VCLR
Abonné·e de Mediapart

27 Billets

0 Édition

Billet de blog 31 mars 2014

VCLR
Abonné·e de Mediapart

Analyse iconoclaste à propos de la nomination de Manuel VALLS à la tête du gouvernement

VCLR
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je vous livre cette rapide analyse...

2 options :

- soit Hollande est vraiment  très très très con et il se suicide car en nommant Valls à la place d'Ayrault, il fait un nouveau grand bras d'honneur au peuple français...inutile d'expliquer pourquoi..

- soit il est un machiavel en herbe car en nommant le plus droitier, le plus autoritaire, le plus haï de la gauche, il joue ce jeu de la triangulation : prendre les mots de l'adversaire, faire sa politique dans tous les domaines pour plaire au peuple de droite qui n'aura plus envie alors de se tourner vers ses leaders "naturels", lesquels deviendront inaudibles. En outre, deuxième effet kiss cool de la chose, il est garanti que Valls sera carbonisé dans quelques mois comme tous les Premiers ministres l'ont été. Aucun Premier ministre n'a JAMAIS été  élu à la Présidence de la République à la suite du passage à Matignon qui, on le voit une nouvelle fois, avec AYRAULT, sort de sa charge en haillons...

Rappel historique:

- Michel DEBRÉ, premier Premier Ministre de DE GAULLE aurait eu envie d'aller plus haut mais il comprit très vite que ce ne fut pas envisageable pour lui.

- Ensuite, POMPIDOU, second Premier Ministre de DE GAULLE, certes il fut élu Président mais après une petite traversée du désert ou "mise en réserve de la République" selon les termes de DE GAULLE, puisqu'il fut démissionné de Matignon en juillet 1968 et ne fut élu à la Présidence que l'année suivante après la démission du général.

- Jacques CHABAN-DELMAS, premier Premier ministre de POMPIDOU au début du septennat (de juillet 1969 à juillet 1972) tenta en vain de se faire élire Président de la République à l'élection présidentielle de 1974. CHIRAC lui barra la route...

- Jacques CHIRAC, justement, Premier Ministre de GISCARD de mai 1974 à août 1976, échoua à se faire élire à l'élection présidentielle de 1981 puis, à nouveau Premier Ministre (de cohabitation cette fois) de mars 1986 à mai 1988, il échoua une seconde fois à se faire élire Président à l'élection présidentielle de 1988

- Michel ROCARD, premier Premier Ministre de MITTERRAND, de mai 1988 à mai 1991 eut des velléités de se faire élire Président en 1995 mais on sait qu'il fut politiquement tué aux élections européennes de 1994

- Edouard BALLADUR, Premier ministre de la 2ème cohabitation entre mars 1993 et mai 1995 essaya lui aussi, en vain, de passer de Matignon à l'Élysée. C'est CHIRAC qui remporta l'élection mais il n'était plus le Premier Ministre sortant...

- Lionel JOSPIN, Premier Ministre de la 3ème cohabitation entre juin 1997 et mai 2002, échoua à son tour... À noter : MITTERRAND et SARKOZY n'étaient pas Premiers Ministres quand ils ont été élus.

Donc à moins que VALLS ne soit le premier à bouleverser l'Histoire traditionnelle de la Ve République, il sera perdant lui aussi.

Et puis, le 25 mai DE CETTE ANNÉE, la "majorité" dont il est devenu le chef subira une nouvelle élection qui ne peut qu'être une sanction encore plus cruelle pour le pouvoir en place!

Et si HOLLANDE voulait tuer VALLS en à peine deux mois...

Autre argument : VALLS à Matignon ne commande plus directement la police. Même si la constitution en vigueur stipule, en son article 21: "Le Premier ministre dirige l'action du Gouvernement. Il est responsable de la Défense nationale. Il assure l'exécution des lois (...)", nous savons bien, et depuis très longtemps, que le Premier Ministre n'a de pouvoir que ce que le Président lui laisse. La constitution a beau dire autre chose, la réalité politique subjugue ce texte constitutionnel. Combien de chefs du gouvernement n'ont pas déjà expliqué cela en détail...

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire se barricade dans son conseil municipal
Pour le premier conseil municipal depuis le début de l’affaire du chantage à la sextape, le maire Gaël Perdriau a éludé les questions de l’opposition. Pendant que, devant l’hôtel de ville, des centaines de manifestants réclamaient sa démission.
par Antton Rouget
Journal — Europe
En Italie, l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en sièges cache une stabilité de son électorat. Le pays n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet
Journal — Gauche(s)
Julien Bayou démissionne, les écolos sidérés
Visé par une enquête interne de son parti pour « violences psychologiques », le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts et coprésident du groupe écologiste à l’Assemblée nationale a démissionné de ses fonctions. Il dénonce une « instrumentalisation des souffrances » à l’ère de #MeToo et à deux mois du congrès des écologistes.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Gauche(s)
Boris Vallaud : « Je ne crois pas aux privilégiés d’en bas »
Soucieux de parler aux « classes populaires laborieuses », le chef de file du groupe socialiste à l’Assemblée nationale estime que leurs intérêts sont conciliables avec la transition écologique. Et met en garde contre la banalisation de l’extrême droite.
par Mathieu Dejean, Fabien Escalona et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Chéri, je crois qu’on nous a coupé le gaz !
Depuis quelques mois, la discrète Roumanie ravitaille le reste du monde. Le plus grand port de la mer noire s’érige au nom de Constanța. Les affaires battent leur plein. Les céréales sont acheminées dans des wagons sans fin. Aujourd'hui, comment vit-on dans un pays frontalier à l'Ukraine ? Récit de trois semaines d'observation en Roumanie sur fond de crise énergétique et écologique.
par jennifer aujame
Billet de blog
« Avoir 20 ans en Ukraine » : un témoignage plus nuancé
Dans son édition du 12 septembre 2022, l'équipe de « C dans l'air » (France 5) diffusait un reportage de 4 minutes intitulé : Avoir 20 ans à Kiev. Festif, le récit omettait que ces jeunes ukrainiens font face à des impératifs bien plus cruels. M'étant aussi rendu en Ukraine, j'écris à Maximal Productions un email ré-adapté dans le présent billet afin de rappeler une réalité moins télégénique.
par vjerome
Billet de blog
Tenir bon et reprendre l’offensive
Sept mois de guerre et d’atrocités en Ukraine, un peuple héroïque qui ne rompt pas et reprend l’initiative. La perspective, même lointaine, d’une libération de l’Ukraine devrait faire taire ceux qui théorisaient l’inaction devant les chars russes, validant la disparition d’un peuple et de ses libertés.
par Yannick Jadot
Billet de blog
Ukraine : non à la guerre de Poutine
Face à la guerre, la gauche au sens large a pris des positions divergentes, divergences largement marquées par des considérations géopolitiques. Le mot d'ordre « non à la guerre de Poutine » permet d'articuler trois plans : la résistance des Ukrainiens contre l'agression russe, les mobilisations contre la guerre en Russie, la course aux armements.
par denis Paillard