vdvd1
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 sept. 2020

A Rome, l’aide aux migrants passe par le sport

En Italie, des initiatives lancées par la société civile pour aider les migrants permettent la réhabilitation d’espaces publics abandonnés.

vdvd1
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© Lea Lavigne

C’est à Pietralata, au Nord-Est de Rome, que l’Association Liberi Nantes a été lancée en 2007 sous l’impulsion d’un groupe de jeunes italiens. Ses fondateurs, dont l’actuel président Alberto Urbinati, ont décidé d’établir le quartier général de l’association dans un espace sportif construit dans les années 1960 et progressivement abandonné, le « Campo XXV Aprile » (en référence à la date anniversaire de la Libération de l’Italie de l’occupation nazie, le 25 avril 1945).

L’idée était de réhabiliter cet espace où d’antan se retrouvaient les jeunes du quartier, et qui symbolise à la fois une identité culturelle et la cohésion sociale dans cette zone de Rome populaire et excentrée. Inspirée par les Mondiaux Antiracistes organisés par l’Union Italienne du Sport pour Tous, l’association fonde l’équipe de football « Liberi Nantes FC », exclusivement composée de joueurs étrangers, plus précisément des réfugiés et des demandeurs d’asile.

Durant un entrainement © Lea Lavigne

Ainsi, une nouvelle dynamique s’ajoute à la première : permettre à cette population vulnérable de récupérer une certaine dignité, perdue le long d’un trajet souvent extrêmement violent, et de lui permettre de s’évader du quotidien des centres d’accueils, le temps d’un entraînement ou d’une partie de foot. L’objectif est de lui offrir l’opportunité de pratiquer une activité sportive et d’améliorer ses conditions physique et psychologique, de se faire de nouveaux amis et de pratiquer l’italien.

Durant un entrainement © Lea Lavigne

Liberi Nantes considère en effet que le football permet de créer un esprit de cohésion et de solidarité entre les joueurs. Ceux-ci, informés des activités de l’association par le bouche à oreille, sont très satisfaits de cette initiative, comme en témoigne l’un d’eux : « ici, au Campo XXV Aprile, nous nous sentons à la maison ». Le gardien de but, Bob Rasta, Érythréen installé à Rome, est membre de l’équipe depuis quelques années. Selon lui, ce qui fait la force de la Liberi Nantes FC c’est d’avoir permis à des Africains de pays et cultures différentes de se rencontrer et de se créer un groupe de solidarité ici en Italie, au regard de leur situation difficile. Cependant, il témoigne du racisme ambiant, notamment de la part de joueurs italiens. L’initiative est pourtant bien perçue par les riverains : « ils sont très gentils, parfois ils viennent même assister aux matchs » témoigne-t-il.

Des réfugiés et demandeurs d'asile suivent un entrainement de foot © Lea Lavigne

Les joueurs de l’équipe Liberi Nantes FC sont à 90% originaires d’Afrique Sub-saharienne. Étant demandeurs d’asile et n’ayant pas le statut de résidents en Italie, l’équipe n’est officiellement pas considérée comme professionnelle. Cela ne l’empêche pas de participer régulièrement à des championnats fédéraux contre des équipes italiennes, dont elle sort souvent victorieuse.

Match entre les équipes Liberi Nantes FC et Nuova Castelchiodato © Lea Lavigne

Aujourd’hui, l’Association Liberi Nantes fête ses 13 ans d’existence avec beaucoup de succès, d’initiatives (des excursions aux alentours de Rome, des cours d’italien, la formation d’une équipe féminine de rugby composée d’étrangères et d’italiennes) et de projets, notamment celui de rénover entièrement le Campo XXV Aprile avec des matériaux durables pour en faire un lieu de rassemblement ouvert à tous.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour : les « Zouaves Paris » derrière les violences
Le groupuscule « Zouaves Paris » a revendiqué lundi, dans une vidéo, les violences commises à l’égard de militants antiracistes lors du meeting d’Éric Zemmour à Villepinte. Non seulement le candidat n’a pas condamné les violences, mais des responsables de la sécurité ont remercié leurs auteurs.
par Sébastien Bourdon, Karl Laske et Marine Turchi
Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie