covid-19 mensonges et vérités. Les particules A oubliées.C

Depuis le début de l'épidémie de Covid-19, les autorités sanitaires expliquent que la transmission du virus se réalise par les mains et par les postillons. En juin 2020 les autorités de santé reconnaissent un nouveau mode de contamination.

La contamination par le SARS CoV-2 s’effectue par le transfert de micro-organismes d’une source à un individu exposé. Il existe deux voies de contamination : les bioaérosols et la contamination indirecte.

Les bioaérosols

Un aérosol est constitué de particules solides ou liquides contenus dans un gaz dont la taille est comprise entre 0.001 à 100 μm. 

Dans l’air, les micro-organismes se présentent sous forme d’agrégats ou d’organismes individualisés (spores fongiques, virus isolés…) et sont associés à des particules d’origine non microbienne. Ils forment les bioaérosols qui sont à l’origine d’infections et de pathologies toxiniques immunoallergiques.

Un bioaérosol est composé de micro-organismes intégrés dans un liquide en suspension dans l’air. On distingue deux types de particules : les particules G et les particules A.

Les particules G, vulgairement appelées «postillons», mesurent 10 à 100 μm. Elles sédimentent rapidement. Les grosses gouttelettes qui mesurent plus de 60 μm sont dangereuses jusqu’à 1 m de distance. 

Les gouttelettes, de moins de 5 à 60 μm sont dangereuses jusqu’à 2 m du porteur du virus en face à face. Leur durée de dangerosité est inférieure à une seconde. La contamination est instantanée. Le degré de dangerosité est proportionnel à la taille des gouttelettes proportionnelle à la charge virale (de quelques centaines de virus à plusieurs millions).

Les gouttelettes inférieures à 5 μm, appelées particules A, se dessèchent rapidement. Elles forment des noyaux de gouttelettes de densité faible (droplet nuclei) qui peuvent rester en suspension dans l’air plusieurs minutes, être transportés sur des distances importantes, être inhalés et infecter une personne qui passera dans le sillage du porteur. 

La contamination indirecte

Le porteur du virus contamine ses mains en éternuant dedans ce qui est rare ou en touchant des objets sur lesquels il a envoyé des postillons. Ensuite, il contamine par une poignée de main des objets ou une personne. 

Dès le début de l’épidémie, les autorités compétentes ont mis l’accent sur la contamination par les mains et par les postillons. Elles n’ont pas évoqué le brouillard de particules A qui flottent dans l’air et sont susceptible de contaminer dans un lieu clos peu ventilé.

En juin 2020, 1000 travailleurs ont été testés positifs dans un abattoir allemand et ce cas n’est pas isolé. Les procédures dans l’industrie alimentaire sont strictes. Les distances barrières sont respectées et les mains sont désinfectées. Il convient de se rendre à l’évidence, la contamination s’est réalisée par les particules A. 

Il est probable que la contamination par les mains concerne moins de 20 % des cas et que les postillons sont responsables de 30 % des cas au maximum. Les particules A sont responsables de plus de la moitié des cas de contamination et peut-être même des trois quarts. 

Le 20 juin 2010, six mois après l’apparition du virus, un membre du conseil scientifique a enfin évoqué la contamination par les particules A. 

 Les virologues et les épidémiologistes savaient que le SARS-CoV et le MERS-CoV émettaient des particules A. Le SARS-CoV-2 étant de même masse, les autorités sanitaires auraient dû considérer l’existence de particules A dès le 31 décembre 2019.

Elles auraient dû préconiser une distance barrière de 2 m en face à face et imposer les masques dans tous les lieux publics fermés. On aurait évité le confinement et des dizaines de milliers de morts en France. Ce mensonge par omission fut le plus meurtrier. La masse du virus est de 250 nanogrammes. Le masque doit demeurer obligatoire dans tous les lieux fermés tant que le virus circule. Par contre, il est idiot d’interdire les plages ventées et de désinfecter les routes et les écoles inutilisés depuis des semaines!

Source: Livre « Covid-19 Mensonges et vérité » Auteur Michel Muller, éditeur Viasocial ,site : viasocial.fr

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.