vilmauve
Abonné·e de Mediapart

367 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 janv. 2017

vilmauve
Abonné·e de Mediapart

L'après Brexit: Le système de santé britannique s’effondre.

Le brexit devait résoudre les problèmes du système de santé Britannique, mais la réalité des mensonges des pros brexit commence cruellement à apparaitre, avec des conséquences de plus en plus dramatique pour les plus pauvres.

vilmauve
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Illustration 1

Le brexit devait résoudre les problèmes du système de santé Britannique, mais la réalité des mensonges des pros brexits commence cruellement à apparaitre, avec des conséquences de plus en plus dramatique pour les plus pauvres.

En avril 2016, trois des principaux porte-parole du camp pro-brexit Boris Johnson, ancien maire de Londres, et Michael Gove, ministre de la Justice du gouvernement britannique et ont insisté sur les milliards de livres alloués à l'Europe et "payés par les contribuables britanniques" qui pourrait être injecté dans la NHS. Ils en ont même fait un de leurs slogans de campagne : "350 millions de livres (455 millions d'euros, NDLR) envoyés à l'Union européenne chaque semaine... Utilisons plutôt ces fonds pour financer la NHS, les écoles ou autre chose »" Un mensonge que reconnaîtra par la suite Nigel Farage, le créateur du parti d’extrême droite (UKIP). Aujourd'hui le système de santé britannique est "au bord de la rupture" et les promesses envolées.


Aujourd'hui, la Croix-Rouge décrit une "crise humanitaire", les médecins déplorent des conditions dignes du "tiers monde" : le système de santé public NHS, fierté britannique depuis 1948, traverse une crise inédite qui commence à rattraper la Première ministre Theresa May.
Comme tous les hivers, le National Health Service est "au bord de la rupture" selon les médecins et organisations hospitalières. Confronté au vieillissement de la population, à la croissance démographique et aux politiques d'austérité ( le brexit n’avait il pas pour objectif la suppression de l’austérité ? ) le système est en crise et il suffit de la moindre alerte pour l'enrayer. Cet hiver, c'est l'épidémie de grippe.
Depuis l'automne, le temps d'attente aux urgences explose : 23% des patients ont attendu plus de quatre heures avant de voir un médecin la semaine dernière. Deux patients sont morts sur un brancard dans un couloir du Worcestershire Royal Hospital cette semaine. Partout, il manque des lits, des ambulances, des médecins.
Selon le directeur général de la Croix-Rouge, il s'agit d'une "crise humanitaire".

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte