Valérie de Saint-Do
Journaliste et auteur
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

1 Éditions

Billet de blog 19 oct. 2018

Valérie de Saint-Do
Journaliste et auteur
Abonné·e de Mediapart

De l'air !

Présentée jusqu'à samedi 20 octobre à l'Echangeur de Bagnolet, Entre raconte l'histoire vraie d'un jeune Iranien qui a vécu 16 ans au terminal de Roissy, coincé dans l'absurdité kafkaienne du refoulement au frontière. La Compagnie Les Singuliers font de cette tragédie bouffonne un moment de grâce entre théâtre, danse et cirque. À voir absolument!

Valérie de Saint-Do
Journaliste et auteur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Ceux qui prennent l'avion connaissent la vacance. Celle de ces zones de transit, toutes les mêmes sans être identiques que sont les salles d'embarquement, les zones commerciales, les interminables corridors des aéroports. Ces lieux où, entre deux ports, on met entre parenthèses, en vacance avant possible vacances.

Pour Merhan Kassimi Nasseri, Iranien interdit d'entrée en France, en Angleterre, en Iran, et partout, la parenthèse a duré seize ans au Terminal 1 de Roissy. Seize ans à se cogner contre les murs d'une prison très spéciale entre annonces de décollages et atterrissages, planque dans les toilettes, incessantes rebuffades de l'idiotie et le bureaucratie ambiante. Rien d'une suspension légère de la vie,  tout  d'un enfer en forme de limbes aseptisées,sans flamme et sans autre diables que des humains robotisés par l'uniforme.

Une histoire vraie si théâtrale, ça devient casse gueule de la transposer à la scène. Mais le casse gueule n'est pas pour effrayer Vincent Berhaut qui transforme précisément cette tranche de non vie en un radieux moment de funambulisme entre tragédie et boufonnerie, jeu et acrobatie, mots et gestes.

Xavier Kim et Gregory Kamoun/ Entre (à l'Echangeur de Bagnolet)

Potelets, fauteuils, plaques de verres, sangles de sécurité : le dispositif scénique de Plug in circus se construit et déconstruit souplement au cours du spectacle, la salle et les files d'attente mutent en ring ou pistes d'un music hall dérisoire. Cette tragédie de l'absurde absolu, Vincent Berhault a choisi de la faire décoller vers la légèreté, et il y réussit. Ça tient à une sorcellerie du détail et de l'attraction des contraire. Au commencement est le sorcier du son, Benjamin Colin, qui rythme à vue, distille l'ironie burlesque, l'angoisse, le grave sur lequel évolue un quatuor de virtuoses.

Quatuor, duos, solos. Entre est à la fois tragédie, chorégraphie, récit, théâtre de l'absurde. Trois interprètes prêtent leur corps et leur voix au parcours encagé de Merhan Kassimi Naceri : Barthélémy Goudet, révélation qui oscille sans cesse du burlesque au poignant, et livre avec le comédien/ slameur Toma Roche un duo/ duel jubilatoire de clowns graves ; Gregory Kaman et Xavier Kim, danseurs et circassiens félins, portant toute l'énergie du désespoir d'un corps ne cessant de se cogner, physiquement, aux frontières de la bêtise bureauratique. Cinq garçons dans le vent (« où sont les femmes ? » est la rare réserve qu'on peut apporter au spectacle !), dans l'insoutenable lourdeur de l'oppression et la jubilatoire légèreté des corps.

Bien sûr, on évoquera Ubu, pour toutes ces figures de l'éternelle bêtise en uniforme avec tant de brio par Toma Roche ; on pensera à Kafka lors du rétrécissement pathétique de la figure humiliée de Barthélémy Goudet et aux tentatives belles et désespérées des danseurs de sortir du cercle infernal. On restera sidéré de la force symbolique de cette histoire en ce moment qui rejette et massacre tout ceux qui n'ont pas l'heur de passer le regard mauvais du fonctionanire d'aéroport. Mais là où Entre frappe fort, c'est en préférant la légèreté de l'enchantement à l'assomoir de la mauvaise conscience. Cette dissection au scalpel de la connerie humaine aurait pu ou dû nous plomber : elle nous allège, comme par un triomphe de l'art, du geste, du rire sur la bêtise et la domination. Le tragique se fait grâce, et c'est rare.

Valérie de Saint-Do

Jusqu'à samedi 20 octobre, à l'Échangeur de Bagnolet.samedi à 17h30 - avant la dernière représentation de ENTRE, le circassien Vincent Berhault et l'anthropologue Cedric Parizot présenteront Chroniques à la frontière.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Défense
Défense française : le débat confisqué
Le ministre des armées répète que les questions militaires sont l’affaire de tous. En France, en 2022, tout le monde n’est pourtant pas invité à en débattre.
par Justine Brabant

La sélection du Club

Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85
Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org