L'aristocratie Parisienne aujourdhui: De l'utlité des inégalités

Extrait de: "LE MÉRITE DE L'ÉLITE ET LES ESCLAVES DE PROMÉTHÉE" de Val Mineo (en cours d'écriture) Le Ministère de l'éducation Nationale déroge au premier article de la constitution, donc en vertu du devoir qu'ont les citoyens de s'insurger contre des gouvernants qui n'assurent pas la sauvegarde du droit naturel d'égalité, j'en appelle à la révolte contre le système scolaire.

"LE MÉRITE DE L'ÉLITE ET LES ESCLAVES DE PROMÉTHÉE"  Val Mineo

Rappels:

DHC Art. 1er. Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l'utilité commune.

DDHC. art. 11. La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi.

Déclaration des principes fondamentaux du Comité de Salut Public 2.0:

" Citoyennes, Citoyens,... Notre vérité est LIBERTÉ... Notre seul parti pris de raison est l'ÉGALITÉ... Notre moyen d'exister est la RÉVOLTE."

POUR L'ÉGALITE: FERMETURE DÉFINITIVE DES PRÉPAS SANS DÉLAI

Tant qu'on ne fera pas fermer les classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) les parisiens sortiront grands vainqueurs d'un simulacre de compétition qui fonde la légitimité de toute la démesure des inégalités sociales abyssales en faveur des diplômés de l 'X (POLYTECHNIQUE) et de HEC. Ces deux établissements délivrent les diplômes dont la valeur ajoutée est la plus forte de tout le système scolaire dont le ministère assure le fonctionnement méritocratique et l'esprit égalitaire, ce qui me permet de dire que le ministre est soi ignorant de la réalité de l'école, ce qui en ferait un incompétent raccroché à "l'école républicaine, chimère historique et politique qui cherche toujours en quoi s'incarner et sert de grigri magique en attendant, ou alors il connaît la réalité de l'école que l'on constate en faisant l'improbable traversée des mondes depuis le Lycée Renoir d'Angers jusqu'à la prépa du Lycée Hoche de Versailles par exemple, auquel cas le ministre est un menteur. Menteurs ou incompétents sortis de l'ENA par le sas de Sciences Po ou juste sortis de Sciences Po pour les moins bons, notre lot d'hommes et de femmes politiques qui ne devraient plus truster les places disponibles en politique en tant que parlementaires. Le prétexte de légitimité supposée garantie par le système scolaire dont la logique purement inégalitaire séléctionne non pas les méritants mais bien les initiés avant tout, ceux qui savent où et comment on accéde à l'X ou HEC au  milieu de toutes les voies de garages vers les faux espoirs qui se heurtent à la logique impitoyable d'un système dans lequel on entre déjà perdant ou gagnant en fonction de sa dotation en capital culturel et relationnel. L'élite idéale qu'envisage Platon comme gouvernement de la cité la plus juste au nom de République,  désigne ceux qui sont issus du peuples dont ils se distinguent précocement par leurs aptitudes objectivement supérieures qui justifie qu'ils aient droit à la meilleure éducation possible forgeant l'homme au zenith des capacités les plus nobles: Le récit poétique qui élève l'âme et touche au sacré qui relie l'homme au divin, l'art de la guerre du combat physique armé ou non à la tactique militaire du stratége, seul apprentissage qui rend apte à décider de la guerre, et la philosophie enfin pour ceux qui sont alors prêt pour gouverner en ne désirant rien d'autre que d'atteindre la sagesse qui permet de rendre la Justice dans sa pleine justesse. Dans notre République cela donnerait des cours d'EPS obligatoires à science po tout les matins durant lesquels les combats de lutte grecque se dérouleraient nus et le corps oint par de l'huile qui ferait briller l'embonpoint de François Hollande à terre maté par une clef de bras de Dominique de Villepin. Platon ne précise pas pourquoi il faut apprendre à se battre nu et graisseux pour s'entrainer au combat à visée pratique mais cette consigne vaut aussi pour les femmes, les vraies, qui sont explicitement inférieure aux hommes mais ont tout leurs droits y compris celui d'aller mourir au combat pour la cité. Conception logique du féminisme trash assumant totalement la revendication de l'égalité hommes-femmes.

  La plupart des admis aux concours d'HEC et de l'X ne proviennent pas du tout du peuple et s'en sont toujours prévalus par peur des maladies hygiéniques qu'il traîne partout où il gît. En dépit de tout leurs privilèges en terme de dotations de naissance en capitaux économiques, culturels, relationnels et symbolique, et bien que sachant que les accès aux voies royales sont placés là où ne se trouveront jamais que des parisiens issus des milieux d'initiés qui perpétuent ainsi leur rang de génération en génération. Voilà qui sont les Nouveaux aristocrates qui ne font que passer parmi nous l'air mauvais gauchement altier quand ils rejoignent un monde dont on ne sait avec certitude que de maigres données tout de même évocatrice quand on pose que le premier salaire sans expérience préalable est de 5 000€/mois en moyenne et surtout qu'il augment de rien de moins que 40% en trois petites années, ce qui dresse une tendance à la hausse appliquée annuellement au revenu du travail qui ne peut pas être inférieure à 15%. J'ai peu de témoignages directs du niveau de vie des anciens d'HEC raconté par eux-même qui leur permet d'avoir leur employé de maison dès 25 ans pour se libérer totalement et à vie de toutes les besognes domestiques dont l'esprit plus que le corps est libéré à vie. Un trentenaire diplômé d'HEC que j'accueillais dans le groupe français de réflèxion économique du parti paneuropéen Volt c'est présenté comme quelqu'un qui venait de revendre ses parts de la société qui l'a débauché avant qu'il soit diplômé pour l'accueillir en tant qu'associé ayant cédé ses titres à loisir et sans se justifier pour un montant qui faisait de lui quelqu'un de riche qui n'a plus nécessité de travailler de toute sa vie compte tenu de la seule somme en jeux à laquelle s'adjoindront les revenus de ce capital placé sur les conseils de conseillers financiers équilibrant les portefeuilles de leurs clients en titres dont le fonctionnement mathématique est connu et donc prévisible. Les économistes justifiant les montant élevés des revenus "investis" en bourse par la juste rémunération de la prise de risque du détenteur de capital. C'est absolument faux sauf cas exceptionnel du type subprimes qui n'a pour autant ruiné aucun détenteur de portefeuille vicié. A partir d'une masse critique qui se calcule l'argent non pas investis mais bien placé là où il rapporte obligatoirement un intérêt dont le taux s'exprime par un intervalle du moindre rendement au plus élevé que suppose la combinaison des titres retenus pour leur effet de levier certain dont la valeur ne décroît que dans une configuration improbable des variables à valeur de facteurs. Dit autrement plus on est riche plus on s'enrichit vite et facilement pour s'assurer des rentes qui se gérent toutes seules ou presque et permettent de dégager totalement et définitivement l'esprit des questions d'argents qui ne sont jamais le critère du choix. Une autre donnée de la vie d'un diplômé d'HEC devenant directement cadre supérieur dans une riche multinationale, c'est qu'ils ne connaîtront jamais de rapport autoritaires de la part de ceux qui se définissent comme leur collaborateur même quand cela s'écrit PDG, d'où des rapports directs et des façons fluides de répartir les rôles en indiquant l'ordre de grandeur attendu en terme de rendements qui permettront de calculer la valeur ajoutée du cadre supérieur sans contraintes d'horaires ou de moyens qui roulent et mange au frais de la société et qui invente lui-même ses méthodes de travail récompensées en fonction de la valeur ajoutée calculée sur laquelle s'indexe la prime qui peut doubler ou tripler le revenu annuel net en un seul paiement de centaines de milliers d'euros éventuellement décorés de guirlandes de titres obligataires qui rapportent un montant fixe périodique à vie. Les pauvres peuvent toujours affirmer que l'argent ne fait pas le bonheur, il s'avére que si, vivre beaucoup mieux sous tout les angles rend heureux et qui plus est j'ai compris bien tard que l'intérêt de devenir riche n'est pas du tout de pouvoir tout s'acheter, fantasme consumériste débridé du pauvre qui gratte de la grille de loto, l'intérêt réel de l'argent c'est surtout qu'il permet la liberté de corps et d'esprit quand on peut à tout moment prendre l'avion en première pour le coupe-file et décoller pour n'importe où sans bagage nécessaire. Chaque avantage décrit précédemment offre à chaque fois un degré de liberté supplémentaire entre ceux qui nous méprise mais se sentent égaux entre eux, même entre concurrents qui savent rester civilisés. Quant à la fraternité, elle prend corps pour eux dans le réseau de référence des anciens d'HEC qui ont l'esprit de corps et une bienveillance mutuelle a priori du seul fait qu'ils aient en commun d'avoir atteint l'Olympe par ce système scolaire dans lequel tout les autres à l'exception discutée des polytechniciens qui doivent tout de même dix ans de service à l'État qui plombe une carrière en sortie de Master, tout ça pour 1300€ d'argent de poche durant les mois de leur cursus subventionné. Un adolescent a de bonnes raisons de se faire mal sur ses cours en visant 20 chaque fois jusqu'au bout, à 20 ans où certains fêtent comme il se doit et comme on le fera une vie d'un ordre tellement supérieur à ce que sera la notre de bout en bout. Ceux qui ont échoué au concours d'HEC sont fixés sur leur mérité inférieur à ceux qui ont vaincu, mais que me reste-t-il à moi qui me classait dans les 5 premiers de classe dans trois des disciplines du concours dès les premiers tant en dépit d'une préparation inadaptée à la prépa puisque les milliers de petits lycées communs préparent les éléves au bac, soit une préparation inutile au seul diplôme qui n'a pas la moindre valeur ajoutée, quand dans le cercle des 25 établissements d'élite on prépare les élèves à la prépa, ce qui change drastiquement la scolarité différenciée des élèves et donc leur potentiel de réussite aux concours qui se joue déjà au lycée dans une large mesure. J'ai emporté tout le poids du handicap scolaire dans le sillage de le puissance intellectuelle dont j'étais capable jusqu'à ce qu'au troisiéme mois je me retrouve figé, cloué et étouffé par un mal qui restera inconnu douze ans: troubles bipolaires, grave maladie incapacitante qui me vide de mes forces et m'empêche de fournir le moindre travail durant 18 mois où j'accumule environ 16 000 heures de retard sur mes 7000 concurrents tout frais. Qu'est on autorisé à penser quand on sait que je m'en suis sorti à 10..4 de moyenne au concours d'HEC soit seulement 2.1 points de la barre d'admissibilité ouvrant les portes de la phase orale du concours composé d'une douzaine d'épreuves laissant la place à la performance dont est capable quelqu'un qui était le seul à Hoche à préférer réfléchir seul en philosophie plutôt que de prendre en note un cours inutilement laborieux, pour travailler en esprit je dispose du programme de l'année en philosophie: "l'action". Et c'est tout. J'ai obtenu 16 à HEC en devenant mon propre professeur, ce qui est une définition tout à fait acceptable de ce qu'est le philosophe. Circonstances de l'échec tellement cuisantes...  La bipolarité s'est acharnée comme rarement sur moi et a ravagée toute ma vie de fond en comble parti de Hoche où sans elle j'aurais ébloui les sceptiques de mes talents dont ils n'ont fait que les entrevoir a minima, et au lieu d'HEC et de la vie rêvée que j'aurais dû décrocher sans avoir été jamais initié ni aidé à choisir ma voie que j'ai établie sur le tard au lycée selon des raisonnements qui demeurent obscurs vu d'aujourd'hui mais qui ont tapé dans le mille: la meilleur prépa parisienne pour le plus de chance d'aller à HEC, stratégie du vainqueur que j'avais seul tout le mérite insigne de l'avoir trouvé depuis là où tout dégoute de la voie laborieuse. Tout les autres savaient ça depuis l'age de douze ans et ils en concluent qu'ils sont décidemment supérieurement intelligents alors qu'ils n'ont que le mérite d'avoir fait une "bonne naissance" qui les récompense par le secret du meilleur des choix à faire dans une vie: devenir diplômé d'HEC. Au lieu de le faire la bipolarité m'a d'abord minutieusement démolis en implantant notamment un alcoolisme débridé et une toxicomanie compulsive. Dix ans après Hoche je suis chômeur de longue durée handicapé sans diplômes et je n'ai qu'une expérience ironique de surveillant de lycée à faire valoir. Vie De Merde, moi j'ai bien le droit de le dire à 33 ans où un traitement médicamenteux adapté m'a redonné vie en me rendant la maîtrise de mon esprit tout ce temps malade. Guéri, de nouveau alerte à écrire 15 à 20 heures par jour comme pour combler tout le vide des 13 dernières années. A minima je peux transmettre autant que possible pour que les esclaves de Prométhée aient une chance de s'affranchir par eux-même tel que je l'ai moi-même fait.

Hoche à Versailles, on passe sans y songer de la cour du lycée aux jardins du château symbole de l'ordre ancien que je crois alors révolu, même depuis Versailles où j'entendis un soir une phrase solennelle de la part d'un presque inconnu marchant en tenant au poing un fleuret d'escrime. Il m'a semblé qu'il aurait pu être une figure bienveillante décisive sans que cela ne fasse grand sens sur le moment tant je me berçais des illusions qu'on me laissait bien entretenir sans qu'aucun des très amicaux versaillais ne me contredise jamais. Le presque inconnu revenant d'un cours d'escrime baisse un peu ses yeux sur moi à distance respectueuse et en se remettant en chemin de profil il lâche "Il y a un étage secret dans l'édifice de la République réservé au seuls aristocrates". Le reflet bleu du corps de celui qui révélait surtout son appartenance à l'aristocratie en quittant la pièce se fige net en me fixant droit durant quelques secondes suspendues sans explications puisque le corps n'est plus dans la pièce. Étrange ambiance parfois la nuit tombée dans les rues où les cafés de Versailles, des gens apparaissent dans des coins et des angles de rue trop aigus pour qu'il s'y trouve une issu connue. Ils jettent des regards nets en ma direction si je les fixe un peu trop. Montrer qu'on ne comprends pas à Versailles c'est prendre le gros risques de se faire exclure sans jamais s'en rendre compte. Un étage non-déclaré dans l'édifice... personnification usuelle associant La République a une structure architecturale. Dans la réalité La République n'a aucun corps existant pour l'incarner, le parlement étant celui du pouvoir législatif, l'Élysée rien de plus qu'un folklore qui coûte cher au contribuable. L'étage secret est-il un lieu privé ou une figuration d'une strate sociale constituant une classe sociale homogène dont la réalité qu'on y vit ne croise presque jamais la réalité de classes très différentes. En ce sens, outre les riches ou ultra-riches, outre les gens de pouvoir ou d'influence, il y aurait une trajectoire sociale ascendante désirable par les nouveaux aristocrates permettant d'accéder à un niveau où l'on n'est plus qu'entre soi pour d'autres motifs que le plaisir à tirer du pouvoir ou de l'usage de l'argent, deux plaisirs douteux qui ramènent celui qui en joui au niveau de celui dont il se croit supérieur sur un critére essentiellement qualitatif, le "plus" étant confondu avec le "mieux".

Pour ce qui suit je me suis servi du classement national des prépas selon le seul critère du nombre d'admis à HEC, objectif le plus désirable parmi les choix possibles d'école de commerce supérieures, c'est une évidence pour tous mais à ce jour je sais que j'ignore la raison exacte qui explique que HC se permette d'afficher les résultats d'admission sans aucune places en liste d'attente contrairement à tout les autres concours, étant entendu que du premier au 380éme classés tous sans exceptions choisiront HEC à Jouy-en Josas que l'ESSEC ou l'ESCP dans Paris pour les candidats qui auraient le choix à l'issue des concours. Pourquoi tant d'évidence en faveur d'HEC qui communique certaines des raisons de la choisir, en ayant à chercher avec plus ou moins de finesse pour accéder à différents niveaux de compréhension des arguments. J'ai travaillé avec assez peu de données statistiques que je suis pavenu à exploiter différemment de ce que devait permettre le classement en lui-même, accédant grace aux maths de prépas que j'ai toujours en moi au sens qui n'est pas celui du calcul. C'est ainsi que j'ai trouvé des indicateurs synthétiques qui ne sont pas des valeurs exactes car je n'ai pas appliqué à leur traitement le temps laborieux que requiére une étude statistique présentant des valeurs exactes. Ce furent les ordres de grandeur comparés entre eux qui m'intéréssérent et il m'est arrivé de refaire un calcul en sautant peut être une ligne la seconde foi, cela donnerait lieu à deux affirmations présentées comme vraies alors que seule l'une soit l'autre des valeurs de résultat puisse être . Ne m'en tenez pas trop rigueur car c'est bien l'ordre de grandeur qui est significatif et non le résultat exact. J'attacherai plus de rigueur dans la présentation de mes enquêtes statistiques dans le livre qui sera proposé à l'édition dans plusieurs mois et dont le propos dépasse bien la seule analyse de ce qu'est le système scolaire français. Les capacités mnésiques dont je dispose m'ont permis un travail colossal dont l'objet n'était autre que mes souvenirs pour dégager si possible une compréhension de ma vie ou de certains passages de ma vie. Enquêtant en moi-même sur des détails fugaces isolés dans un souvenir parmi mille après mise en relation du contexte du souvenir avec le sens se dégageant de l'autre souvenir venant modifier mes perceptions du moment du souvenir. De ces souvenirs et de l'analyse ajoutée que j'en fait j'ai ainsi déduit en début de travail de restitution et d'enquête l'existence de la nouvelle aristocratie et la compréhension claire des moyens qu'elle se donne pour se reproduire en passant tout de même par un temps scolaire long qui ne sert en fait qu'à les convaincre eux-même de leur mérite et de leur supériorité prouvée par la vérité qui se dégage en comparant la valeur de deux notes au même devoir.

Parmi les prépas il n’y en existe que 25 prépas permettant d’accéder à HEC ou l'X selon la voie d'orientation retenue. 14 des ces prépas sont parisiennes ce qui donne 14*4sections*40places=2 240 places à prendre dans des prépas d'élite et non toutes ces prépas de province dans lesquelles personne ne peut espérer parvenir au niveau du concours d'HEC ou de l'X dont il est notable que le sujet de l'épreuve reine de maths ne contient pas un seul chiffres.... Paris compte 6 millions d’habitants sur 67 millions en France soit 8.9% des habitants ayant donc accès à 56% des places pour HEC ou l'X. Un bienheureux parisien a dans son voisinage les 2240 places de prépa d'élite pour bonne partie pré-réservées aux lycéens de la Terminale ES option maths dont les profs travaillent de concert en construisant un programme Terminal anticipant et préparant le programme de la premiére année de la prépa, ce qui revient à dire que les meilleurs profs des meilleurs lycées ne respectent pas l'obligation légales de ne faire porter le contenu des cours que sur des notions consignées dans les programmes ministériels officiels. Les grands lycées de prestige qui fascinent gagnent en trichant, tout simplement.  Pour la province 11*4*40=1760 places restantes de prépa permettant de viser l'élite depuis Lyon dans ne moindre mesure et avec plus d'incertitude, des prépa comptant 20/30 admis à HEC ou 1/30 admis à HEC supposent que dans l'une on sait qu'on sera admis avec certitude en étant seulement en milieu de classement alors que dans l'autre seul les trois premiers peuvent nourrir l'espoir de réaliser leur meilleures performances scolaires le jour du concours, et qu'en étant épargné de la malchance d'une sous-notation avérée (c'est arivé à moi et un autre de ma classe qui avons perdu 3 points de moyenne sur une seule épreuve d'anglais alors qu'on étaitt certain d'être noté par ce prof au minimum de ce que mérite la copie traitant machinalement les trois questions toujours identiques. A cette seule abhération de niveau sous-évalué par une sur-exigence s'expliqua mon affectation dans une écricome plutôt qu'une école de la BCE, écart final décisif minimal d'une seule unité qui coûte un prix énorme allant bien au-delà du seul écart de prestige déjà très conséquent,  En province un lillois ou un marseillais doivent faire un croix sur HEC ou l'X à moins de pouvoir et de vouloir prendre le risque rare à cet âge encore prudent de se lancer dans le grand bain en déménageant à Paris seul à 17 ans en gérant donc la découverte de la vie adulte autonome et son lot de stress en même temps que la prépa de haut niveau dont on sait qu'elle aspirera tout le temps et toute l'énergie des candidats sur qui on fait bien pesr l fait qu'il sooint een train de jour leur vie.  La 3éme et 4éme ville française doivent se passer de prépas capables d'atteindre le top alors qu'on en trouve une à Cannes, saint-maur ou encore Bayone, trois pôles étudiants bien confidentiels donc à l'échelle de la France. L'histoire de l'implantation et de la construction des établissment scolaires du cercle des 25 doit bien contenir des indices qu'il serait intéressant de connaître pour en savoir plus sur les valeurs et les stratégies des nouveau aristocrates.

Paris a le meilleur en toutes choses pour tout les goûts avec l’X, la meilleure centrale et la meilleure supagro pour les scientifiques, Sciences po qu’aucun IEP n’égale, l’ENA pour la haute fonction publique et la politique médiatique ou non, l’ENS Ulm et Cachan pour la voie besogneuse de la rcherch associé à un certain prestige par une partie de la population qui inique par là ne pas connaître les vrais déterminants de la réussite académique quand celle-ci rejoint la réussite de sa vie personnelle, La Sorbonne où l'on est déversé de plein droits depuis Hoche par convention au cas improbable d'un échec à toutes les écoles deux années de suite, qui compte avec Dauphine et ASSAS les trois meilleures facs de France qui n sont pas même comparables à toutes les autres. Les 13 premières écoles du classement toutes orientations confondues reviennent à 8.9% de la population du pays sauf cas de déménagement du dehors de Paris au-dedans ce qui n'est pas de l' orde du possible pour les 60% de la population française qui gagne à deux moins de 4 000€ par mois,  à mettre en rapport avec le premier salaire d'un diplômé de l'X ou d'HEC, supérieur de 1000€ à ce que deux français moyens gagneront toute leur vie ou presque. (voir 1)

 Détails: La vie étudiante à Paris pour deux ans de prépa coûte environ 600€ pour une coloc plus 1000€ pour les transports et la nourriture ainsi que quelques lectures bien que les profs des prépa HEC fournissent tout le nécessaire et n’ont jamais recours aux livres officiels. Un couple doit dégager 1600€ par mois pour financer les études d’un enfant qui va là où tout se passe en toute logique. Le couple a besoin de 1000€/tête+1 loyer ou un prêt à rembourser d’une petite maison à 700€ soit 2700+1600=4300€ de revenu nécessaire au couple pour financer des études parisiennes. Le revenu médian étant de 1780€, 33 000 000 de français soit plus de 50% n’ont pas les moyens du tout. Il y a une chance sur deux de naître dans une famille hors de Paris d’où HEC sera d’office interdite.

Que les lycéens NON-parisiens soient condamnés à des études au rabais qui forment des salariés au rabais dont le revenu faible indexé sur le minimum légal stagne sauf en de rares occasions où il connaît une hausse de l'ordre de 5% max là où un employeur de diplômés HEC cote à +15% les progrès réalisés sur un an correspondnt à une hausse de la valeur ajoutée du diplômé d'HEC à qui l'on consent un salaire de départ dans la vie active sans expérience en entreprise à hauteur de 5000€/mois en moyenne qui prennent +42% sur trois ans alors qu'on peut estimer qu'il n'en est encore qu'au stade non-expérimenté (débutant) de sa carrière où l'on rétribue en conséquence de la participation à l'augmentation de la richesse de l'entreprise. Quels peuvent bien être les salaies vingt ans après le diplôme? au minimum théorique ils auront continué de progresser de 15%/an sur 20 ans ce qui donnerait plus de 80 000€/mois....  J'ai eu l'occasion d'approcher un diplômé d'HEC d'une trentaine d'année qui venait de revendre ses parts de la société qui l'avait embauchée après le diplôme pour un prix qui faisait de lui "quelqu'un de riche" qui n'avait plus nécessité de travaille de sa vie. Les primes annuelles ou bonus valant l'équivalent du salaire annuel n'y sont pas chose rare alors que cela revient à doubler le salaire sur un an payé en une fois. Quand on dispose d'une masse d'argent investie sur les marchés financiers à hauteur d'un million d'euros on sait avec certitude quel sera la valeur approchée du rendement annuel compris dans un intervalle de possibilités non seulement positives d'une borne à l'autre mais au minimum d'un montant qui représente sur un an plus que le salaire annuel de 80% des français. On associe dans les représentations collectives la bourse au risque avec ces ordres de vente ou d'achat donnés sans raisons apparentes, ce qui laisse entendre que le rendement d'un placement bourrsier est aléatoire alors que le résultat d'un placement financier dépend à 100% de son fonctionnement mathématiques que l'on connaît parfaitement par la modélisation dont j'étais déjà capable en première année de prépa. Certaines variables sont difficiles à approcher mieux qu'avec une marge d'erreur réduite à + ou - 5 points d'écart à l'espérance, comme le cours mensuel du cac40 par exemple, l'information n'étant pas totalement transparente sur les marchés financiers. Le bon sens en économie fait comprendre tôt qu'épargner est ridicule puisqu'il s'agit de laisser dormir son argent sur un compte alors que sur le même temps il eut été possible de placer cette même somme dont on n'a pas eu besoin pour vivre. Les placements ratés s'expliquent comme des arnaques de la part des banques, cela se démontre au cas par cas très facilement., ou plus rarement par de l'incompétence toujours masquée par la magie obscure des tendances du CAC. Conclusion: plus on est riche et plus il devient facile et sûr de s'enrichir.

La province rassemble 92% de la population qui n’a droit qu’à 11 portes d’accès dont 3 à Lyon sur-dôtée soit 440 places hors de Paris en prépa d'élite contre 560 dans Paris, la seule ville où l'école républicaine égalitaire et méritocratique a une certaine portée si l'on fait bien sûr abstraction de partout ailleurs en France où l'on naît défavorisé scolairement indépendamment de la culture familiale héritée lors de la socialisation primaire dont dépend en bonne partie la réussite scolaire en cas d'adéquation réussie ou l'échec scolaire en cas d'incompatibilités strictes. Pour 92% des 15000 bacheliers d'une cohorte soit 12 000 candidats potentiels en province aux 440 places de prépa d'élite hors de Paris soit un rapport de force de 1200/440=27 candidats potentiels pour 1 place de prépa d'élite en province pour espérer encore HEC alors qu'avec 560 places pour 3000 élèves de terminales parisiennes le rapport de force gentillet passe à 300/56=3 candidats par place disponible en prépa d'élite. L’accès en prépa HEC d'élite en province est bien séléctif qu’à Paris, donc en se sens les admis en prépa d'élite de province ont plus de mérite que les parisiens pour avoir éliminé 26 candidats à l'entrée à la place qu'ils ont emportés, contre 2 seuls autres prétendants parisiens écartés pour une places vers l'élite.

L'école apparaît comme l'instrument de la légitimation de l'ordre social conçu pour éliminer ou faire échouer tout ceux qui ne soient pas les vainqueurs de la compétition de dupes qui revient à faire jouer en même temps deux joueurs sur un plateau de monopoly avec deux régles distinctes. . Les grands tests nationaux synchronisés à la minute près sur tout le territoire ne servent en rien l'élève et tout au plus peuvent-ils permettrent d'évaluer un professeur dans un établissement par rapport au niveau théorique d'un prof moyen dans un établissement moyen. Quand toutes mes notes de philosophie de l'année vont de 13 à 16 avec une concentration nette à 14 ou 15 et que j'obtiens 8/20 au bac, soit 9 points de moins que ma note moyenne toutes matières confondues alors on peut affirmer que j'ai eu un professeur de philosophie de faible niveau d'exigence et donc probablement de faible niveau dans le champs de sa spécialisation académique. Mais cette utilité relative des examens nationaux n'en est pas une en fait et le rôle de ces rituels est bien de lisser la réalité, de la construire même en présentant l'image d'une réalité uniforme, homogène ou du moins comparable d'un établissement à l'autre alors qu'il n'y a de comparable que des établissements du cercle entre eux et des établissements hors-cerle entre eux. L'inégalité sociale est donc au fondement de ce qui caractérise l'essence de "l'école républicaine" qui trahit les valeurs humanistes de la Révolution . Par rapport à n'importe quel parisien hors ghettos presque tout élève du système scolaire français (hors du cercle, hors de Paris et hors du privé qu'on laisse à part dans la présente analyse) se trouve à tout moment de sa scolarité face à une énorme et scandaleuse injustice en l'espèce des capabilités qui sont les siennes dans sa position relative à celle des parisiens de même niveau scolaire.

Fort de ces conclusions il apparaît que la suppression définitive des classes préparatoires de tout niveau rendrait possible l'égalitarisme et la méritocratie sous réserve de concevoir un autre enseignement supérieur que celui des facs seules qu'il est encore possible de comparer entre elles de nombreuses façons qui reconstitueraient des classements plus ou moins pertinents dans lesquels on pourrait projeter la valeur ajoutée du diplôme délivré en sortie. Ce sera le propos du livre achevé que d'avancer un modèle possible qui aura la charge de mettre à égalité un français du peuple et son voisin aristocrate parisien, les deux devant jouir d'une connaissance du systéme scolaire strictement égale pour que puissent être établies des stratégies scolaires et professionnelles individuelles rationnelles mais pas nécessairement concurrentes selon les déterminants retenus pour choisir en conscience de tout les facteurs de mieux-être et de leurs contraires à long terme.

Citons juste le cas théorique où un millier d'individus s'organiseraient pour empêcher la tenue des concours prépas dont celui d'HEC, par une moblisation concertée et non-violente consistant juste, en 2020, à se rendre au lycée Hoche de Versailles et celui de Saint Louis  à Paris, dont les portes extérieures restent ouvertes pendant tout le temps des épreuves pour des raisons de sécurité. 500 à Versailles, 500 à Paris suffisent pour laisser couler le temps des épreuves qui ont lieu sur dix jours. Tout les élèves présentés aux concours des écoles de la BCE (HEC, ESSEC, ESCP, EM LYON, EDHEC, AUDENCIA) obtiendraient au moins une affectation du fait des 560 candidats parisiens ayant obtenus la note de zero. Qu'en serait-il ensuite au-delà de l'aspect vengeresse assez tentant de cette initiative citoyenne qui me semble de l'ordre du réalisable à court terme, et pourquoi pas du 29 Avril au 10 mai 2020 si l'on sollicite par exemple des lycéens lillois et marseillais en leur expliquant l'injustice de leur condition comparativement aux privilèges des parisiens qui n'oseront pas même lever le petit doigt en réaction à l'écoute d'un accent ch'ti échaudé ou de celui d'un marseillais d'origine maghrébine élevé dans la culture foot pour apprendre à traiter systématiquement un parisien d'enculé. Le recrutement des écoles changerait brutalement d'une année sur l'autre mais le plus intéressant à observer serait la gestion par les prépas d'élite parisiennes de leurs effectifs de redoublant se cumulant avec leur effectif de deuxiéme année issu de la première année. Cet engorgement phénoménal et ingérable du systéme prépa serait particuliérement propice à la critique de celui-ci pour son coût notamment. Le mouvement social auteur du coup tactique culotté pourrait prévenir que ce serait tout les ans ainsi jusqu'à la  fermeture définitive des prépas par une réforme assumée constatant les étroites limites de cette "formation d'excellence" où triomphe l'arbitraire le mieux conforté par sa position dominante pré-établie artificiellement et confortée par des complices complaisant.

Que ceux qui cherchent à dire leur révolte contre l'ordre établi qui nous dépasse y voit bien une opportunité de changer la société dont la réalisation se trouve à portée de quelques volontés convergentes assumant de se charger de la disqualification des candidats tricheurs par association aux professeurs tricheurs, et qui plus est coupable de mépris à l'égard des milliers de candidats ayant à leurs yeux le tort d'être mal nés pour se retrouver dans les prépas vulgaires où les profs ignorent les petits secrets qui font toute la différence.

Que contradicteurs ou supporteurs me fassent part de leurs avis respectifs à val.mineo@gmail.com ou sur facebook au nom "val neo", administrateur du groupe "Comité du Salut Public 2.0", résurrection toute récente de l'organe chargé de la protection de la République naissante qui, si l'on en croit la parole d'un aristocrate versaillais qui n'ose pas aller jusqu'à s'assumer publiquement en tant qu' "aristocrate"en 2007. A le croire notre chère République auraient trahis tout ceux qui sont morts pour elle en ménageant tout un niveau de la société à part et semble-t-il désirable puisque c'est un secret... Je suis un passeur qui transmet, moi qui ait foi en la puissance de l'esprit je sais pourtant ne pas pouvoir aller plus loin sur cette piste secrète faute d'indices ou de contacts pertinent dans la société civile. Qu'un bon entendeur éventuel puisse m'éclairer et cela sera fort bon.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.