Grève à la Comédie Française

Ce petit mot pour partager avec vous notre mouvement de grève initié à la Comédie Française.

Ce petit mot pour partager avec vous notre mouvement de grève initié à la Comédie Française.

Celui-ci s'exerce contre la suppression des régimes spéciaux et plus largement contre la réforme du système des retraites en général.

Nous sommes en grève depuis le 5 décembre et depuis, seules deux ou trois représentations ont eu lieu au lieu de neuf par semaines. Nous essayons de nous organiser entre service pour faire une grève tournante et tenter de minimiser l'impact sur nos salaires.

Pour l'instant, cela a plutôt bien fonctionner mais la semaine qui s'annonce entre Noël et jour de l'An s'annonce difficile car les spectacles auraient dus s'enchainés après-midi et soirée. Il est donc important de faire entendre notre cause.

Il faut savoir qu'en tant que techniciens, nous travaillons le matin pendant une semaine, après midi et tard le soir l'autre semaine. Nous travaillons week-end et jours fériés, toute l'année. En pratique, le matin nous démontons le décor de la veille pour monter le décor de répétition. Nous effectuons la répétition de l'après midi et vers 17H démontons ce décor pour monter celui du soir. Et bien entendu nous travaillons sur le jeu du soir. Tout ce travail induit un port de charges élevé et quotidien, ainsi que des amplitudes horaires décalées. Tout cela pour un salaire bien inférieur à celui du théâtre privé.

Machinistes, électriciens, accessoiristes, tapissiers, son, habilleuses, coiffeurs etc... Aimons notre métier, mais tenons à ce que notre contrat initial soit repecté. Ni plus, ni moins.

J'espère que vous serez nombreux à partager ce message, pour que notre cause soit connue, pour que nous ne militions pas seuls dans notre coin et que notre petite pierre soit ajoutée à la montagne de contestation.

Plus nombreux, plus forts!

 

Un technicien de la Comédie Française.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.