La correction DEFINITIVE des varices existe et personne ne veut en parler … ainsi que toute l’Information qu’on ne veut pas dire

La correction DEFINITIVE des varices existe et personne ne veut en parler … ainsi que toute l’Information qu’on ne veut pas dire sur les varices

 

1)   Bonjour. J’écris sous le pseudonyme « Vache-à-Fric ». J’ai le Syndrome du Nutcracker et j’ai des varicosités dès l’âge de 11 ans et des varices notables dès l’âge de 15 ans. J’ai eu 5 interventions phlébologiques (3 phlébectomies et 2 scléroses profondes) et 2 ligatures « CHIVA » en plus de la ligature “sous étude ” à l’aine du fort flux rétrograde de mon “Point I” (Franceschi, Bahnini, 2005). Toutes ces interventions veineuses, sans exception, étaient demandées par moi purement dans le seul et unique but d’améliorer l’aspect cosmétique de mes jambes et toutes ont été remboursées par la Sécurité Sociale. Je n’ai certes plus aucune varice importante sur la surface de mes jambes, mais moins de dix ans après ma dernière intervention phlébologique à la place j’ai une myriade de varicosités hautement disgracieuses, de l’œdème de longue date et des mollets agrandis par la fibrose inévitablement causée par l’œdème chronique. Pour améliorer le retour d’information des patients, depuis la ligature de mon « Point I » j’ai notamment des problèmes digestifs et des intolérances alimentaires croissantes. Ma critique personnelle du résultat à  long terme de toutes mes interventions phlébologiques est que c’est de la *****. Ceci est mon blog: i) mon histoire, ii) la rectification de la “mis-information” communément acceptée concernant le Syndrome de Nutcracker et le traitement phlébologique des varices importantes, iii) en résumé, le scandale du traitement actuel du 2%-3% de la population qui a des varices dès l’adolescence et les recommandations médicales existantes, iv) tous les risques et les problèmes de santé associés tout le long de la vie avec l’Insuffisance Veineuse Chronique (ceci est le coût complet et réel du Syndrome de Nutcracker), v) pourquoi le traitement actuel des varices importantes est un énorme scandale médical et économique, vi) la liste abrégée des sources principales du blog. Sur demande, je posterai une version annotée avec la totalité des sources indiquées (en raison de la quantité des sources, ceci peut être section par section). Tout commentaire sera apprécié: à la fois le Syndrome de Nutcracker et tous les traitements pour le reflux pelvien important sont hautement polémiques et la seule façon pour résoudre la polémique est par des commentaires ouverts.

 

2)   Le Syndrome de Nutcracker n’est PAS une maladie rare. En urologie, l’hématurie importante et l’insuffisance rénale causée par le Syndrome de Nutcracker sont rares. En chirurgie vasculaire cependant les varices, un symptôme bien noté du Syndrome de Nutcracker aussi bien que du Syndrome de Congestion Pelvienne, sont extrêmement fréquentes. Des nombreuses estimations pour les malformations veineuses de la veine rénale (en fait les trois manifestations du Syndrome de Nutcracker), les taux de prévalence sont jusqu'à même 9%. Par ailleurs, le Phénomène de Nutcracker (une constatation d’imagerie de piégeage ou de compression de la veine rénale gauche sans symptômes), qui est distincte du véritable Syndrome de Nutcracker (une constatation d’imagerie de compression de la veine rénale gauche avec des symptômes notés), est extrêmement répandu: le Phénomène de Nutcracker est, selon les estimations, constaté dans jusqu'à soixante-douze pourcent (72%) des scans CT abdominaux (Buschi et al, 1980). Sans surprise, les taux pour la prévalence de varices dans les jambes s’élèvent jusqu’à 73% pour les femmes (Beebe-Dimmer et al., 2005). Le veritable Syndrome de Nutcracker peut causer du reflux pelvien important qui à son tour peut causer des varices importantes dans les jambes. 2%-3% de la population a des varices dès l’adolescence (Bertrand, 2008).

Un historique de chirurgie et/ou de ligature veineuse a été noté comme étant associé de façon significative avec l’ulcération veineuse (Margolis et al., 2004). L’ulcération veineuse affecte d’une manière prédominante les femmes avec jusqu’à trois fois plus de femmes affectées que d’hommes. Quand les varices sont retirées chirurgicalement (ou ligaturées, traitées par laser ou sclérosées) elles ne sont en aucune manière “réparées” dans le sens d’être remises en bonne condition et remises en place: elles sont retirées ou détruites. Il est un fait physiologique que les veines (des vaisseaux avec des valvules) ne repoussent pas. Même dans un système veineux parfaitement fonctionnel, en réduisant la quantité de veines avec une quantité toujours constante de sang à circuler, la quantité réduite de veines peut seulement s’accommoder proportionnellement en se dilatant. Le retrait chirurgical, la ligature, le traitement laser ou la sclérose des varices en présence d’un reflux pelvien important va inévitablement transférer tout reflux pelvien important non-corrigé sur le reste du système veineux (les veines profondes, les veines perforantes, le reste des veines superficielles et les veinules dans le tissu capillaire métaboliquement important). Proportionnellement, plus il y a des varices de grand calibre retirées, plus les veines de calibre plus petit doivent se dilater pour faire le retour veineux et potentiellement par ce moyen devenir des varices plus petites. Le risque de l’ulcération veineuse est en proportion de la sévérité des varicosités et de la sévérité de l’insuffisance du retour veineux. 75% des cas de l’ulcération veineuse sont causés par du reflux primaire progressif de longue date. Dans la centaine de photos de jambes avec des varices et puis de jambes avec de l’ulcération veineuse dans Google Images and Bing Images respectivement, d’un côté les jambes avec des varices importantes n’ont pas d’ulcération veineuse et puis de l’autre côté les jambes avec de l’ulcération veineuse ont toutes l’air « nettoyées ».  Mention de ceci peut être trouvée dans la littérature médicale, notamment que i) des varices très importantes ainsi que de toute la vie peuvent être asymptomatiques; ii) pour la majorité des cas, les varices de grand calibre ne se manifestent pas avec des problèmes concomitants de peau tandis qu’il y a des problèmes de peau avec des varicosités; et iii) la majorité de patients avec de l’ulcération veineuse n’ont pas de varices sur la surface de la peau (en gardant à l’esprit que 75% de l’ulcération veineuse est causée par du reflux primaire progressif de longue date).

 

3)   En résumé, le traitement actuel du 2%-3% de la population qui a des varices dès l’adolescence est véritablement un scandale parce que:

-     D’un côté de la chirurgie pelvienne mini-invasive sûre et efficace existe, pour un peu plus que le coût pour une chirurgie par éveinage, pour corriger sinon complètement éradiquer la compression de la veine rénale gauche qui est la cause du reflux pelvien important et des varices résultantes dès l’adolescence si typiques du Syndrome de Nutcracker. Avec l’éradication du reflux pelvien important, il y aura aussi l’éradication des varices importantes qui auraient été crées autrement et, si fait dans l’adolescence, le risque et le coût pour la santé de toute la vie du Syndrome de Nutcracker peut effectivement se limiter et s’arrêter à cette seule chirurgie pelvienne.

-     De l’autre côté, s’il n’y a pas de chirurgie correctrice pour la compression de la veine rénale gauche et donc la continuation du reflux pelvien important, les risques et les coûts de santé potentiels tout le long de la vie du Syndrome de Nutcracker (qui deviendra, à moins d’être corrigé, une maladie chronique de toute la vie) sont MULTIPLES et IMPORTANTS: du reflux pelvien important non-corrigé pendant toute la vie causera inévitablement de l’insuffisance veineuse importante pendant toute la vie (de l’Insuffisance Veineuse Chronique) pour laquelle des interventions veineuses répétées surtout par des femmes peuvent être recherchées, pour laquelle les risques et les problèmes de santé associés sont multiples et importants et pour laquelle il y a notamment un risque grandement augmenté d’ulcération veineuse qui à son tour peut causer des traitements multiples et importants pendant de longues années. 4% des gens âgés 65 ans et plus aux USA ont de l’ulcération veineuse active qui est causée dans 75% des cas par du reflux primaire progressif de longue date. L’ulcération veineuse se manifeste souvent en même temps avec du diabète.

Comme il est spécifié dans le American Medical Association Family Medical Guide de 1994: “If you have both deep and superficial varicose veins, surgery is not recommended. Instead your physician will recommend that you wear elastic bandages on your leg and avoid prolonged standing.” D’un module d’enseignement français, il n’y a que l’indication de chirurgie pour l’insuffisance veineuse superficielle (Boccalon, Fauvel, 2001). En gardant à l’esprit que les associations de chirurgiens vasculaires ont tout intérêt pour promouvoir leur activité, il est notable que pour la guérison d’ulcères veineux l’American Venous Forum recommande la compression comme le traitement primaire.

Au Royaume Uni, sur la base d’une politique d’« evidence-based medicine », le remboursement des traitements pour les varices est limité uniquement pour la plupart aux cas d’ulcération ou lorsqu’il y a des problèmes de peau avec souvent des critères restrictifs. En France cependant, la chirurgie des varices par éveinage est 100% remboursée par la Sécurité Sociale sans critères restrictifs; elle est aussi l’intervention chirurgicale #2 la plus fréquente en France.

 

4)   Les risques et les problèmes de santé de toute la vie associés avec l’Insuffisance Veineuse Chronique (IVC) sont multiples et importants. L’IVC est associée avec de l’œdème, de la fibrose et de l’insuffisance veineuse qui va progressivement s’empirer pour laquelle des interventions veineuses répétées surtout par des femmes peuvent être recherchées. De plusieurs études, la réapparition de varices est »65% après cinq ans. L’IVC est associée avec des niveaux pathologiques d’inflammation. L’IVC est associée avec des radicaux libres excessifs et du stress oxydatif augmenté. L’IVC met une surcharge circulatoire évidente sur le cœur. Une association a été notée entre les varices et la maladie cardiovasculaire. Les varices sont indissociables du dysfonctionnement endothélial, qui à son tour est indissociable de l’artériosclérose. Un historique de chirurgie et/ou de ligature veineuse a été noté comme étant significativement associé avec de l’ulcération veineuse. 4% des gens âgés 65 ans et plus aux USA ont de l’ulcération veineuse active qui est causée dans 75% des cas par du reflux primaire progressif de longue date. D’une étude de 12mois, les coûts médicaux moyens en total pour chaque traitement de l’ulcération veineuse étaient près de $ 10 000 (en excluant les coûts pour le traitement récidivant ou prolongé après la fin de l’étude de 12mois). Plus que la moitié des ulcères veineux ont besoin de traitement prolongé de plus d’un an; la récidive peut être jusqu'à 67%; un sous-groupe a de l’ulcération veineuse pendant plus de cinq ans et ≈15% ne guérissent jamais. Des traitements répétés sont souvent nécessaires (de la ligature ou de la sclérose veineuse, du débridement de la plaie, de l’hospitalisation, de la greffe de peau, …). Les coûts totaux réels doivent inclure les jours d’incapacité de travail et la retraite anticipée. Le coût moyen par patient de l’ulcération veineuse pendant toute la vie est estimée à plus de $ 40 000. L’ulcération veineuse se manifeste souvent avec le diabète.

 

5)   Pourquoi le traitement actuel des varices importantes est un ENORME scandale médical et économique

-          Avant tout, Il y a la notion fondamentale de « se faire avoir » : avec des anti-depressants, au moins l’efficacité est légèrement au-dessus le niveau de placebo. Avec le retrait chirurgical (ou la ligature, le traitement laser ou la sclérose) des varices des jambes causées par du reflux pelvien important, il n’y a aucune efficacité du tout pour arrêter un reflux pelvien important et l’Insuffisance Veineuse Chronique qui résulte inévitablement d’un reflux pelvien important. Pour autant que la phlébologie soi-disant préviendrait ou ralentirait « la maladie veineuse » (une vaccination en quelque sorte), le fait qu’un historique de chirurgie et/ou de ligature veineuse est en fait significativement associé avec de l’ulcération veineuse indique clairement qu’il y a un problème évident avec la vaccination.

-          Médicalement et économiquement, il y a un scandale : Avant tout, en prenant en compte qu’il est possible de corriger dans l’adolescence le reflux pelvien important qui est la cause du Syndrome de Nutcracker pour un peu plus que le coût d’une chirurgie par éveinage, ceci implique effectivement que 75% des gens avec de l’ulcération veineuse (qui est causée dans 75% des cas par du reflux primaire progressif de longue date), n’auraient jamais dû avoir même des varices. L’Insuffisance Veineuse Chronique de toute la vie coûte très cher. Ensuite, l’ulcération veineuse qui peut durer pendant des années coûte très cher. Sur la base d’une politique d’« evidence-based medicine », comme au Royaume Uni, l’intervention chirurgicale #2 en France ne devrait même pas être remboursée. Le fait que la deuxième intervention chirurgicale la plus fréquente en France est remboursée en totalité sans restriction est réellement, en soi, un énorme gaspillage de frais de sante de la Sécurité Sociale. Le fait qu’il y a autant de problèmes de santé, pouvant causer autant de potentiels multiples et importants frais de santé pendant toute la vie et remboursés de surcroit, associés avec l’Insuffisance Veineuse Chronique et aussi avec l’ulcération veineuse et qui auraient pu être évité si seulement le reflux pelvien important avait été corrigé dès l’adolescence, ceci est en totalite un réel trou noir de frais de santé gaspillé.

-          Ethiquement, il y a indéniablement un traitement qui est loin d’être optimal pour les femmes avec le Syndrome de Congestion Pelvienne (de laquelle le Syndrome de Nutcracker est une variante) : indépendamment des problèmes associés, le Syndrome de Congestion Pelvienne n’est pas juste des varices, il y a aussi le symptôme et le problème majeure de douleur pelvienne chronique qui ne peut en aucune manière être traitée par le retrait de varices. Pour toute l’accumulation de traitements inappropriés et inefficaces y compris des médicaments antidouleurs et les jours de travail non-effectués, le non-traitement du Syndrome de Congestion Pelvienne coûte beaucoup plus cher que le traitement approprié. Pour toute l’accumulation d’interventions veineuses à répétition et des problèmes potentiels tout le long de la vie, le non-traitement du Syndrome de Nutcracker coûte infiniment beaucoup plus cher que le traitement approprié. Le manque de reconnaissance et de traitements appropriés pour le Syndrome de Congestion Pelvienne et le Syndrome de Nutcracker n’est pas du tout bénéfique ni médicalement ni économiquement.

 

 

- Véronique Bertrand, with Dr. Michel Schadeck as consultant, phlébologue, président de la Société française de phlébologie, “Les ados aussi ont les veines fragiles” (“Adolescents also have fragile veins”) with the subtitle  “De 2% à 3% des jeunes de 11 à 18 ans ont déjà des problèmes veineux. Les conseils d’un spécialiste …Santé Magazine (January 2008), pgs. 97-98.

- [1]Weindorf N, Schultz-Ehrenburg U. (Dermatologische Universitätsklinik, St Josef-Hospital Ruhr-Universität, Bochum), [The development of varicose veins in children and adolescents] (article in French), Phlebologie 1990 Nov-Dec; 43(4): 573-7

- [1]Reina M. A. Krijnen, Edith M. de Boer, and Derk P. Bruynzeel, “Epidemiology of Venous Disorders in the General and Occupational Populations,” Epidemiologic Reviews, 1997; Vol. 19, No. 2: 294

- Robert Weiss, MD and Craig F. Feied, MD, “Venous Insufficiency” eMedicine, updated Nov. 15, 2009, http://emedicine.medscape.com/article/1085412-overview

Jennifer L. Beebe-Dimmer, MPH, PhD, John R. Pfeifer, MD, Jennifer S. Engle, MD, David Schottenfeld, MD, MSc “The Epidemiology of Chronic Venous Insufficiency and Varicose Veins,” Annals of Epidemiology, March 2005; Volume 15, Issue 3: pgs.175-184

-     Robert Liebl “Nutcracker phenomenon or nutcracker syndrome?” Nephrology Dialysis Transplantation, 2005; vol.20 n.9: p. 2009 (author reply)  (originally published online June 28, 2005)

-     Naren Gupta, MD, Ross Milner, MD, “Early Resolution of Pelvic Venous Collaterals After Endovascular Treatment of Nutcracker Syndrome” Vascular Disease Management, Sept/Oct 2009; volume 6, issue 5: pgs. 146-150

-     Olivier  Hartung “Nutcracker syndrome” Phlebolymphology, 2009; N°63, Vol. 16, N°2: starting page indicated 246

-     Robert Andrianne, Raymond Limet, David Waltregny, Jean de Leval “Hématurie causée par un “nutcracker syndrome” ou syndrome du “casse-noissettes” : confirmation peropératoire de sa réalité” (Note Technique) Progrès en Urologie, 2002; Volume 12: 1323-1326 (Nota: Source cited is: Buschi AJ, Harrison RB, Norman A et al. “Distended left renal vein: CT/sonographic normal variant” American Journal Roentgenology 1980; 135: 339-342)

-     Udo Rudloff, MD, Raymond J. Holmes, MD, Jeffrey T. Prem, MD, Glenn R. Faust, MD, Robert Moldwin, MD, and David Siegel, MD “Mesoaortic Compression of the Left Renal Vein (Nutcracker Syndrome): Case Reports and Review of the Literature,” Annals of Vascular Surgery, 2006; Volume 20, Number 1: pgs. 120-129

-     Olivier  Hartung  “Nutcracker syndrome” Phlebolymphology, 2009; N°63, Vol. 16, N°2: starting page indicated 246

-     Naren Gupta, MD, Ross Milner, MD, “Early Resolution of Pelvic Venous Collaterals After Endovascular Treatment of Nutcracker Syndrome” Vascular Disease Management, Sept/Oct 2009; volume 6, issue 5: pgs. 146-150

-     Ahmed K, Sampath R, Khan MS “Current trends in the diagnosis and management of renal nutcracker syndrome: a review”European Journal of Vascular and Endovascular Surgery, April 2006; 31(4): 410-6,

-     Menard MT “Nutcracker syndrome: when should it be treated and how?”  Perspectives in vascular surgery and endovascular therapy, 2009 Jun; 21(2): 117-24.

-     Anke H. Scultetus, MD, J. Leonel Villavicencio, MD, FACS, David L. Gillespie, MD, “The nutcracker syndrome: its role in the pelvic venous disorders” Journal of Vascular Surgery, Nov. 2001; 34(5): 812-819

- Tami de Araujo MD, Isabel Valencia MD et al., ”Managing the Patient with Venous Ulcers” Annals of Internal Medicine, 18 February 2003, Volume 138, Number 4, pgs. 326-334

- Margolis, D.J., Knauss, J. and Bilker, W. (2004), “Medical conditions associated with venous leg ulcers” British Journal of Dermatology, 150: 267–273. doi: 10.1111/j.1365-2133.2004.05773.x

- CT Hess “Venous Ulcer Checklist” Advances in Skin & Wound Care  Aug.2010 – Vol.23-Issue 8, pg.384

- Robert Eberhardt, MD, Joseph Raffetto, MD “Contemporary Reviews in Cardiovascular Medicine, Chronic Venous Insufficiency” Circulation, 2005; 111: 2398-2409

- F.G.R. Fowkes, PhD, FRCPE, C.J. Evans, MBChB, A.J. Lee, BSc, MSc, PhD “Prevalence and Risk Factors of Chronic Venous Insufficiency” Angiology, August 2001; vol. 52, no. 1: suppl S5-S15

- Peter Gloviczki MD, Manju Kalra MD, Alessandra Puggioni MD, “Pathophysiology of Chronic Venous Insufficiency,” Third International Vein Congress: In-office Techniques, April 14-16, 2005

- Prof. Paolo Zamboni, Conservative Surgery in the Treatment of the Superficial Venous System, Edizioni  C.E.I.I., Gruppo Editoriale Faenza Editrice, July 1996, (chapter 1)

- Professeur Bruce Campbell, Comprendre les varices, Family Doctor Publications, 2007 (paru sous le titre original de: Understanding Varicose Veins), pg.21

- Rahoma Ahmed Hussein “Chronic Venous Ulcers An End Of Long Term Suffering” The Internet Journal of Plastic Surgery (ISSN: 1528-8293), 2008; Volume 5, No.1

- Joann M. Lohr, MD, FACS, RVT (curriculum editor), “Venous Curriculum Recommendations from the American Venous Forum, Mapping the Future for Venous Disease,” http://veinforum.org/uploads/File/medpro/AVF-PDVSCurriculum.pdf

- Royle JP.  “Recurrent varicose veins” World Journal Surgery1986; 10(6):944–953

- L. Blomgren, G. Johansson, A. Dahlberg-Åkerman et al., “Recurrent varicose veins: incidence, risk factors and groin anatomy,” European Journal of Vascular and Endovascular Surgery, vol. 27, no. 3, pp. 269–274, 2004.  

- Jan T. Christenson, MD, PhD “Postthrombotic or non-postthrombotic severe venous insufficiency: Impact of removal of superficial venous reflux with or without subcutaneous fasciotomy” Journal of Vascular Surgery, August 2007, vol. 46, n. 2, pgs. 316-321

- Olle Nelzén, MD, David Bergqvist, PhD, MD, Anders Lindhagen, PhD, MD, “Leg ulcer etiology - A cross sectional population study” Journal Vascular Surgery, October 1991; Volume 14, Number 4: 557-64

- Weir G, “Management of venous leg ulcers” Wound Healing Southern Africa 2008;Volume 1, Number 1: 44-47

- Kistner RL, MD “Venous Ulcers of the Legs — Treatable and Preventable” article in journal supplement entitled “Emerging treatment options for venous ulceration in today’s wound care practice” Ostomy Wound Management June 2010; 56(online suppl):E1-E10

- B. Kunimoto, MD, FRCPC; M. Cooling, RN, ET; W. Gulliver, MD, BMSc, FRCPC; P. Houghton, BSc, PT, PhD; H. Orsted, RN, BN, ET; R. G. Sibbald, MD, FRCPC, « Best Practices for the Prevention and Treatment of Venous Leg Ulcers », Ostomy Wound Management 2001; 47(2):34–50 (Nota: the source cited in reference: McEnroe CS, O’Donnel TF, MacKey W. “Correlation of clinical findings with venous hemodynamics in 386 patients with chronic venous insufficiency” Am J Surg. 1988; 156:148–152)

- John A. Heit, “Venous Thromboembolism: Mechanisms, Treatment, and Public Awareness – The Epidemiology of Venous Thromboembolism in the Community” Arteriosclerosis, Thrombosis, and Vascular Biology, 2008; 28: 370-372

- Jeffrey W Olin, Kathleen M Beusterien, Mary Beth Childs, Caroline Seavey, Linda McHugh and Robert I Griffiths, “Medical costs of treating venous stasis ulcers: evidence from a retrospective cohort study”  Vascular Medicine 1999; 4: 1–7

- Isabel C. Valencia, MD, Anna Falabella, MD, Robert S. Kirsner, MD, William H. Eaglstein, MD « Chronic venous insufficiency and venous leg ulceration » Journal American Academy of Dermatology, 2001; Vol. 44, N. 3:401-21

- Dragan J. MILIC, MD, Prevalence and socioeconomic data in chronic venous disease: how useful are they in planning appropriate management? Medicographia, 2011, Vol 33, No. 3: pgs. 253-258

- Abbade LP, Lastoria S, “Venous ulcer: epidemiology, physiopathology, diagnosis and treatment”, International Journal of Dermatology, 2005 Jun; 44(6): 449-56

- Peter Gloviczki, MD, Manju Kalra MD, Alessandra Puggioni MD “Venous Ulcers: Pathophysiology” (Third International Vein Congress: In-office techniques, April 14-16, 2005)

- Scottish Intercollegiate Guidelines Network “The Care of Patients with Chronic Leg Ulcer, A National Clinical Guideline” SIGN Publication No. 26 (July 1998)

- M.J. Callum, D.R. Harper, J.J. Dale, C.V. Ruckley, “Chronic ulcer of the leg : clinical history” British Medical Journal, volume 294, 30 May 1987, pg. 1389-1391

- Andrea Cariati, « Investigation of the Leg Lymphatic Function in Patients with Leg Acute Venous Thrombosis and in Patients with Leg Post-Thrombotic Syndrome » The Open Circulation and Vascular Journal, 2010, Volume 3, pgs. 67-71

- Dr. Vesna Karanikolić et al. ”Evaluation of Prognostic Factors Related to Healing of Venous Ulcerations of Lower Extremities” Acta Medica Medianae 2010; Volume 49(1): 22-26

- C.K.Sen, G.M. Gordillo, S. Roy, R. Kirsner, L. Lambert, T.K. Hunt, F. Gottrup, G.C. Gurtner, M.T. Longaker “Human Skin Wounds : A Major and Snowballing Threat to Public Health and the Economy,” Wound Repair Regen. 2009; 17(6): 763-771

- Wipke-Tevis DD, Rantz MJ, Mehr DR, Popejoy L, Petroski G, Madsen R, Conn VS, Grando VT, Porter R, Maas M., “Prevalence, incidence, management, and predictors of venous ulcers in the long-term-care population using the MDS” Adv Skin Wound Care, 2000 Sep-Oct;13(5):218-24

- B.P.M. Schweitzer, J. Doorenbosch, R. Glotzbach, K. Barnhoorn, D.P. Breure, J.R. van der Laan, F.S. Boukes The Dutch College of General Practitioners (NHG) Practice Guideline 'Venous leg ulcer' 2004 (translation of the Dutch NHG Practice Guideline)

- Olle Nelzén, MD, David Bergqvist, PhD, MD, Anders Lindhagen, PhD, MD, “Leg ulcer etiology - A cross sectional population study” Journal Vascular Surgery, October 1991; Volume 14, Number 4: 557-64

- H. Boccalon, J.M. Fauvel “Insuffisance veineuse chronique, Varices,” (Examen Classant National: module 9 arthérosclérose, hypertension, thrombose, thème 136 Insuffisance Veineuse Chronique Varices du Collège des Enseignants de Cardiologie et Maladies Vasculaires, Programme d’enseignement de cardiologie et maladies vasculaires, June 2001)  (Nota: The above document is listed twice in the Catalogue et Index des Sites Médicaux de langue Française” (CISMeF, catalogue of medical sites and documents), under “cours” (courses) and “thérapie” (therapy) and is noted to have Free and Open at the Web site http://www.chu-rouen.fr/ssf/pathol/varices.html )

- Charles B. Clayman, MD (medical editor), The American Medical Association Family Medical Guide, Third Edition (New York: Random House, 1994), pg. 444

- American Venous Forum “New Guidelines Announced for the Evaluation and Treatment of Varicose Veins” dated 5/11/2011 (http://www.veinforum.org/medical-and-allied-health-professionals/news-and-publications/new-guidelines-announced-for-the-evaluation-and-treatment-of-varicose-veins)

- Evans CJ, Fowkes FG, Hajivassiliou CA, Harper DR, Ruckley CV, “Epidemiology of varicose veins: A review” Int Angiol., 13(3) (Sept.1994): 263-70 

- Medisite website, « Opération des varices: ce que vous devez savoir … avant ! » avec le Dr. Ariel Toledano, publié par Aurélie Blaize, journaliste santé et validé par Dr. Ariel Toledano, angiologue-phlebologue le jeudi 31 mai 2012, (http://www.medisite.fr/troubles-circulatoires-operation-des-varices-ce-que-vous-devez-savoir-avant)

- “Savoir Plus Santé” (French television program of the channel France2), transcript of  “Varices, phlébites, jambes lourdes” (varicose veins, phlebitis and heavy-feeling legs) of Saturday 21 January 2006)  http://savoirplussante.france2.fr/archives/17359571-fr.php

- Dr. Denis Creton « Stratégie dominante pour la chirurgie des varices en France » (Communication a la Société Européenne de Phlebectomie), http://www.veinsurg.com/fr/biblio/echodoppler/echodoppler_8.php

- Health Information and Quality Authority, “Health Technology Assessment of Scheduled Surgical Procedures: Varicose Vein Surgery” dated April 2013 (irishpatients.ie/news/wp-content/…/04/HTA-Varicose-Vein-April-131.pdf)

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.