En dehors des radars médiatiques, l’Afrique avance

Une dépêche en provenance d'une capitale africaine. Pour sûr, il s'agit d'une mauvaise nouvelle : l'annonce d'une épidémie, une répression sanglante de la part d'un dictateur ou une catastrophe humanitaire qui n'en finit plus. L'Afrique est malheureusement associée à bien des maux et les médias font rarement leur Une sur des informations positives.

 

cover-afrique-innovation

Pourtant, elles existent et montrent que malgré les difficultés, le continent avance, sans bruit.

Lorsqu'on évoque l'Afrique, la plupart des gens prennent une moue dubitative, craintive ou triste. Réflexe pavlovien inquiétant qui illustre le traitement médiatique de tout un continent voué aux pires souffrances partout et toujours. Au-delà de cette image d'Épinal dont se passeraient bien les Africains, le continent produit chaque jour de bonnes nouvelles. De la chute d'un régime autoritaire au développement de solutions sanitaires pour les plus pauvres, les exemples sont pléthore.

Les peuples qui n'ont pas – ou trop peu connu – la démocratie depuis leur indépendance sont malheureusement encore nombreux. Pourtant, la démocratie pousse dans tous les pays et arrive à faire son lit après un combat de haute lutte. Aujourd'hui, la situation au Burundi reste très inquiétante et il n'est pas certain que l'opposition réussira à arracher le pouvoir au président Pierre Nkurunziza. En attendant un dénouement que l'on espère pacifique et heureux, il est possible de s'attarder sur un pays comme la Gambie.

Après 23 années de règne sans partage, Yaya Jammeh a finalement quitté la présidence après avoir perdu les élections et avoir subi la pression de son voisin sénégalais. Retiré en Guinée équatoriale dans ce qui ressemble à un exil doré, il n'est pas sûr que l'ex-président devra répondre de ses crimes devant la justice, mais les Gambiens, eux, entament un nouveau chapitre où la démocratie peut s'épanouir.

Autre pays martyr : le Nigeria. Ici, il n'est pas question d'une passation de pouvoir réussie. Le pays connaît l'alternance depuis plusieurs années malgré des tensions qui peuvent subvenir sur le plan politique. Non, le Nigeria est en proie aux exactions de la secte islamiste de Boko Haram. Les nouvelles du front et le sort des réfugiés font, bien évidemment, la Une des médias. Mais le pays entre aussi dans la modernité sans relai médiatique grâce à l'inauguration à l'été 2016 de la première ligne TGV longue de 200 kilomètres. D'autres chantiers vont faire l'objet de négociations cette année et le pays pourrait changer de dimension en moins de dix ans !

Enfin, le continent africain est largement associé à la maladie et aux épidémies. La première d'entre elles étant le VIH dont sont porteuses 26 millions de personnes en Afrique. L'Afrique du Sud, fortement touchée par l'épidémie, vient de mettre en vente un test de dépistage fiable à 99 %. Disponible en pharmacie ou sur Internet, il ne coûte que 4,40 euros. L'objectif est de faire connaître aux nombreux porteurs du virus qu'ils sont en danger et de les prendre en charge afin de contenir une maladie qui, rappelons-le, ne se guérit toujours pas.

Démocratie, développement économique, santé... Les exemples d'un continent africain qui avance ne manquent pas. Il est dommage que les médias dressent presque toujours une image fort peu enviable. Les bonnes nouvelles constituent aussi des informations qu'il ne faut pas mettre sous le tapis. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.