Ouiquinde gastronomique: le sandre au beurre rouge.

sandre1

 

Les pavés de sandre au beurre rouge.

 

Connaissez-vous le sandre ?

Un poisson carnassier assez facile à prendre

Pour mon ami Alain, ce pirate du Rhône

Qui, parfois, fanfaronne

En m’apportant, heureux, l’œil frisant de plaisir

Plusieurs de ces poissons qu’il me laisse choisir.

Un autre mien ami m’a offert la recette

Qui va faire du sandre un prince de l’assiette :

C’est les pavés de sandre en sauce au beurre rouge.

Hum ! J’en ai déjà les moustaches qui bougent !

Prenez un beau poisson d’environ un kilo

Dont il vous faut lever les filets et la peau

Détaillez en portion de 150 grammes

Mais si c’est en peu plus, n’en faites pas un drame.

Pour cuire le poisson, il y a deux écoles :

Au cuit-vapeur pour ceux qui ont du cholestérol,

Ou bien au four avec sel, poivre du moulin,

Un demi-verre d’eau, comme pour le colin,

Recouvrez l’appareil d’une feuille d’alu

Mais enfin, ce n’est pas un besoin absolu.

Four à 180 et cuisson 20 minutes

Et attaquez la sauce sans perdre une minute.

Dans une casserole, réduisez à feu vif

Un flacon de vin rouge de Saumur-Champigny

Musclé de deux cuillers de vinaigre de vin.

Réduisez des deux-tiers ce mélange angevin.

Ciselez finement deux belles échalotes

Mais pas des hollandaises, c’est de la camelote.

Ajoutez-les alors à votre réduction

Ainsi qu’un pot de crème. Tournez sans componction.

Incorporez deux hectos de beurre ramolli

En le montant au fouet, comme pour l’aïoli.

Assaisonnez le tout par le sel et le poivre

Puis passez l’appareil dedans une passoire.

Servez avec fierté, juste après l’apéro,

Nappé de sauce rouge, votre sandre bien chaud

Que vous dégusterez en bonne compagnie,

Accompagné bien sûr de Saumur Champigny

Cessons pour aujourd’hui ces contes culinaires

Ma tripe est assoiffée, remplis ras bord mon verre

D’un grand vin rouge ou blanc de nos terroirs de France

Synonyme d’amour, plaisir et abondance.

 

Victor Ayoli

 

Photo X - Droits réservés

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.