La tentation de l'Homme fort

Le monde d'après a déjà changé

C’est François Sureau ce matin qui a déclenché mon besoin d’écrire et de mettre de l’ordre dans mes pensées. François Sureau, avocat et écrivain, décoré de la légion d'honneur,  gaulliste old school, farouche défenseur des libertés - il a commis plusieurs livres sur le sujet -s’insurge au micro de France Inter: « Je regardais la télévision et je vois un journaliste qui dit: « notre premier devoir est de vous rassurer! (…) Mais comment ça? Nous sommes la nation française, nous avons supporté les épidémies, la guerre de 100 ans, la peste, la Convention, la Commune, la Vermacht sur les Champs-Elysées, nous n’avons pas besoin d’être rassurés! Nous avons besoin que le gouvernement se voit poser des questions et que nous puissions juger nous-mêmes en tant que citoyens de la validité des réponses qu’il donne! Non nous n’avons pas besoin d’être rassurés! » . C’était si réjouissant cette envolée lyrique, que j’ai applaudi toute seule dans mon salon. Nicolas Demorand a ricané bêtement « Voilà vous serez inquiet quand vous entendrez ça au lieu d’être rassuré » a-t-il dit. J’ai attrapé l’émission en cours. Sureau s’insurge et s’inquiète de la disparition progressive des libertés, du contrôle numérique de la population qui se profile, toute chose avec lesquelles on ne peut qu’être d’accord, quand Lea Salamé, fidèle chienne de garde, lui demande insidieusement: « Mais cette liberté dont vous parlez, pensez-vous vraiment que ce soit la préoccupation des français? Ne pensez-vous pas que les français ont avant tout envie d’être protégés en ce moment, quitte à perdre leurs libertés? Ne sont-ils pas dans la tentation d’un Homme fort (oui oui elle a dit homme) comme Orban en Hongrie? » Et bien sûr cette façon de questionner par la négative pénètre sournoisement le cerveau de l’auditeur. Oui, il veut être protégé l’auditeur, confiné depuis déjà plus de deux semaines, bien sûr… Et un homme fort, ça sonne bien, ça sonne mieux qu’une dictature; ça ne sonne pas pareil en fait.  Moi aussi j’aimerais bien être protégée par un homme fort, oui, un homme fort qui me prendrait dans ses grands bras musclés, ça serait vraiment pas mal…  Et c’était d’autant plus déplaisant que ça a déstabilisé un peu Sureau.    "Si, je pense que les libertés intéressent beaucoup les français » a-t-il balbutié, « et en Chine, malgré les privations de liberté, il y a eu beaucoup de victimes, ce n’est donc pas lié ». Mais le vers est dans le fruit. L’homme fort est entré dans la place. France Inter, le bruit du monde, la petite musique du pouvoir, déjà en marche pour les prochaines élections.. 

Ce matin j’ai lu une tribune de Libé largement relayée sur FB: "Et si rien ne changeait dans le monde d’après?"

https://www.liberation.fr/debats/2020/03/31/et-si-rien-ne-changeait-dans-le-monde-d-apres_1783674

Mais ça a déjà changé! Des frontières se sont fermées (la plupart temporairement bien sûr, mais toutes? Et à tous?), ils ont fait passer une loi sur l’arrêt des 35h, autorisé 60h de travail hebdomadaires, et fait passer les RTT et les congés payés au bon vouloir de l’employeur (tout cela bien sûr soi-disant pour la période du Coronavirus mais sans que ce soit spécifié nulle part).

Et la surveillance numérique est déjà en route: https://www.arretsurimages.net/emissions/arret-sur-images/lapres-confinement-la-surveillance-va-etre-ineluctable

Ce qui est extraordinaire c’est qu’avec la propagation du virus, et la venue probable et réelle de nouveaux virus, dus à la destruction de la biodiversité, une grande partie de la population qui pourrait se montrer rétive au premier abord, plébiscitera ces mesures, parce que ces mesures sont aussi des mesures de protection et qu'elles seront perçues comme telles. 

Il est plus que probable que les services de santé, et sans doute d’autres services publics dont le pouvoir semble réaliser aujourd’hui l’absolu nécessité au fonctionnement de la société et de l'état auront plus de moyens, et de nombreuses entreprises seront relocalisées en France ou en Europe mais au service de quelle politique? De quel projet de vie? 

Car il est également plus que probable qu'à l’issue de cette crise, les milliards qui devraient être investis pour un changement radical de paradigme économique et politique en faveur de la sauvegarde de la planète et de la biodiversité seront investis par la main d’Hommes forts pour protéger ces mêmes Hommes forts de tout ce qui pourrait nuire à leur petit confort. Et ils le feront à leur manière d’Hommes forts, avec une armée répressive qui sera ,elle, dotée de moyens considérables. Aujourd’hui les policiers qui assurent (sans masques et sans protection) le bon déroulement du confinement verbalisent et brutalisent des quidams qui vont s’acheter une bouteille de coca ou des serviettes hygiéniques (ce ne serait pas pas un produit de première nécessité), et demain?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.