VCLR
Abonné·e de Mediapart

27 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 nov. 2013

VCLR
Abonné·e de Mediapart

Ambiance fin de règne...

VCLR
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a une véritable ambiance de fin de règne moins de deux ans après l'élection d'un Président qui est sensé tenir cinq ans...

Comme le disait Mélenchon il y a quelques jours "ils vont tomber".

C'est une évidence! La raclée de mars 2014 sera historique. Je suis convaincu non seulement que le PS n'a jamais encore connu ce qui va lui arriver (même l'essorage des Législatives de 1993 sera un triomphe en comparaison) mais qu'aucun parti n'a jamais connu ce qui se trame.

Je crois bien aussi que le PS partagera sa peine avec d'autres...L'UMP notamment! Peut-être que le machin qui unira les centristes de BAYROU et les faux centristes de BORLOO taillera quelques croupières à la droite classique.

Mais hélas, le FN sera un des grands gagnants. Pas besoin d'être un extralucide, ni un aigle en analyse politique, ni un expert en science politique pour voir ce qui va se passer. Des partis vont passer de vie à trépas en mars et ceux qui n'auraient pas encore eu le coup fatal en mars s'éteindront en juin, lors des Européennes.

Mieux vaut faire le bon choix! Moi, je serai avec le Parti de Gauche et avec le Front de Gauche en attendant que naisse le Front du peuple que nous allons nous efforcer d'édifier.

Lors des obsèques des défunts partis d'hier et d'avant-hier, seront portés en terre tous ceux, militants, cadres politiques et chefs de clans, petits ou grands, illustres ou anonymes, qui auront cherché à sauver leur cul en défendant l'indéfendable et en nous faisant croire à tous qu'ils agissaient pour le bien commun quand ils n'avaient à l'esprit que leurs intérêts partidaires ou personnels.

Le parti le plus coupable aujourd'hui est celui qui tient le pays. C'est le Parti Socialiste. On a déjà dit, il y a longtemps, que c'était un astre mort. Avant que Mélenchon ne le dise ces dernières semaines, un autre au moins l'avait écrit, Jean-François Kahn, dans un pamphlet au vitriol intitulé "Pourquoi il faut dissoudre le Parti Socialiste". Je m'étais régalé à le lire même si je ne me retrouvais pas dans toutes les analyses de ce "centriste révolutionnaire". Il avait raison. Il disait que ce parti ne servait plus à rien puisqu'il pensait comme la droite et agissait comme elle. Il disait qu'il fallait une vraie Gauche. Nous avons œuvré pour la faire renaître. C'est le Front de Gauche. Nous avons déjà une droite diverse, il ne sert donc à rien d'en avoir une autre, fut-elle appelée Parti Socialiste!

Le PS est bel et bien un astre mort. On le voit toujours car c'est la lumière de ses années de gloire qui nous donne l'impression erronée qu'il brille encore. Les astrophysiciens savent que les étoiles qui meurent sont perçues très longtemps après le moment où elles ont disparu. Parce que la lumière qu'elles ont engendrée circule dans l'univers des milliards de milliards d'années.

Le PS connait le même sort. Il est déjà mort depuis longtemps mais peu sont ceux qui ont perçu cette mort. Mais fort heureusement pour nous tous, le jour est proche où il va s'éteindre pour de bon. Lui ne brillera pas encore, fut-ce par procuration, pendant des années...

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Ce que le gouvernement a fait aux chômeurs
La première réforme de l’assurance-chômage est pleinement entrée en vigueur il y a tout juste un an, et nul ne sait combien de chômeurs elle a pénalisé. Si les chiffres sont invisibles, les conséquences sur la vie des gens sont brutales. Témoignages.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Europe
Poutine entérine l’annexion de quatre régions ukrainiennes
Après une allocution au Kremlin, le président russe a signé l’annexion des régions ukrainiennes de Kherson et de Zaporijjia, ainsi que des autoproclamées « Républiques » de Donetsk et de Louhansk. Et il a prévenu que la Russie protègerait ses terres « en utilisant toutes [ses] forces ».
par Laurent Geslin
Journal
Le renseignement de sources ouvertes, nouvel art de la guerre d’Ukraine
La collecte et l’analyse des traces numériques laissées par les combats qui font rage en Ukraine peuvent-elles avoir une incidence sur le déroulement du conflit ? La guerre du Golfe avait consacré la toute-puissance de la télévision, celle d’Ukraine confirme l’émergence de l’Open Source Intelligence (OSINT).
par Laurent Geslin
Journal — Migrations
Sur TikTok, les passeurs font miroiter l’Angleterre à des Albanais, qui s’entassent à Calais
Depuis le début de l’année, les Albanais sont particulièrement nombreux à tenter la traversée de la Manche pour rejoindre l’Angleterre, poussés par des réseaux de passeurs dont la propagande abreuve les réseaux sociaux. Une fois dans le nord de la France, beaucoup déchantent.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol
Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica
Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff