VCLR
Abonné·e de Mediapart

27 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 déc. 2013

VCLR
Abonné·e de Mediapart

De Cyrano à Mélenchon…

VCLR
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On dira que le rôle de « Le Bret » pourrait être endossé par tous les « raisonnables » du FdG et d'ailleurs qui nous appellent à la modération, à la tolérance, à l’ouverture…envers les Solfériniens.

Et le Front de Gauche serait comme cette troupe des « cadets de Gascogne », une armée de militants fiers, arrogants, orgueilleux mais braves, loyaux, fidèles à leurs valeurs, prêts sans renâcler à mourir pour elles ou pour une noble cause…

Et, ÉVIDEMMENT, Jean-Luc Mélenchon incarnerait Cyrano ! Cet homme qui est…

... « des moins ordinaires »…

... « le plus exquis des êtres sublunaires »…

... « rimeur »…

... « bretteur »…

... « bizarre »…

... « excessif »…

... « extravagant »…

... « plus fier que tous les Artaban dont la Gascogne fut et sera toujours l’alme Mère gigogne »…

... dont « le glaive est la moitié des ciseaux de la Parque »…

... qui est toujours d’ « humeur bataillarde »…

... qui a « moralement ses élégances »…

... qui « ne sortirait pas avec, par négligence, un honneur chiffonné, des scrupules en deuil »…

... qui marche « sans rien sur lui qui ne reluise, empanaché d’indépendance et de franchise »…

... dont « l’âme se cambre ainsi qu’en un corset »…

... qui « retroussant son esprit ainsi qu’une moustache, fait, en traversant les groupes et les ronds, sonner les vérités comme des éperons »…

... qui « n’a pas de gants, la belle affaire ! »…

... qui reconnaît qu’il « lui en restait un seul…d’une très vieille paire » mais qu’il l’a « laissé dans la figure de quelqu’un ! »…

... qui « a des fourmis dans son épée »…

... qui sait donner de « petits coups charmants »…

... et qui toujours "à la fin de l’envoi…touche".

*

Après cette jouissive remise en situation, transportons-nous au premier acte, à la scène 2. CYRANO et son ami LE BRET conversent après que CYRANO ait donné une leçon de morale à tout un public et un coup d’épée à un « petit baron »…

CYRANO (à LE BRET) : Oh ! toi ! tu vas grogner !

LE BRET (à CYRANO) : Enfin, tu conviendras qu'assassiner toujours la chance passagère devient exagéré.

CYRANO (à LE BRET) : Hé bien oui, j'exagère !

LE BRET  (triomphant à CYRANO) : Ah !

CYRANO (à LE BRET) : Mais pour le principe, et pour l'exemple aussi, je trouve qu'il est bon d'exagérer ainsi.

LE BRET (à CYRANO) : Si tu laissais un peu ton âme mousquetaire, la fortune et la gloire...

CYRANO (à LE BRET et à la cantonade) : Et que faudrait-il faire ? Chercher un protecteur puissant ? Prendre un patron ? Et comme un lierre obscur qui circonvient un tronc et s'en fait un tuteur en lui léchant l'écorce, grimper par ruse au lieu de s'élever par force ? Non, merci !

Dédier, comme tous ils le font, des vers aux financiers ? Se changer en bouffon dans l'espoir vil de voir, aux lèvres d'un ministre, naître un sourire, enfin, qui ne soit pas sinistre ? Non, merci !

Déjeuner, chaque jour, d'un crapaud ? Avoir un ventre usé par la marche ? Une peau qui plus vite, à l'endroit des genoux, devient sale ? Exécuter des tours de souplesse dorsale ? Non, merci !

Devenir un petit grand homme dans un rond ? Et naviguer, avec des madrigaux pour rames, et dans ses voiles des soupirs de vieilles dames ? Non, merci !

Chez le bon éditeur de Sercy, faire éditer ses vers en payant ? Non, merci !

S'aller faire nommer pape par les conciles que dans les cabarets tiennent des imbéciles ? Non, merci ! 

Travailler à se construire un nom sur un sonnet, au lieu d'en faire d'autres ? Non, merci !

Ne découvrir du talent qu'aux mazettes ? Être terrorisé par de vagues gazettes et se dire sans cesse : "Oh, pourvu que je sois dans les petits papiers du Mercure François ?" Non, merci !

Calculer, avoir peur, être blême, préférer faire une visite qu'un poème ? Rédiger des placets, se faire présenter ? Non, merci ! Non, merci ! Non, merci !

Mais chanter, rêver, rire, passer, être seul, être libre, avoir l'œil qui regarde bien, la voix qui vibre, mettre, quand il vous plaît, son feutre de travers, pour un oui, pour un non, se battre ou faire un vers ! Travailler sans souci de gloire ou de fortune à tel voyage, auquel on pense, dans la lune ! N'écrire jamais rien qui de soi ne sortît. Et modeste d'ailleurs, se dire : mon petit, sois satisfait des fleurs, des fruits, même des feuilles, si c'est dans ton jardin à toi que tu les cueilles ! Puis, s'il advient d'un peu triompher, par hasard, ne pas être obligé d'en rien rendre à César. Vis-à-vis de soi-même en garder le mérite. Bref, dédaignant d'être le lierre parasite lors même qu'on n'est pas le chêne ou le tilleul. Ne pas monter bien haut, peut-être, mais tout seul !

LE BRET (à CYRANO) : Tout seul, soit ! Mais non pas contre tous ! Comment diable as-tu donc contracté la manie effroyable de te faire toujours, partout, des ennemis ?

CYRANO (à LE BRET) : A force de vous voir vous faire des amis et rire à ces amis dont vous avez des foules, d'une bouche empruntée au derrière des poules ! J'aime raréfier sur mes pas les saluts et m'écrie avec joie : un ennemi de plus !

LE BRET (à CYRANO) : Quelle aberration !

CYRANO (à LE BRET) : Eh bien oui, c'est mon vice ! Déplaire est mon plaisir. J'aime qu'on me haïsse. Mon cher, si tu savais comme l'on marche mieux sous la pistolétade excitante des yeux ! Comme, sur les pourpoints, font d'amusantes taches le fiel des envieux et la bave des lâches ! Vous, la molle amitié dont vous vous entourez, ressemble à ces grands cols d'Italie, ajourés et flottants, dans lesquels votre cou s'effémine. On y est plus à l'aise... et de moins haute mine car le front n'ayant pas de maintien ni de loi, s'abandonne à pencher dans tous les sens. Mais moi, la Haine, chaque jour, me tuyaute et m'apprête la fraise dont l'empois force à lever la tête. Chaque ennemi de plus est un nouveau godron qui m'ajoute une gêne, et m'ajoute un rayon. Car, pareille en tous points à la fraise espagnole, la Haine est un carcan, mais c'est une auréole !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Avec le nucléaire, la France s’aligne sur les stratégies industrielles d’États autoritaires
Moins de 10 % de l’électricité mondiale a été produite par du nucléaire en 2021, selon un rapport annuel de référence. La Chine et la Russie construisent le plus de réacteurs à l’uranium, plaçant la France en bien mauvaise compagnie démocratique, alors qu’elle veut lancer de nouveaux EPR.
par Jade Lindgaard
Journal
Iran : l’hymne à la révolte qui galvanise la jeunesse
À l’heure où les affrontements se font de plus en plus violents, comme à l’université Sharif de Téhéran et qu’une autre jeune fille a été battue à mort, la chanson « Pour », qui raconte simplement les désirs de liberté des manifestants, a recueilli plus de 40 millions de vues en deux jours.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Europe
Les Russes fuient vers le Kazakhstan, le président Tokaïev sur un fil face à la Russie
Plus de 200 000 citoyens russes sont entrés au Kazakhstan depuis le 21 février, et 50 000 y sont restés. Le président Kassym-Jomart Tokaïev tente de prendre ses distances avec le Kremlin sur le dossier ukrainien. Mais sa marge de manœuvre semble limitée, explique Michaël Levystone, spécialiste de l’Asie centrale.
par Laurent Geslin
Journal
En Tanzanie, TotalEnergies prépare une bombe climatique aux relents colonialistes
Les Amis de la Terre et Survie publient une enquête inédite sur un futur oléoduc du géant pétrolier français en Tanzanie. Ce projet écocidaire et néocolonial aura des impacts désastreux sur les plans humain, écologique et climatique. Mais la résistance s’organise.
par Mickaël Correia

La sélection du Club

Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac
Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière
Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze
Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza