victorayoli
Fainéant robuste
Abonné·e de Mediapart

2941 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 mai 2011

Et si on allait voir chez les Grecs ?

victorayoli
Fainéant robuste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il s’en passe des choses en Grèce. Et porteuses de bien des espoirs. Enfin, pour le peuple mais pas pour les banques et leurs affidés ultralibéraux qui laminent l’Europe ! Ainsi, ce vendredi 6 et samedi 7 mai s’est tenue, dans un amphithéâtre bondé de l’université de droit d’Athènes et dans une atmosphère électrique, la conférence « Dette et austérité : du Sud global à l’Europe ».

En cause : les politiques européennes néolibérales en faveur du capital et la soumission du politique aux « saigneurs » de la finance. Le caractère illégitime voire odieux de la dette grecque, contractée pour l’achat d’armement à l’Allemagne et la France ou dans le cadre du plan « d’aide » de l’UE et du FMI, a été vivement dénoncé. Le mémorandum signé avec le FMI et la Commission européenne vise simplement à faire payer, parfois de leur vie (le nombre de suicides est en augmentation), les citoyens et citoyennes grecs pour sauver la mise de banquiers cupides et sans scrupules. (Rappelons que cette dette touche essentiellement quatre banques : deux françaises et deux allemandes). Aujourd’hui, en Grèce et ailleurs en Europe, la dette est le terrain privilégié de la lutte entre capital et travail. Il est grand temps que la majorité contre laquelle cette guerre est menée s’unisse et reprenne l’offensive, en refusant de payer cette dette.

Le député allemand de Die Linke Andrej Hunko a d’ailleurs émis le souhait que de tels rassemblements se tiennent dans chaque pays d’Europe, et que la riposte se construise à l’échelle européenne, que les solidarités brisent les stratégies de division utilisées par les élites et éloignent la menace bien réelle que représente l’extrême droite.

« En Grèce, le gouvernement socialiste continue de faire comme si la Grèce allait rembourser cette dette pendant les 25 prochaines années. Mais personne n'y croit plus, et c'est désormais aux Grecs d'imposer le défaut de leur dette » avance Costas Lapavitsas, un économiste grec, intervenant durant ce sommet. Comment s'y prendre, pour provoquer ce défaut? «Il faut former une commission, qui intègre des représentants de la société civile et des syndicats, afin de décider quelles tranches de dette sont susceptibles d'être remboursées, et quelles autres tranches on peut oublier.» A court terme, l'avantage d'un tel panel est évident: annuler le pouvoir de nuisance des marchés financiers, et permettre à la population de chacun des pays de reprendre la main sur la gestion de leur dette.

L'exemple de l'Equateur est revenu en boucle dans les débats. Ce pays d'Amérique latine a mis sur pied, en juillet 2007, une commission d'audit. Son rapport a conclu, 14 mois plus tard, à l'«illégitimité» d'une bonne partie de la dette. Si bien qu'en décembre 2008, le président Rafael Correa suspendait le paiement de près de 40% de sa dette internationale. Au grand dam des banques américaines. « Nous avons passé au crible trente ans d'endettement du pays, de 1976 à 2006», se souvient Eric Toussaint, président du Comité pour l'annulation de la dette du Tiers Monde (CADTM), qui fut l'un des membres de cette commission. Dans leur jargon, les experts ont identifié des tranches de dettes «illégales» (dont le contrat est contraire au droit international ou équatorien), «odieuses» (contractées par un gouvernement despotique, à l'encontre de l'intérêt des populations) ou encore «illégitimes» (par exemple lorsqu'elles sont creusées pour voler au secours des banques privées...). Autant de critères qui pourraient servir pour adoucir le fardeau des dettes en Grèce et en Irlande. Une fois formés, ces panels pourraient donc se coltiner à un certain nombre de questions délicates. Quelle est la «légalité», par exemple, d'une dette qui fut camouflée pendant des années, en douce, par une grande banque américaine, en l'occurrence Goldman Sachs ? Quelle est la « légitimité » du prêt de 110 milliards d'euros accordé par Bruxelles et le FMI en l'échange de l'austérité? « C'est une manière alternative de réfléchir au défaut, de façon plus démocratique, et je trouve le débat grec plutôt encourageant ces temps-ci », veut croire Costas Lapavitsas.

Les derniers chiffres sur l'économie grecque donnent la mesure de la « réussite » du plan de consolidation imposé par les ultras libéraux qui sévissent tant à l’U.E. qu’au FMI. Au dernier trimestre de 2010, le PIB de la Grèce a plongé de 7%. Le pays va connaître en 2011 sa troisième année consécutive de récession, avec un taux de chômage dépassant les 18%. Le déficit public, qui était antérieurement annoncé à 9,5% du PIB, a été révisé à la hausse et atteint 10,5% en 2010. La dette publique s'élèvera à 340 milliards d'euros, soit plus 150% du PIB d'ici à la fin de l'année. Les taux obligataires sur la dette à deux ans dépassent les 25,2%. Mais à part cela, tout va très bien. C’est ça que la « restructuration de la dette » peut contrecarrer.

Ben en voilà des nouvelles qu’elles sont bonnes !

Sources :

http://www.mediapart.fr/journal/economie/050511/crise-de-la-dette-lexemple-de-lequateur-peut-il-servir-en-europe

http://www.cadtm.org/Global-Gatheri... .

Illustration X - Droits réservés

Décadi 20 floréal de l'an 219 de l'ère de la Liberté

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
« La Cour suprême des États-Unis a un agenda : celui de l’extrême droite »
La Cour suprême des États Unis vient de rendre plusieurs arrêts inquiétants. Le premier, actant la fin de l’autorisation fédérale d’avorter, a mis le monde en émoi. Jeudi 30 juin, elle a nié l’autorité de l’agence pour l’environnement américaine a réduire les gaz à effets de serre. Pour l’américaniste Sylvie Laurent, elle est devenue une institution « fondamentaliste ».
par Berenice Gabriel, Martin Bessin et Mathieu Magnaudeix
Journal — Budget
Le « paquet pouvoir d’achat » ne pèse pas lourd
Le gouvernement a confirmé une série de mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, des retraités et des bénéficiaires de prestations sociales. Mais ces décisions ne permettent pas de couvrir la hausse des prix et cachent une volonté de faire payer aux plus fragiles le coût de l’inflation.
par Romaric Godin
Journal
Covid : face à la septième vague, les 7 questions qui fâchent
Risques de réinfections, protections, efficacité des vaccins actuels et attendus, avenir de la pandémie… Nos réponses pour s’y retrouver face à cette nouvelle vague de Covid-19.
par Rozenn Le Saint
Journal
Urgences : vers la fin de l’accueil inconditionnel ?
La première ministre a reçu, jeudi, 41 recommandations pour l’été « à haut risque » qui s’annonce à l’hôpital. Parmi les mesures mises sur la table : la fin de l’accès sans filtre aux urgences et la revalorisation des heures de travail la nuit et le week-end.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Quand le RN est fréquentable…
La dernière fois que j'ai pris ma plume c'était pour vous dire de ne plus compter sur moi pour voter par dépit. Me revoilà avec beaucoup de dépit, et pourtant j'ai voté !
par Coline THIEBAUX
Billet de blog
Boyard et le RN : de la poignée de main au Boy's club
Hier, lors du premier tour de l’élection à la présidence de l’Assemblée nationale, Louis Boyard, jeune député Nupes, a décliné la main tendue de plusieurs députés d’extrême droite. Mais alors pourquoi une simple affaire de poignée de main a-t-elle déclenché les cris, les larmes et les contestations ulcérées de nombres de messieurs ?
par Léane Alestra
Billet de blog
Quels sont les rapports de classes à l’issue des élections 2022 ?
On a une image plus juste du rapport des forces politiques du pays en observant le résultat des premiers tours des élections selon les inscrits plutôt que celui des votes exprimés. Bien qu’il y manque 3 millions d’immigrés étrangers de plus de 18 ans. L’équivalent de 6% des 49 millions d’inscrits. Immigrés qui n’ont pas le droit de vote et font pourtant partie des forces vives du pays.
par jacques.lancier
Billet de blog
Lettre d’un électeur insoumis à un électeur du RN
Citoyen, citoyenne, comme moi, tu as fait un choix politique mais qui semble à l’opposé du mien : tu as envoyé un député d’extrême-droite à l’Assemblée Nationale. A partir du moment où ce parti n’est pas interdit par la loi, tu en avais le droit et nul ne peut te reprocher ton acte.
par Bringuenarilles