V2Chardonnay
Militante des droits de l'homme, lutte contre l'extrême droite
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 mai 2022

Législatives: le cirque de la 8è des français de l'étranger !

Les élections législatives des français qui résident hors de France commencent aujourd'hui, avec le début vote électronique pour une durée de 4 jours. L'élection aux urnes aura lieu le 5 ou le 6 juin (selon le décalage horaire). L'occasion de faire le focus sur la 8è circonscription, qui comprends, entre autres Rome, Jérusalem, Athènes et Ankara.

V2Chardonnay
Militante des droits de l'homme, lutte contre l'extrême droite
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Jusqu'à présent, cette circonscription est la seule, sur plus de 10 que compte les français de l'étranger, qui n'est pas dans les mains de la Majorité Présidentielle. En effet, en poste depuis 2013, Meyer Habib, député sortant et candidat LR-UDI, a su jouer il y a 5 ans, suffisamment fin, pour garder son siège alors que "n'importe qui" pouvait alors être élu sur simple présentation de l'étiquette "Macron." 

Ami intime de l'ancien Premier Ministre israélien Benjamin Netanyahou, Meyer Habib est persona non-gratta au Ministère israélien des affaires étrangères - où il est accusé d'ingérence dans les affaires israéliennes. Il est régulièrement accusé par ceux qui le haïssent d'être "un député israélien au Palais Bourbon." De fait, il prends régulièrement position en faveur de Jérusalem, cite des psaumes en hébreu pour terminer ses phrases, et fait tout ce qu'il peut pour dénoncer l'islamisme qui "mine la France et tue des juifs." 

Le paradoxe, c'est qu'il a face à lui plusieurs candidats, tous inexpérimentés, qui font de Meyer Habib un très probable candidat réélu. 

Sur Twitter, Reconquête Israël ne fait pas vraiment campagne pour son propre candidat - Serge Siksik. Cet entrepreneur qui vivrait entre Israël et Paris et qui a refusé de défendre Zemmour quand ce dernier appelait à voter Marine Le Pen - mais pour qui la réhabilitation de Pétain semble ne poser aucun problème. Sur le réseau social à l'oiseau bleu, Reconquête Israël. fait campagne contre Meyer Habib. Il est accusé d'être l'agent des islamistes. L'ami des islamistes. Le financier des islamistes. Les quelques comptes (4 ou 5) qui soutiennent et retweet en permanence ce genre de drôleries - mais qui eux ne rigolent pas - sont aussi des experts en agressions verbales et en insultes. Ce matin, ils ont même publié un graphique qui tendrait à montrer, de manière inique, que les assassins de juifs en France sont financés directement par Meyer Habib. Si, si, je vous l'assure. Une flèche relie Meyer Habib au drapeau saoudien sous-lequel il est écrit "finance les tueurs de juifs en France." 

Côté insultes et coups bas, il y a un autre candidat qui attire aussi des regards : José Garson. Classé divers droite, il a tout fait pour obtenir l'investiture Horizons d'Édouard Philippe. Un membre du comité d'Horizons m'a expliqué "qu'il n'a jamais été pris au sérieux et que d'autres candidats étaient favoris pour le poste - mais finalement nous nous sommes couchés devant LREM." Mais M. Garson n'en a que faire: il se présente en indépendant qui soutient Horizons - mais qui n'est pas soutenu par Horizons (qui a même publié un communiqué de presse pour soutenir la candidate LREM - Déborah Abisror de Lieme. Bref, pour essayer de faire parler de lui, M. Garson enchaîne les invectives. Son meilleur argument à ce jour : "ne votez ni pour Shrek, ni pour Channel" - comprenez, ni pour Meyer Habib qui aurait la tête d'un monstre, ni pour une petite bourgeoise parisienne que serait Abisror de Lieme. Ça se mange sans faim. 

Abisror de Lieme, parlons-en. Cheffe de cabinet d'Olivier olivier vera, elle a obtenu son investiture au forceps et au réseau. Considérée comme "illégitime" par de nombreux électeurs (car LREM aurait pu choisir un candidat non-parachuté), elle n'a pas non plus le soutien de Pierre Sled. Le célèbre journaliste expatrié à Rome - qui rêvait de devenir député de la circonscription l'affirme en privé : "il est hors de question que je vote pour elle. Mon suffrage ira à Meyer Habib." Un autre sportif de haut rang a d'ailleurs dit la même chose ces derniers jours sur les réseaux sociaux: Alain Prost ! Dans une vidéo qui circule sur Facebook, on voit le génie de la F1 "apporter exceptionnellement" son soutien à "Alexandre Bézardin", le suppléant de Meyer Habib. 

Sur le terrain, Déborah Abisror de Lieme est transparente à ce jour. Elle a bien essayé d'organiser des conférences, mais la foule ne se déplace pas en masse. Sur Internet, on ne la voit pas vraiment. Ceci-dit, il faut mettre à son crédit qu'elle, au moins, se déplace dans la circonscription afin de se présenter aux électeurs - même s'ils ne sont pas nombreux à faire le déplacement. Son parcours, pourtant brillant, n'est pas mis en avant. "Elle joue à fond la carte LREM, ce qui est dommage" explique une électrice de Jérusalem qui l'apprécie. "C'est une combattante contre les extrêmes, elle parle 5 ou 6 langues, elle a une expérience gouvernementale et est très très proche d'Olivier Véran. Et personne ne sait rien d'elle !" 

Il faut dire que la candidate officielle d'En Marche est occupée à défendre son investiture. En plus de l'agressif M. Garson, elle doit aussi s'attaquer à Milad Ezabadi. Membre du Parti Socialiste, mais refusant la NUPES, il est soutenu par "l'UCE avec Macron" - qui n'est pas soutenu par Macron. Vous n'y comprenez rien ? Les électeurs non plus.

Bref, pour attaquer ce genre de candidats, les Garson et autre Ezabedi, Abisror De Lieme envoie son chien de garde Julien Bahloul. Ancien journaliste, très apprécié par la communauté LGBT pour montrer son torse tous les 3 matins sur Twitter et par les gens qui pensent bien car "il n'est pas extrême comme Meyer Habib" et qu'il "déteste les connards qui jettent leurs mégots parterre" , Julien Bahloul apporte régulièrement son soutien à la candidate LREM. Mais si ses tweets font du bruit (c'est un influenceur à 50.000 abonnés), en politique il ne pèse rien. Ses followers ne sont pas vraiment les électeurs de la circonscription - beaucoup sont des français non expatriés et énormément sont ceux qui n'iront pas voter pour les élections de cette circonscription. Julien Bahloul, qui raconte sa vie sur Twitter (ses enfants, son mari, son travail, sa salle de sport, son café, ses amis boulistes, ses voyages en avion, ses sorties en boite, ses repas "tellement bons", les mignoneries de ses filles, les dessins de ses filles, les bisous de ses filles, à quel point c'est cool d'être torse nu en boite à Tel-Aviv, (bref ! sa vie entière - et il est visiblement payé par une société pour avoir un vrai travail !) etc... avec au moins (en tout cas, on en a l'impression) 250 tweets par jour, arrivera-t-il a aider la candidate Ensemble a être élue ? Pas sûr ! 

A tous ces candidats, il faut encore en ajouter quelques uns. Mais je vous rassure : ils ne font pas campagne. Les électeurs n'ont jamais entendu parler d'eux. À se demander même pourquoi ils s'embêtent à remplir l'administratif du candidat... Sauf si c'est pour le marquer quelque part sur leur CV. Ces candidats qui ne font pas campagne, les voici : Isabelle Rivolet de la NUPES, Margaux Serbat dissidente de la NUPES (soutenue par le PRG), Léa Hetz soutenue par le parti pro-européen VOLT, Rachel Touitou dissidente de NUPES (soutenue par les animalistes et se décrivant comme écologiste), Florence Collet (on ne connaît vraiment rien d'elle) et Hélène Lehmann (dont on en sait encore moins que pour Mme Collet).

Cela fait donc 8 femmes et 5 hommes candidats dans cette circonscription où, en définitive, seuls l'Italie et Israël pèsent vraiment dans les votes. Si Meyer Habib peut compter sur le soutien des juifs religieux, il recevra aussi le vote des Zemmouriens (l'avocat d'Éric Zemmour, Olivier Pardo, a annoncé qu'il voterait Meyer Habib s'il le pouvait, tout comme Me Gilles-William Goldnadel, pourtant grand pourfendeur des islamistes). Mais Habib devra faire face au hasard du calendrier qui fait que le scrutin tombe le jour d'une fête religieuse où ses électeurs ne peuvent pas voter. Sa chance est qu'en Italie, ce sera un long pont - et que beaucoup d'électeurs ne seront pas en ville pour voter non plus. 

On aurait pu avoir une campagne piquante avec Pierre Sled, Éric Zemmour et le sortant Meyer Habib, on se retrouve avec des candidats qui ne font pas campagne, qui ne savent pas faire campagne, d'autres qui font n'importe quoi, d'autres encore (ou parfois les mêmes) qui ne font qu'insulter et attaquer... Le résultat de l'élection à venir est simple: Abisror De Lieme va écraser le premier tour avec sa candidature LREM. Et Habib va écraser cette candidate au second tour, comme il l'a fait il y a 5 ans avec l'ancienne candidate LREM. L'effet Zemmour (65% des suffrages en Israël) ne pèsera pas. Pas plus que la haine anti-Habib qui flotte dans toute la circonscription à l'exception d'Israël. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
La crise climatique attise les tensions au Kenya
Les questions d’écologie sont absentes des discours des candidats aux élections générales du mardi 9 août. Pourtant, avec un régime de pluies devenu « imprévisible », le pays subit fortement les conséquences du dérèglement climatique, qui aggrave des tensions existantes.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Afrique
Le pays suspendu à un scrutin à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Écologie
Petits canaux contre « idéologie du tuyau », une guerre de l’irrigation
Très ancrés dans les territoires montagneux du sud de la France, prisés par les habitants, les béals sont encore vitaux pour de nombreux agriculteurs. Mais cette gestion collective et traditionnelle de l’eau se heurte à la logique de rationalisation de la ressource des services de l’État.
par Mathieu Périsse (We Report)
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Pour la rentrée, préparons la riposte !
Bientôt, les vacances seront terminées. Et beaucoup se demandent maintenant de quoi sera fait leur avenir avec un gouvernement qui n’a concédé presque rien aux salariés, aux retraités et aux chômeurs en termes de pouvoir d’achat.
par Philippe Soulié
Billet de blog
Loi pouvoir d'achat : Macron & Borne veulent prolonger notre ébriété énergétique
[REDIFFUSION] 42°C en Gironde. 40°C en Bretagne. 20 000 hectares partis en fumée. Lacs, rivières et sols s'assèchent. Les glaciers fondent. Que fait-on à l'Elysée ? On reçoit le président des Emirats Arabes Unis pour importer plus de gazole. A Matignon ? On défend un projet de loi « Pouvoir d'achat » qui vise à importer plus de gaz du Qatar et des Etats-Unis. Où est la sobriété ?
par Maxime Combes
Billet de blog
La grosse entourloupe de l'AAH
Alors qu'on parle de la victoire de la déconjugalisation de l'AAH, alors qu'on cite les augmentations de ce minima social comme une exception du macronisme, personne ne parle d'une des plus grandes entourloupes des dernières années : la suppression du complément de ressources de 180 euros pour les nouveaux admis dans le système.
par Béatrice Turpin
Billet de blog
Le pouvoir d'achat des fonctionnaires vampirisé par quarante ans de néolibéralisme
Lorsque la spoliation du pouvoir d'achat des fonctionnaires devient une institution sous la Cinquième République...
par Yves Besançon