varlenge
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 févr. 2010

L'ogre de Montpellier

varlenge
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'affaire Frêche illustre de façon caricaturale ce qu'est aujourd'hui un grand parti politique « de gouvernement » en France : un conglomérat de féodalités, un ensemble de fiefs de plus ou moins grande importances, tenus par quelques seigneurs et leurs vassaux.

Plus le seigneur est puissant en terme de postes à pourvoir au sein de collectivités, de services publics, d'associations diverses... plus les affidés sont nombreux, plus les « militants » à l'affut de quelques prébendes, se bousculent.

Frêche est un Defferre à la puissance 10 qui n'a pas tiré sa légitimité de la Résistance mais d'une réussite exceptionnelle dans la construction d'une métropole régionale, Montpellier, qui n'était qu'une petite ville de province endormie quand il mit fin au règne de la droite locale, fortement marquée par les séquelles de la guerre d'Algérie.

L'habileté de Frêche fut de prendre la ville avec l'appui de la gauche la plus radicale, parfois engagée dans la lutte pour l'indépendance de l'Algérie... tout en cherchant l'appui des pieds-noirs et des harkis fort nombreux à Montpellier. Un ancien membre de l'OAS figurait d'ailleurs sur sa liste lors de la première campagne, en 1977.

Sur le plan politique la méthode Frêche était exposée dès l'entrée en matière : le PS comme bras armé, des réseaux souterrains constitués sans état d'âme de l'ensemble du spectre des notables locaux : gaullistes de gauche, francs-maçons, communauté juive, pieds-noirs, harkis, universitaires, grands commerçants... utilisés comme forces d'appoints lors d'élections jamais gagnées d'avance.

Car si la brillante réussite de Georges à Montpellier lui permit de faciles réélections à la mairie, il perdit plusieurs batailles législatives et régionales face à deux adversaires pugnaces : un socialiste rural à l'ancienne, Gilbert Saumade, et un filou de la droite populiste allié au FN, Jacques Blanc, le Napoléon de La Canourgue.

Gilbert Saumade, président du conseil général, avait l'appui de François Mitterrand qu'il recevait à chacune de ses escales à Montpellier. Le président se méfiait comme de la peste de G. Frêche, qui n'eut jamais le maroquin qu'il escomptait. Le maire de Montpellier a la rancune tenace : aujourd'hui à l'hôtel de Région, une sorte de placard porte le nom de l'ancien président !

Mitterand disparu, Frêche finit par se débarrasser de Saumade, sans aucun doute plus populaire et plus avenant, mais plus âgé et moins combatif. On vit alors les troupes du perdant, qui la veille encore abreuvaient d'injures le seigneur de Montpellier, rallier le vainqueur avec armes et bagages. Pas toujours par fidélité à un drapeau comme le confiaient certains, mais parfois pour conserver un poste, continuer à placer un fils, un cousin, un ami....

Ces soi-disant militants PS de l'Hérault sont en grande partie des obligés de Georges et de ses amis. Certes il existe des purs qui au soir de chaque scrutin interne ne peuvent que constater les multiples tripatouillages, validés par les hommes de main de l'ogre de Montpellier. Quand la fédération de l'Hérault parle d'un plébiscite en faveur de Frêche pour la candidature aux élections régionales (avec 50% de votants avoués, combien en réalité ??) cela ne fait plus sourire personne.

Le cercle de ceux qui doivent tout à Georges Frêche s'est donc singulièrement étendu depuis son élection à la Région. Aujourd'hui des anciens Verts et des communistes sont sur sa liste (dont l'ancien ministre Gayssot)... Certains diront que la soupe est bonne !

Georges Frêche est un homme à la culture encyclopédique, extrêmement intelligent, d'une vivacité d'esprit étonnante, qui méprise la plus part de ses serviteurs et estime que les Français sont non seulement des veaux mais « à 90%, des cons ».

De fait, il a éliminé tous ceux ceux qui pouvaient lui faire de l'ombre, à commencer par son premier premier adjoint (deux ans après son élection), le gendre de Gilbert Sénès, homme de gauche authentique et courageux (il fût plastiqué par l'OAS). Christine Lazerges, Professeur de Droit à Montpellier puis à la Sorbonne, représentante typique de la bourgeoisie protestante locale, aux antipodes du seigneur local, qui fit un séjour remarqué, mais bref, à l'assemblée nationale, fut rapidement liquidée.

André Vezinhet et Hélène Mandroux, militants irréprochables du PS, respectivement, président du conseil général et maire de Montpellier par le bon vouloir du prince, lassés des sarcasmes et foucades de leur mentor, sont entrés en dissidence. Leurs fauteuils respectifs sont maintenant menacés.

Hélène Mandroux, qui n'a certes pas l'envergure d'un Frêche, a néanmoins surpris en étant brillamment élue à la mairie de Montpellier où elle est devenue très populaire. Son parcours militant et professionnel au sein de la cité de la Paillade lui vaut le respect de beaucoup de montpelliérains. Cette popularité ne pèse pas lourd pour l'instant face au rouleau compresseur frêchiste et son engagement au nom du parti dans les élections régionales contre le sortant, lui a valu aussitôt une mise en minorité à la mairie. Cependant cette femme est têtue et courageuse, les humiliations subies l'ont confortée dans sa volonté d'en découdre. Elle a peu de chances de détrôner l'ogre, mais elle peut le faire perdre avec l'aide des écologistes et du Front de Gauche de Mélenchon et Buffet.

Ainsi, hélas, va la politique. Si le cas Frêche peut sembler caricatural il n'est en fait que l'image, à peine déformée, de ce qu'est devenu le PS : un parti sans doctrine, sans autorité, sans patron, incapable de mettre un terme à des pratiques digne de la IIIème république, qui nuisent non seulement à la crédibilité de ce parti, mais aussi à toute la gauche et à l'action politique en général.

Il est très facile de traiter de populistes ceux qui dénoncent les comportements des hommes politiques, il est apparemment plus délicat de se débarrasser des potentats locaux qui bafouent les principes qui sont censés fonder leur engagement.

http://www.jeanpierrevarlenge.com

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Laurent Joly : « Zemmour a une capacité à inverser la réalité des faits »
Ce soir, deux historiens répondent aux falsifications de l’histoire du candidat Éric Zemmour. Laurent Joly, spécialiste de l’antisémitisme et du régime de Vichy et auteur de « La Falsification de l’Histoire », est notre invité. Entretien également avec Serge Klarsfeld, cofondateur de l’association « Fils et filles de déportés juifs de France ».
par à l’air libre
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal
Julian Assange garde un espoir de pouvoir contester son extradition
La Haute Cour de justice de Londres a autorisé les avocats du fondateur de WikiLeaks à déposer un recours devant la Cour suprême contre la décision des juges d’appel qui avaient autorisé son extradition vers les États-Unis.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77
Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu
Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica