditeur, est-il un particulier ?
- Une association ou une entreprise ?
- Et ce site est-il une vitrine officielle, un blog ou un réseau social ?
- L’objectif du site, est-il de vendre ? 
- D'informer ?
- De militer ?
- De faire le buzz ?
Autrement dit, demandez-vous sur quelle assiette on vous présente ce que vous devez avaler. 

Mais aussi, de quelle nature est l'information qu'on vous propose ? 

Nous pouvons également échanger avec nos amis, notre famille et nos collègues qui sont une bonne façon de mettre la main sur les fake news. 

Évoquer une fake news, même pour en dénoncer le mécanisme fait-il aussi le jeu de cette infox qui se retrouve une fois de plus cité. Malheureusement elles finissent quand même par circuler. Du coup, la clé pour éviter la propagation des fake news, c'est donc de prendre le temps de vérifier l'information qu'on reçoit avant de la partager. Tout simplement.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Guerre d’Algérie : la parole aux héritiers
Elles et ils sont petits-fils et petites-filles d’indépendantiste, d’appelé, de harki, de pieds-noirs, de juifs d’Algérie, de militant à l’OAS. 
par Rachida El Azzouzi et Khedidja Zerouali
Journal — Économie
Chaos dans les aéroports : le symptôme d’une crise profonde
Alors que les salariés d’Aéroports de Paris entrent en grève, les délais et les annulations dans les aéroports devraient accompagner les voyageurs cet été. Une situation qui est le fruit des impasses d’un modèle dans lequel ce secteur s’est enfermé. 
par Romaric Godin
Journal
Paris rapatrie 16 mères ex-membres de l’État islamique et 35 mineurs détenus en Syrie
La France récupère 51 de ses ressortissants qui étaient détenus dans un camp du nord-est de la Syrie depuis la chute de Daech. Uniquement des femmes, anciennes membres du groupe terroriste et leurs enfants, dont sept orphelins.
par Céline Martelet, Hussam Hammoud et Noé Pignède
Journal — Violences sexuelles
Le youtubeur Léo Grasset est visé par une plainte pour harcèlement sexuel
La vidéaste Clothilde Chamussy, de la chaîne « Passé sauvage », accuse l’animateur de « DirtyBiology » de harcèlement sexuel. Il est mis en cause par sept autres femmes pour violences psychologiques, sexistes et sexuelles. Il « conteste totalement les accusations » relayées à son encontre.
par Sophie Boutboul et Lénaïg Bredoux

La sélection du Club

Billet de blog
Voilà comment Jupiter a foudroyé Jupiter !
Emmanuel Macron a sans doute retenu la leçon de Phèdre selon laquelle « Jupiter nous a chargé de deux besaces : l’une, remplie de nos fautes, qu’il a placée sur le dos ; l’autre contenant celles d’autrui, qu’il a pendue devant » : les siennes, il les a semées et les sème encore …
par paul report
Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
RN-LREM : Après le flirt, bientôt un enfant ?
Rassemblement national et Marcheurs ! flirtent juste, pour l’instant. Mais bientôt, ils feront un enfant. Bientôt, le système y verra son issue de secours. Bientôt, se dessinera la fusion du projet « national-autoritaire » et « euro-libéral ». Comment y répondrons-nous ?
par Ruffin François
Billet de blog
Macron triomphe au Palais Garnier
Depuis sa réélection à la présidence de la République, Emmanuel Macron est plongé dans une profonde mélancolie. La perte de majorité absolue à l’Assemblée nationale n’a rien arrangé. Au point qu’il est question d’un « homme en fuite ». Et s’il s’était réfugié, juste à côté, au Palais Garnier ?
par Paul Alliès