«24 heures sans nous»

. Alors que le pouvoir sarkozyste, empruntant au fond de commerce lepéniste, stigmatise les travailleurs immigrés, le 1er mars, une « journée sans immigrés » («24 heures sans nous» ) est organisée en France afin de « changer le regard sur l'immigration ». Où en est cette initiative ?

.

 

Alors que le pouvoir sarkozyste, empruntant au fond de commerce lepéniste, stigmatise les travailleurs immigrés, le 1er mars, une « journée sans immigrés » («24 heures sans nous» ) est organisée en France afin de « changer le regard sur l'immigration ». Où en est cette initiative ?


.

 

En septembre 2009, le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, suscitait l'indignation en devisant, lors de l'université d'été de l'UMP: «Quand il y en a un, ça va, c'est quand il y en a beaucoup qu'il y a des problèmes». Depuis, les dérapages se sont succédés notamment à l'occasion du débat de la honte sur "l'identité nationale". Confronté au manque d'initiatives des acteurs de la gauche, un collectif (1) s'est créé et a décidé d'organiser une action, le 1er mars, une «journée sans immigrés». Ce jour-là, les immigrés sont appelés à ne pas participer à la vie économique du pays, c'est-à-dire ne pas se rendre au travail et ne pas consommer. Disons tout de suite qu'il leur sera plus facile de ne pas consommer (!) que de faire massivement grève !

.

 

«24 heures sans nous» sera le slogan de cette journée, une action inédite qui a pour but de montrer que l'immigration n'est pas un «problème» mais représente, au contraire, un apport important à l'économie du pays.
Une action similaire, «A day without an immigrant», a eu lieu, le 1er mai 2006, aux États-Unis sous l'administration Bush, après l'annonce d'un projet de loi prévoyant que «toute personne résidant illégalement aux États-Unis sera considérée comme criminelle, ainsi que toute personne hébergeant ou employant un immigré clandestin». Près de deux millions de manifestants avaient défilé ce jour-là à Los Angeles.
.

 

En France, le mouvement de grève des 6000 travailleurs sans-papiers, qui a débuté le 12 octobre, a fait tomber l'argument mensonger de la droite extrême présentant les immigrés comme des assistés profitant des aides sociales. De nombreux secteurs d'activité sont touchés par ces grèves: sociétés de nettoyage, chantiers du tramway, BTP, boîtes d'intérim, aides aux personnes...

Les grévistes réclament leur régularisation et l'accès aux droits fondamentaux de tous les travailleurs. Ils font éclater au grand jour leurs conditions de travail et leur exploitation indigne. Ils montrent qu'ils sont au cœur d'un système, utilisés comme une main-d'œuvre bon marché par des entreprises privées et publiques tout en étant victimes de la répression policière. Cette grève met les patrons et le gouvernement dans l'embarras car elle montre clairement que la situation des sans-papiers profite aux patrons en leur permettant de dégrader les salaires et les conditions de travail de tous les travailleurs.
.

 

L'initiative de la journée sans immigrés du 1er mars se veut donc une action coup de poing, une occasion de montrer que la France ne peut se passer de l'immigration et de susciter une prise de conscience dans la population. Elle est devenue rapidement très populaire auprès des immigrés et des enfants issus de l'immigration. Les réseaux sociaux, tels que Facebook ou Twitter, ont contribué à ce boom médiatique.

.

 

Des milliers de personnes se déclarent aujourd'hui prêtes à rejoindre ce mouvement du 1er mars.
Même si on peut se réjouir de cette initiative, aucune manifestation n'est prévue ce jour-là afin, selon les fondateurs du collectif, d'éviter des débordements. Le cadre organisationnel s'est voulu dès le départ informel et flou pour «rester une plateforme la plus large possible, pour toucher le plus grand nombre, de droite comme de gauche» (dixit Nadia Lamarkbi, présidente du collectif). Une lettre a même été envoyée par le collectif à Nicolas Sarkozy pour qu'il se joigne à cette initiative de par ses origines hongroises. On espère que c'est par dérision...
.

 

Les personnes victimes du racisme au quotidien sont souvent les plus précaires et les plus pauvres et beaucoup ont déclaré ne pas pouvoir prendre le risque de s'absenter du travail. Le collectif n'a pas su impliquer les syndicats pour déposer un appel à la grève massive à cause d'une prétendue peur de récupération politique. Il propose à défaut la mise en place d'un brassard solidaire...

.

 

Aucune stratégie à long terme n'a été définie et on peut regretter le manque de revendications. Une telle initiative aurait pu être l'occasion de faire le lien avec la régularisation de tous les sans-papiers, la suppression du ministère de l'Identité nationale et de l'immigration.
Les limites de la journée sans immigrés du 1er mars en France n'empêchent pas de constater que cette action est une des rares propositions qui a émergé au moment où le gouvernement utilise le racisme comme arme de division.

.

 

La gauche française a été malheureusement incapable ces derniers mois d'apporter une réponse conséquente à la question du racisme d'État et aux multiples dérapages du gouvernement. La gauche de gauche serait bien inspirée de se saisir de cette journée en étant une force de solidarité mais aussi de proposition pour rendre cette initiative plus combative.
.

 

1. http://www.la-journee-sans-immigres.org

Avec laetitia, JRV.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.