Melenchon méprisant face à la journaliste Véronique Gaurel.

Véronique Gaurel s'est dite "blessée" par cette attitude.

Jean-Luc Mélenchon se moque de l'accent d'une journaliste © LeHuffPost

Melenchon sait aussi se montrer méprisant face à la presse quand elle lui pose des questions qui lui déplaisent. Interrogé à l'Assemblée nationale par Véronique Gaurel, journaliste à France3, le chef de file de la France insoumise n'a pas du tout apprécié de se voir rappeler qu'il n'avait pas toujours crié au scandale quand des adversaires politiques étaient visés par des enquêtes judiciaires.

"Et alors? Quesseu-que ça veut direuh?", a répliqué Jean-Luc Mélenchon en singeant l'accent méridional de la grand reporter originaire de Toulouse et qui travaille depuis trente ans à Paris.

Alors que la journaliste tentait de contextualiser sa question, évoquant les propos de l'ancien candidat à la présidentielle lorsqu'il jugeait normal que la justice enquête au sujet de François Fillon et Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon a tourné en dérision ses efforts: "Non madame, vous nesavez pas de quoi vous parlez. Vous dîtes n'importe quoi". Puis s'adressant à la foule de journalistes qui assistaient à la scène:"Quelqu'un a unequestion formulée en français? Et à peu près compréhensible parce que votre niveau me dépasse, je ne comprends pas".
Passé l'incident, Véronique Gaurel s'est dite "blessée" par cette attitude.

Une fois de plus Mélenchon apparaît sous son vrai visage qui n'a rien d'"humain d'abord" ni d'"avenir en commun" avec qui que ce soit.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.