varlevent
Postier
Abonné·e de Mediapart

16 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 janv. 2011

La démocratie, ce n'est pas un jouet.

varlevent
Postier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Avant même qu'il soit élu, nous savions déjà, nous, les médiapartiens, que son quinquennat serait un drame. D'accord, sa médiocrité à dépassé toutes nos « espérances » mais à un an d'un nouveau scrutin, n'est-il pas devenu aujourd'hui urgent de l'oublier et d'envisager la suite sérieusement ? C'est d'ailleurs bien ce que toute la gauche proclame, construisons une alternative réelle, proposons aux électeurs une autre politique qui remettra l'humain au centre de tout, par exemple.

Le problème, c'est que la gauche est en miette, c'est surtout que la gauche ne veut pas comprendre les règles du jeu. Je suis le premier à souhaiter la fin de la cinquième, à bien me rendre compte que l'idée même de confier tous les pouvoirs à un seul est absurde mais puisqu'il en est ainsi pour l'instant, la gauche doit en tenir compte.

N'est-ce pas pathétique de voir le spectacle qu'offre aujourd'hui la gauche ? De voir le sectarisme de Besancenot qui viendra faire son petit tour et ses 5%, tout comme la candidate de LO dont personne ne connait le nom, d'assister affligé aux querelles internes du PS qui ne sont que des querelles de personnes, tout comme le sont celles des verts qui veulent probablement ressemblés au PS. Tous sont prêts à tout ou presque, en vue de « faire un score » au premier tour, la belle affaire. Et l'alternative que la gauche est sensée proposée, où est-elle et qui la portera le jour du second tour ? Car après le premier tour, il y en a un second, et c'est bien celui-là qu'il faudra gagner.

Alors d'accord, il faut du pluralisme, d'accord, il faut défendre ses convictions et ses valeurs, évidemment, mais cela ne doit pas nous faire oublier qu'en face, la cavalerie umpiste est déjà attelée, prête au combat, et bien consciente que l'important sera d'avoir, au soir du second tour, 50% des voix plus une, et rien d'autre.

Je crois que nombreux sont à gauche ceux qui vivent dans une illusion quasi délirante. Je ne veux pas remettre en cause leur sincérité ni le sérieux de leurs analyses mais le devoir du citoyen ne se limite pas à sa participation au premier tour de l'élection présidentielle et à la défense de son poulain. Il est aussi d'être capable de prendre en compte l'existence des autres électeurs et d'autres convictions toutes aussi respectables. De rechercher d'emblée celle ou celui qui saura le mieux proposer une ligne acceptable par le plus grand nombre, parmi ceux qui ne veulent pas de l'UMP.

Mais la gauche toute entière peut-elle s'entendre sur un socle commun, celui qu'elle devra brandir toute ensemble une fois connus les résultats du premier tour ? Il est malheureusement permis d'en douter. La lecture de certains commentaires écrits ici ou là par des personnes se proclamant toute de gauche me laisse surtout croire que nombre d'entre eux sont prêts à s'abstenir plutôt que de voter pour tel(le) ou tel(le) autre candidat de gauche.

Pendant ce temps là, nos adversaires se frottent les mains et se réjouissent des états d'âme des électeurs de gauche. Pendant ce temps là, ceux qui sont tout en bas et qui n'ont rien, ceux que la gauche est sensée défendre, tous ceux là demeurent encore et toujours complètement oubliés. Au nom des états d'âmes de certains enfants gâtés de la démocratie, ils sont sacrifiés. C'est à pleurer.

La démocratie, ce n'est pas un jouet.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Le « parachutage », révélateur des dilemmes de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — International
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS
Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony
Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées