Villaeys-Poirré
Je cherche à comprendre.
Abonné·e de Mediapart

84 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 mars 2022

8 mars, Luxemburg, Jogiches. Pour sourire un peu.

« Après le meeting ... j’ai été interrogée à propos de la question féminine et du mariage. Un jeune tisserand... avait une discussion animée avec des camarades plus âgés de là-bas qui disaient que la place des femmes est à la maison et que nous devrions exiger l’abolition du travail des femmes dans les usines. Après que je lui ai donné raison, ..."

Villaeys-Poirré
Je cherche à comprendre.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En ce 8 mars, journée pour la défense des droits des femmes, en mémoire de Leo Jogiches assassiné le 10 mars 1919 - comme Luxemburg et Liebknecht et la révolution. Un sourire. Juste un sourire. Un extrait de lettre.

« Après le meeting de Meerane, j’ai été interrogée à propos de la question féminine et du mariage. Un jeune tisserand, splendide nommé Hoffman s’est occupé activement du sujet, lisant Bebel, Lily Braun et la Gleichheit. Il avait une discussion animée avec des camarades plus âgés de là-bas qui disaient que la place des femmes est à la maison et que nous devrions exiger l’abolition du travail des femmes dans les usines. Après que je lui ai donné raison, Hoffman était triomphant ! 'Vous voyez', dit-il 'l’autorité a parlé en ma faveur !' Quand l’un des vieux affirma que c’était honteux pour une femme enceinte de travailler au milieu d’hommes jeunes à l’usine, Hoffman s’écria : 'Ce sont de mauvaises conceptions morales. Si notre Luxemburg avait été enceinte pendant son discours aujourd’hui, je ne l’aurais appréciée que davantage !' J’ai eu envie de rire devant cet argument inattendu, mais ils étaient tous si sérieux que je me suis retenue. En tout cas, il faut que j’essaie d’être enceinte pour la prochaine fois que je retournerai là-bas, compris … »

 Cet extrait de lettre est tirée du petit recueil publié récemment par Julien Chuzeville aux éditions Libertalia : Commencer à vivre humainement

D.V.P. : https://comprendre-avec-rosa-luxemburg.over-blog.com/


Leo Jogiches et Rosa Luxemburg ont partagé tout une vie de combat, que l'on peut suivre tout au long de presque mille lettres. début des années 70, deux tomes ont été publiés  regroupant les lettres de Rosa Luxemburg,  aucune n'ayant été conservée de Leo Jogiches à notre connaissance.

Cette correspondance est essentielle pour qui veut comprendre les combats de Rosa Luxemburg et Jogiches au sein des mouvements ouvriers polonais, russe, allemand et de l'Internationale, tant elle comprend d'indications politiques concrètes. Elle est cependant à utiliser avec la plus grande des délicatesses. Car s'y mêle étroitement la vie personnelle des deux militants, qui sans aucun doute n'auraient jamais accepté qu'elle soit jetée en pâture. L'indécence sur ce point du film de Margaretha von Trotta frappe d'autant plus qu'il vient d'une femme qui se dit engagée et qui prétend combattre pour le féminisme. Mais la plupart des biographies présentent le même  défaut et même la préface à l'édition française des deux tomes pourtant parus aux éditions des femmes n'est pas totalement exempte de reproches à ce sujet dans la description de Jogiches en particulier.

Comme le montre cet extrait, on y trouve ces traits d'humour si plaisants dans les textes, les discours et la correspondance de Rosa Luxemburg. Et qui fait naître ici un sourire, juste un sourire dans les temps sombres vécus en ce moment par tant de femmes et d'hommes sur la planète. Et des indications précieuses, ainsi au détour de cette lettre, sur les femmes dans le mouvement ouvrier.

1902 est pour Rosa Luxemburg une belle année de travail intense, celle du formidable texte "Martinique", de ses analyses sur la grève générale en Belgique, le mouvement socialiste en France et le syndicalisme.

 Du 4 au 9 février, elle entame un série de meetings en Saxe, sur le thème "La réforme sociale bourgeoise et les tâches des syndicats". Durant cette période, Leo Jogiches se trouve en Algérie, où il accompagne son frère gravement malade. D'où le nombre et la longueur des lettres.

En complément, un deuxième extrait sur le même thème,   que j'ai trouvé dans une lettre du 5 février 1902 :

"... je t'écris à minuit de l'incontournable café, après la première réunion ici à Crimmtschau. La réunion a été formidable, plus de la moitié du public était des femmes et une discussion a suivi, neuf personnes ont pris la parole, la première, une femme!

Bon 8 mars à toutes et tous. DVP

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, et même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi
Journal — Asie
« Ils ne nous effaceront pas » : le combat des Afghanes
Être une femme en Afghanistan, c’est endurer une oppression systématique et brutale, encore plus depuis le retour au pouvoir des talibans qui, en un an, ont anéanti les droits des femmes et des fillettes. Quatre Afghanes racontent à Mediapart, face caméra, leur combat pour ne pas être effacées. Un documentaire inédit.
par Mortaza Behboudi et Rachida El Azzouzi
Journal
Un homme condamné pour violences conjugales en 2021 entre dans la police
Admis pour devenir gardien de la paix en 2019, condamné pour violences conjugales en 2021, un homme devrait, selon nos informations, prendre son premier poste de policier en septembre dans un service au contact potentiel de victimes, en contradiction avec les promesses de Gérald Darmanin. Son recrutement avait été révélé par StreetPress.
par Sophie Boutboul
Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat