Glyphosate : le triomphe des empoisonneurs.

de-pute-s-godillots

Hulot, une fois de plus, doit l’avoir en Travert. « BBFFUUU… BBFFUUU… BBFFUUU… Séquence émotion. BBFFUUU. Je suis en train BBFFUUU… d’avaler encore une énorme couleuvre. BFFUUU… ». Eh ! Nicolalibi, boit un coup de Glypho Château Monsanto-Bayer grand cru, ça passera mieux.

Cynisme mais surtout déception pour ne pas dire dégoût.

Dégoût de ces nouveaux députés godillots, jeunes mais aussi décevants – à quelques exceptions près – que les vieux kroumirs qu’ils ont poussés à la retraite.

Dégoût de ce gouvernement qui renie sans états d’âme les promesses de campagne d’un président qui, en regardant de plus près, n’a été élu que par quatre électeurs sur dix.

Dégoût d’un sinistre ministre de l’agriculture entièrement dans la main de la FNSEA « Fédération Nationale des Empoisonneurs Agréés ».

« Pas d’interdiction du glyphosate tant que des produits de substitutions efficaces n’auront pas été trouvés ». Autrement dit jamais. Car qui peut avoir la naïveté, ou plutôt le crétinisme de croire que les « instances agricoles » vont chercher le moyen de se passer de leur poison fétiche si on ne les y oblige pas, par une loi précise et contraignante ? Il faut dire qu’il y a des intérêts énormes derrière ce bras de fer. Les pressions arrivent de l’industrie des pesticides, des Étasuniens qui veulent vendre leurs merdes, des agripoisonneurs de la FNSEA qui gueulent à juste titre qu’ils seront désavantagés si la France interdit le glyphosate mais que d’autres pays européens l’autorisent. Rien qu’en France, les professionnels chaque année utilisent 8 000 tonnes et les particuliers 2 000 tonnes de ce désherbant redoutable.

Nos dépités se cachent derrière la décision européenne de renouveler pour cinq ans l’autorisation d’utilisation de ce poison. Le fait que les « études » sur lesquelles se basent les « experts » européens pour donner cette autorisation restent cachées, parce que conduites, influencées, payées par les entreprises commercialisant les produits à base de glyphosate n’a pas défrisé nos eurodéputés. Comme ne les a pas gênés le fait que glyphosate et OGM sont intimement liés, la plupart des OGM ayant été créés pour tolérer le glyphosate. Ce qui veut dire que ces OGM sont là non pas pour aider l’agriculture et nourrir la population mondiale pléthorique, mais pour augmenter les ventes de glyphosate. Nos députés « marcheurs » marchent allègrement dans ces combines.

Le ministre Travert, sous-traitant de la FNSEA, syndicat revendiquant haut et fort le droit d’empoisonner les populations et même, en premier lieu, ses adhérents de base, sort vainqueur de ce bras de fer avec le ministre Hulot. Et Jupitounet se « charlepascualise » en reniant sans vergogne ses promesses !

N’oublions pas que l’agriculture est subventionnée au niveau de dix milliards par an, chaque Français dépensant ainsi 150 euros pour conforter une agriculture productiviste nuisible et empoisonneuse…

Eh ! Jupitounet, les « couillonnés » de l'affaire sont aussi des électeurs. Et ils te le feront savoir.

 

Illustration X - Droits réservés

 

************

Aux fourchettes, citoyens!

Faut-il se plier sous la dictature de la minceur,

la glorification de la maigreur ?

Ne soyez pas "Grossophobe":

 dégustez sans modération le dernier bouquin

que je viens de commettre,

à la gloire du bon vivre, du bien manger,

sans crainte de...

une-grossir

Cliquez ICI

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.