Au bistro de la Toile. Daech, jihadistes : en avoir ou pas...

chimulus bistro copie.jpg

 

- Ça y est Victor, « ils » nous refont le coup de Benghazi : faut aller taper sur Kované, cette ville syrienne à la frontière turque où bien il va y avoir un bain de sang... Eh ! Oh ! Comment se fait-il que chaque fois qu'il y a la merde quelque part, il faudrait que ce soit nous – les Zoccis-dentaux – qui allions jouer les gendarmes ? Et les Arabes-saoudiens à qui l'on a vendu des moulons d'armes sophistiquées ? Et le Qatar, cet « ami » qui nous achète mais financent nos ennemis ? Et surtout les Turcs, qu'est-ce qu'ils font ? Ça se passe à deux kilomètres de chez eux, ils ont des dizaines de chars en position et des milliers de troufions prêts. Pourquoi n'y vont-ils pas sauver ces voisins ?

 

- Parce qu'ils sont Kurdes ! La nation Kurde, le peuple kurde existent, mais il n'y a pas d’État kurde. Les populations kurdes se répartissent entre la Turquie, l'Iran, la Syrie et l'Irak. Les Turcs d'Erdogan – islamiste idéologiquement proche de ces Daech – regardent, l’arme au pied, les Kurdes se faire massacrer par les nazislamistes de peur que leurs propres Kurdes ne repartent dans leurs revendications rugueuses d'indépendance. Les Arabes-saoudiens et les Qataris sont les financiers des Daech, ces tarés qui sont leurs créatures mais leurs « Frankenstein » les dépassent et ils n'ont que des armées d'opérette. Quant à nous, les Zoccis-dentaux, il ne faut pas oublier que les frontières de ces régions sont artificielles et qu'elles ont été tracées sur les ruines de l'empire ottoman par les Anglais et les Français en fonction de leurs intérêts respectifs, sans soucis des réalités géographiques et ethniques. Voilà pourquoi on ne peut pas s'en laver les mains...

 

- Bref, c'est un sacré foutoir... D'autant plus que, dans les rangs de ces nazislamistes, on trouve, parait-il, un millier de Français, qui seraient parmi les plus sanguinaires ! Ces tarés représentent un danger redoutable pour notre pays lorsqu'ils vont rentrer au bercail...

 

- Eh ! Pour éviter ce danger, il faut faire en sorte qu'ils ne rentrent JAMAIS au « bercail ». Nos dirigeants nous serinent que nous sommes en guerre contre ces nazislamistes. Ce sont donc les lois de la guerre qui doivent s'appliquer, pas le droit commun. Ces gens – jeunes, moins jeunes, hommes, femmes – qui partent s'engager dans les rangs de nos ennemis, qui tuent les ennemis de nos ennemis, donc nos amis, doivent savoir que s'ils partent, c'est un billet sans retour. En temps de guerre, les citoyens d'un pays qui passent à l'ennemi sont des traîtres, des déserteurs et doivent être traités comme tels. La réponse du pays trahi doit être sans ambiguïté : douze balles dans la peau si on les attrape, avec la facture des balles envoyée à leur famille ! Comme les Chinois !

 

- Tu envoies le bouchon un peu loin Victor. Non ?

 

- Pas du tout. Nous, les « Zoccis-dentaux » et surtout nous, les Français, nous sommes les grands naïfs, les babets, les fadas, les nessis, les simplets du village mondial. On s'empêtre dans des considérations morales contre des ennemis qui se torchent allègrement l'oignon avec toute morale. On cède devant les jérémiades de « droit-de-l'hommistes » bêlants qui sont autant d'idiots utiles des nazislamistes. On est en guerre ? Alors faisons la guerre. Sans dentelle. La guerre, Loulle, c'est la mort, c'est la trouille, c'est l'angoisse, la peur panique, les cris, le bruit, la souffrance, le deuil, les massacres, les flammes qui brûlent, les bouts de fer qui hachent la viande. La guerre, ça sent la merde du pauvre type qui se chie dessus de peur, ça sent cette odeur acre, doucereuse des corps gonflés qui grouillent de vers, ce sont les tripent irisés sous le soleil, ça sent la poudre, le feu, la mort, la mort, toujours la mort. Alors si on fait la guerre, on n'accepte pas de prendre le risque de voir dix, cent, mille traîtres abrutis par la propagande ennemie rentrer « au pays » et y semer la mort la plus lâche, celle des attentats aveugles. Ces gens qui sont partis faire le « jihad », il faut les détruire, les tuer dès qu'on les a « logés » comme disent les flics. Il faut qu'ils sachent qu'ils ne rentreront jamais « au bercail », sinon les pieds devant...

 

- Ben, comme ça, c'est plus clair. Et c'est réaliste. Ils y réfléchiront à trois fois avant d'aller s'engager chez les fous d'Allah. Allez, à la nôtre !

 

Illustration : Merci à Chimulus

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.