Le Monde relaie des rumeurs sans les vérifier, ou le décodexeur décodexé

Le Monde, qui se pique de rigueur journalistique, a publié le 22 août un article intitulé "Missiles intercontinentaux : l’incroyable bond technologique de la Corée du Nord", qui n'apporte aucune réponse à ce titre sensationnel, se contentant de relayer sans aucune vérification une rumeur désignant l'Ukraine, sans autre argument que les spéculations problématiques d'un expert londonien.

Ci-dessous le corps du courriel que j'ai adressé le 3 septembre au journal le Monde (resté sans réponse comme d'habitude), que je publie pour deux raisons.

D'abord parce que la rumeur selon laquelle l'Ukraine serait pour quelque chose dans les progrès des missiles nord-coréens continue de courir partout : cette hypothèse calomnieuse aux conséquences potentiellement désastreuses a encore été mentionnée par exemple lors de l'émission "Les enjeux internationaux" du 13/09 sur France Culture intitulée "Armes nucléaires : comment la Corée du Nord a-t-elle réussi le saut technologique ?", et d'ailleurs à l'énoncé du titre, qui ressemble beaucoup à celui du Monde et des innombrables articles du même tonneau, on pouvait déjà savoir qu'elle le serait. Les articles de propagande ont en effet pour caractéristique d'être fournis clés en mains, ce qui a pour conséquence qu'ils se ressemblent tous.

Ensuite parce que le Monde se présente toujours à son avantage en matière de déontologie journalistique, et pourfend les "théories du complot" à la première occasion, par exemple lors du récent programme d'Arte/Thema intitulé "Informations, le grand complot" (17/09/2017) dans lequel un journaliste du Monde explique comme se prémunir des fausses informations qui sont, dit-il à juste titre, avant tout des informations non vérifiées. Je serais heureux que ce journaliste soit informé que l'accusation selon laquelle l'Ukraine aurait joué un rôle dans les progrès des missiles nord-coréens, que le Monde relaie sans aucune vérification, présente toutes les caractéristiques d'une théorie du complot, telles que le Monde les définit.

 


Ce mail pour vous dire que j'ai trouvé particulièrement problématique l'article de Harold Thibault paru dans le Monde du 22 août, intitulé "Missiles intercontinentaux : l’incroyable bond technologique de la Corée du Nord". En effet, cet article n'est qu'un écho trop tardif, pour être publié en l'état, de l'article de Broad et Sanger paru le 14 août dans le New York Times qui, au moment où le Pentagone prend position en faveur de la fourniture d'armes défensives à l'Ukraine, insinue sur la base des propos purement spéculatifs de l'expert Michaël Elleman, cité par Harold Thibault, que la technologie nord-coréenne proviendrait récemment d'Ukraine.

Entre le 14 et le 22 août, la presse ukrainienne a publié de nombreux articles extrêmement documentés examinant ces propos sur le fond, mais aussi questionnant le moment et le contexte de leur apparition.

Ainsi, du 16 au 19 août, pour le seul site Euromaidan Press, en anglais donc aisément consultable par tout le monde :

http://euromaidanpress.com/2017/08/16/problems-with-the-nyt-article-on-ukrainian-rocket-engines-in-north-korea-a-detailed-analysis/
http://euromaidanpress.com/2017/08/17/north-korean-missiles-and-ukraine/
http://euromaidanpress.com/2017/08/17/unprofessional-slander-ukrainian-rocket-experts-slam-nyt-accusation-of-leak-to-north-korea/
http://euromaidanpress.com/2017/08/18/ukraines-rocket-engine-producer-seriously-concerned-over-irresponsible-journalism-of-nyt/
http://euromaidanpress.com/2017/08/19/russian-pranksters-interrogate-ukrainian-missile-plant-director-find-no-north-korean-trace/

Ces articles rendent notamment compte des réponses techniques extrêmement argumentées apportées par des spécialistes de l'industrie spatiale ukrainienne et en particulier des responsables des entreprises Yuzhmash et Yushnoye.

L'article du Monde cite Norbert Brügge qui relève la ressemblance entre le moteur nord-coréen et le RD 250 (de l'entreprise russe Glushko/Energomash selon Brügge mais que Elleman et le NYT remplacent malhonnêtement par l'entreprise ukrainienne Yuzhmash). Un minimum de vérifications aurait permis de trouver sur le site de Norbert Brügge le commentaire suivant daté du 17 août : "So the Ukrainian government or Pivdenmash (Yushmash) were not involved in the RD-250 transfer and are thus falsely accused."

Je trouve regrettable que le Monde répercute sans questionnement ni investigation une thèse aussi fragile et aussi manifestement susceptible de relever de la propagande d'un état qui ne cesse de se distinguer dans ce domaine. Il me semble qu'on aurait pu attendre d'un journaliste du Monde, qui je crois revendique le statut de journal de référence en langue française, qu'il s'interroge sur le contexte d'apparition dans la presse de ces spéculations, qu'il s'intéresse au point de vue ukrainien aisément accessible en anglais, voire même qu'il cherche à entrer en contact avec les responsables des entreprises mises en causes (lesquels se sont à juste titre étonnés publiquement de ne pas avoir été consultés contradictoirement), qu'il évoque la réaction totalement dénuée d’ambiguïté du Département d’État américain à ces assertions, et pourquoi pas qu'il se demande quelle peut bien être l'origine de cet "incroyable bond technologique", si ce n'est pas l'Ukraine.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.