vent d'autan
Je ne suis qu'un rêveur...
Abonné·e de Mediapart

188 Billets

4 Éditions

Billet de blog 30 mai 2022

AU NOM DU PÈRE

Résilience, le courage d’être, en accord avec soi. Se livrer pour mieux se délivrer. Je vous parle d’un temps que les moins de 20, 30 et 40 ans ne peuvent ni comprendre, ni connaître. Une époque où le patriarcat dominait la société, entre grandeur et fermeté, mains de fer dans un gant de velours. Autorité suprême.

vent d'autan
Je ne suis qu'un rêveur...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cet Enfer me ment © Vent d'Autan

Au travers des portes du temps, de père en fils, insidieuse et vénéneuse, elle se répand dans le silence des murmures, vénale contagion des invariants de l’âme. Virilité, masculinité, impasse des travers. Patrimoine des gènes. Sulfureux héritage générationnel.  Au fil de ce chapelet d’injonctions, le chemin de la soumission infantile reste un processus d’identification à l’homme de demain. Attributs de celui qui, en devenir, se devra de porter avec ardeur et fierté, le flambeau de tout un seul clan rempli du ridicule de cette fatuité.

« Tu seras un homme, mon fils ! »

Tout est fini, tout est foutu. Rien n’est plus. Rien ne va plus. On se regarde à peine, par pudeur, par effraction, le cœur à la traine. Une parole, un geste, une lueur. Peine perdue. Mutisme de forcené. Comment habiter ces silences, cet enfermement. Sauvage naufragé, taiseux, verrouillé à double tour. Crime de la parole et tourments du dialogue. Au commencement était le Verbe.

« Les femmes ne sont que des pipelettes. Parler, ça ne sert à rien. Nous, on se comprend très bien comme ça… »

Point d’effusions de nature à afficher quelconque sensibilité ou à s’exposer au regard de l’autre. Comme si le mot en lui-même, portait toutes les racines de profonds renoncements. Fierté déplacée, orgueil mal embouché. L’expression des sens hors d’atteinte, détournée de toute interprétation, dénuée de quelconque explication. L’esprit le plus cartésien possible, coupé d’émotions, blindé d’amertume. Point d’évasion, nulle échappatoire. Juste traverser sans encombre. Que la raison ait toujours cette assez belle façade. Prophétie de pacotilles.

« Un homme ça ne pleure pas. Les larmes, c’est pour les chochottes. Arrête donc de chouiner. Mouche ton nez. Remonte tes chaussettes. Tu t’es vu partir, avec ta dégaine de travers, tes bras ballants, tes genoux cagneux, tes deux mains gauches. Redresse-toi. Sois fier. Lève la tête quand je te parle. Bats-toi, bon sang. Pas de mauviettes chez nous. Allez avance ! »

Quelque chose de renfermé sur soi, de séquestré en soi. Impression de ne pas être à la hauteur de. Sensation de vide, d’imposture. Illusions dérisoires. Les mots brisés d’émotion.  Solitaire et solitude. De quelle raison, de quelle croyance, de quel Dieu. Dieu le Père ! Incarnation de la toute puissance divine. Et si demain était la nuit ? Et toutes ces petites phrases cinglantes qui claquent comme un coup de fouet, un coup de semonce. Rappel à l’ordre. Sommation avant soumission. La frustration trouve partout son grain où sont distillées vérités frelatés, croyances arriérées et immuables traditions qui paralysent tous rêves de liberté. Ainsi prospèrent les miracles vénéneux des hommes, souverains d'illusions fallacieuses.

« N’oublie pas que tu portes mon nom…. »

Puissance du je incarné, exacerbé. L’autre, différencié ne pouvant exister. Se fondre et se confondre dans le même moule, en pensées et en actions. Marcher dans les pas de celui qui trace la route, de celui qui jamais ne doute. Affirmé dans cette espèce de force, de consistance. Sur de lui, fidèle à ses principes, en profond accord avec les idéaux des ses aïeux. Dans la lignée de la répétition des principes et de la reproduction du moi idéal.

 « En toutes circonstances, je suis le Père… »

Chacun reçoit sa part de vie, plus ou moins libre de s’en satisfaire. On grandit comme on peut avec ses faiblesses et ses propres failles. La construction est plus ou moins bancale avec un étayage fait de bric et de broc. Le petit garçon sur lequel se portent toutes les projections, grandit tant bien que mal en se jurant de ne jamais être adulte. Croix de bois, crois de fer…. Certainement pas un de ces hommes là, qui gesticulent leur trop plein de testostérone. Intime promesse d’être différent. L'heure n'est plus aux marivaudages. Bouleversée par la détresse qui somnole, l'existence, telle un coup de tocsin, se mue en incendie.

« Et si un jour tu trouves une femme couchée, surtout ne la relève pas. Profite, tant que tu le peux. Sois un homme…. »

Verts tiges © Vent d'Autan

Des mots qui résonnent encore à tue-tête, en écho avec ceux de la sacro Sainte Mère Nitouche, entre chaleur effroi polaire : «  les hommes, tous des salauds… ». Aversion des mœurs. Mensonge du pouvoir et du savoir masculin. L’individu tributaire des humeurs de son membre érectile. Grandeur et décadence du bourgeon de la virilité masculine.

Comment exister, être à la hauteur, en accord avec soi et en désaccord avec cette incarnation du mâle. Fuir ce schéma là. Jamais assez, jamais à la hauteur, toujours à la traine, à la ramasse dans l’ombre du grand chêne. La marche est bien trop haute pour espérer être franchie. Ravaler ses rancœurs, se taire et abdiquer. Ne pas faire de peine. Rien n’aura suffit. 

« Sois un homme, un vrai. Pas une lopette, un moins que rien. Dans la vie il faut travailler dur pour gagner sa croute pour faire vivre sa famille. Se reposer, c’est peine perdue, chez nous autres, pas de place pour les fainéants…. »

Violence physique, pression verbale, dégâts psychiques. Cocktail explosif. Il en aura fallu du temps pour en venir à bout avant de s’accepter dans sa propre différenciation. L'enfer, parfois, a les pieds bien ancrés sur terre.

« Il faut être ferme. Pas de faiblesse. Une main qui donne et l’autre qui prend. Tu n’as pas la poigne, pas la carrure. Tu n’as pas su élever tes gosses. Moi, ton fils je l’aurai dressé… »

La filialité humaine entachée par quelques verres de trop. Comme si l’apprentissage  de la vie n’était qu’une question de dressage, rapport de force entre individualités. Exister ou plier, s’aplatir  telle une larve, se soumettre à l’autorité suprême. Dictature des familles. Postulat des diktats. Le patriarche a perdu quelques plumes, mais le vieux mâle dominant rugit encore. Peine perdue. Père et fils, impossible adéquation.Patriarcat, les racines du mâle. Mauvais karma.

Le tout premier pas, celui qui coûte © Vent d'Autan

Juste une porte dérobée pour s’extirper de l’influence. S’affranchir, s’extraire du cercle infernal de la répétition. Briser les codes de la table des lois patriarcales. Exister différemment, en tant que soi, affranchi du pouvoir et du devoir. Être différent d’eux, de cette lignée de dominants.

Trahir ses pairs, se déraciner. Endosser des milliers de costumes avant de trouver l’habit propre à son personnage. Tout sauf un long fleuve tranquille pour sortir de l’ombre. Bien plus qu’une quête, la traversée de l’intime en terre inconnue. Le voile de la pudeur. Excessive, sauvage, ténébreuse, ombrageuse, irrépressible gaucherie.

Résilience, le courage d’être, en accord avec soi. Se livrer pour mieux se délivrer.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, et même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi
Journal — International
« Ils ne nous effaceront pas » : le combat des Afghanes
Être une femme en Afghanistan, c’est endurer une oppression systématique et brutale, encore plus depuis le retour au pouvoir des talibans qui, en un an, ont anéanti les droits des femmes et des fillettes. Quatre Afghanes racontent à Mediapart, face caméra, leur combat pour ne pas être effacées. Un documentaire inédit.
par Mortaza Behboudi et Rachida El Azzouzi
Journal
Un homme condamné pour violences conjugales en 2021 entre dans la police
Admis pour devenir gardien de la paix en 2019, condamné pour violences conjugales en 2021, un homme devrait, selon nos informations, prendre son premier poste de policier en septembre dans un service au contact potentiel de victimes, en contradiction avec les promesses de Gérald Darmanin. Son recrutement avait été révélé par StreetPress.
par Sophie Boutboul
Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Une déflagration mondiale (3/9)
La veuve de Céline disparue, délivré de mon secret, l’heure était venue de rendre publique l’existence du trésor et d’en informer les héritiers… qui m’accusèrent de recel.
par jean-pierre thibaudat