Marine Le Pen 2017 : Gilbert Collard est-il « ministrable » ?

En cette fin octobre 2016, et alors que la rentrée politique est déjà bien amorcée, un seul objectif les obnubile tous : l’élection présidentielle d’avril et mai 2017. Si la gauche est dispersée et quelque peu tourneboulée par l’éclosion pourtant prévisible d’Emmanuel Macron, la droite des Républicains est déjà en ordre de bataille. Les grands ténors s’affronteront ainsi lors d’une primaire fin novembre dont le vainqueur sera déclaré candidat officiel du parti.

Dans ce charivari auquel nos hommes politiques nous ont habitué depuis que la République s’est imposée, il semblerait que la troisième force de notre pays fasse profil bas. En effet, le Front National de Marine Le Pen nous avait pourtant habitué à se faire entendre. Sans doute fourbit-il ses armes en attendant de connaître ses futurs adversaires ?

Quoi qu’il en soit, la possibilité de voir la fille de Jean-Marie Le Pen devenir la première femme présidente de notre pays est une probabilité à ne pas exclure. Dans l’entourage de la - jusqu’à présent - présidente du parti, le célèbre Gilbert Collard peut-il envisager un maroquin en cas de victoire ?

En effet, alors qu’il est rapidement devenu l’une des grandes voix du parti depuis son élection à la députation, sous les couleurs du Rassemblement Bleu Marine (RBM) en 2012, il en est également l’une des personnalités les plus expérimentées.

Le sulfureux avocat de 68 ans a notamment derrière lui une carrière bien remplie. Défenseur des causes les plus médiatiques, on se souvient de ses interventions lors des procès Gbagbo aux côtés de ses collègues Vergés et Dumas, à  l’occasion du procès AZF ou encore lors de l’affaire Festina en 1998 aux côtés de son confrère suisse, le trouble Albert Rey-Mermet.

Une longue carrière d’avocat, un carnet d’adresses bien rempli, et toute l’expérience d’un mandat de député de l’opposition aux côtés de Marion Maréchal-Le Pen seront-ils des atouts suffisants pour convaincre Marine Le Pen de lui confier un poste de Ministre en cas de victoire ? Rien n’est moins sûr tant la personnalité du ténor du barreau reste difficile à encadrer. Cela étant, les ors de la République en ont déjà convaincu plus d’un ! Une seule chose est certaine pour l’instant, au FN comme au PS et chez les Républicains, les tractations en coulisses vont certainement bon train.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.