Investiture de Hamon : que nous a-t-il dit ?

Lors de son premier discours de campagne, Benoît Hamon nous a dit beaucoup de choses que ce soit à travers ses remerciements, sa vision du rassemblement, son bilan du quinquennat mais aussi ses 15 propositions autour de la transition écologique, de la transition numérique, de l'Europe et de la démocratie. Ci-dessous, une liste des éléments principaux de ce discours.

 Samedi 4 Février, Hamon a été officiellement investi candidat à l’élection présidentielle de 2017.

 Son discours d’investiture a duré une heure. Ce billet de blog (mon premier sur Mediapart!) a pour objet de lister ce que Hamon nous a dit afin de saisir « où il veut aller ». Etant sensible à ses idées mais aussi aux critiques venant de sa gauche craignant une entourloupe hollandaise, il me semble important de détailler le contenu de ce premier discours de campagne afin d'être au clair sur ce que Hamon nous propose.

Ce travail est un travail assez brut de compilation des éléments de son discours. Il a vocation à servir de base pour des analyses ultérieures, notamment pour comparer avec la candidature Hollande de 2012.

Remerciements

 Hamon a commencé par remercier ceux qui sont intervenus sur scène juste avant lui, et pour lesquels "l’essentiel n’est pas là... mais beaucoup est dans ce qu’ils ont dit". On peut donc comprendre que l’essentiel est là ...

Ainsi, un message est adressé à Dominique Meda pour évoquer le partage du travail. Julia Cagé est remerciée pour  son "formidable plaidoyer" en faveur du revenu universel d'existence, Elisa Lewis et Romain Slitine pour leur appel à un "coup d'état citoyen", Patrick Weil pour son rappel sur "la plus belle loi de la république" la loi 1905, et enfin Jean Jouzel est salué pour son discours sur ce qui est devenu "une question centrale" pour Hamon, à savoir celle de "l'impact de l'activité humaine sur notre cadre de vie".

Hamon a ensuite remercié celle qui a ouvert ces débats, Anne Hidalgo, à laquelle il pense "chaque fois que c'est dur, chaque fois qu'elle doit faire face à une adversité porté, manipulé par des lobbys puissants, privés qui n'aspirent qu'à une chose, que rien ne change".

Ses remerciements se terminent en s'adressant à "son amie" Chritiane Taubira avec laquelle démarrer sa campagne est "un immense honneur".

Le rassemblement

Après ses remerciements, Hamon a évoqué sa vision du rassemblement, il ne "conçoit pas qu'il se réduise à un accord d'appareil".

Pour lui, il faut rassembler en priorité la gauche qui déborde du cadre, qui prend des initiatives en dehors des appareils, qui n'adhérent pas forcément aux partis politiques.

Hamon a assumé le fait qu'il y ait plusieurs gauches, différentes, en désaccord mais qui selon lui peuvent se rassembler sur un horizon commun. Aux autres candidats de gauche, il a demandé de "ne pas lui demander des têtes, car cela n'a aucun sens. Le rassemblement, ça ne commence pas par le fait d'exiger des têtes". 

Le bilan du quinquennat

Hamon a ensuite souhaité répondre à la question "Dites moi où vous voulez aller" afin d'exposer ses propositions mais aussi le point de départ, à savoir le bilan du quinquennat.

Voici les éléments positifs du quinquennat qu'il a évoqué :

- l'intervention au Mali

- la priorité au recrutement dans l'éducation nationale, la lutte contre les inégalités à l'école

- le refus du traité transatlantique par Matthias Fekl

- la lutte pour l'égalité femme-homme

- la lutte pour favoriser l'insertion des personnes en situation de handicap

- le plan autisme

- le mariage pour tous

- l'interdiction du Bisphénol A

- la loi numérique d'Axelle Lemaire, première loi collaborative et participative de la république

Il a appelé à ne pas mépriser le fait que des personnes rejettent ou critiquent le bilan, à tenir compte de ce qu'ils disent et à "transformer la colère en une aspiration à construire quelquechose qui nous tourne vers l'avenir".

Enfin il a donné son argument principal concernant les limites du bilan : "il ne peut pas être l'axe autour duquel nous faisons la campagne présidentielle" car l'excellence même d'un bilan ne garantirerait pas la victoire (cf. Jospin).

Les propositions

Après l'évacuation de la question du bilan, Hamon est revenu à sa question initiale "Dites moi où vous voulez aller".

Son projet reposera sur "l'intelligence collective", Hamon "n'est pas et ne veut surtout pas être l'homme providentiel" qui n'existe pas.

Son projet n'aura pas "les yeux rivés sur la croissance du PIB", le développement devra être "plus tempérant".

Son projet a pour but de prendre des décisions à la hauteur des bouleversements d'un "monde anxiogène et menaçant".

15 propositions ont été faites autour de 4 axes :

la transition écologique ("la plus importante")

- fin des ventes de voiture Diesel en 2025

- substitution obligatoire d’une substance soupçonnée d’être dangereuse

- inscrire dans la constitution les biens communs : droit à respirer un air de qualité, droit à boire de l’eau de qualité...

- réduire la part du nucléaire et augmenter la part des renouvelables et mettre cet objectif au coeur du contrat entre EDF et l’État

- consacrer l’essentiel des investissements à la transition écologique

la transition numérique ("principal bouleversement économique")

- automatiser la distribution du RSA

- porter le RSA à 600€

- expérimenter en 2018 le revenu universel d'existence pour les 18-25 ans

l'Europe

- une défénse européenne indépendante des US et de la Russie

- un traité de l'énergie ("dans le sillage du traité de la communauté européenne du charbon et de l’acier")

- porter l'effort d'investissement dans la transition écologique à 1000 milliards d'euros

- un nouveau traité budgétaire permettant de réguler les choix budgétaires de la zone euro par l'assemblée parlementaire

Faire respirer la démocratie

- une 6ème république

- un 49-3 citoyen

- permettre aux citoyens de participer à l'élaboration de la loi

 Conclusion

Avant de conclure sur une citation d'Albert Camus, Hamon a annoncé qu'il n'avait "pas eu le temps de dire la moitié de ce qu'il devait nous dire".

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.