Le trafic ferroviaire bénéficie de la disparition de la compagnie aérienne Air Berlin

L'année 2017 s'est soldée par une augmentation importante du trafic des trains de grandes lignes en Allemagne du fait de tarifs aériens en hausse et de la mise en service d'une nouvelle LGV.

Par Gernot Zielonka, le 20 novembre 2017

Lien vers l'article original : http://dmm.travel/news/artikel/lesen/2017/11/bahn-profitiert-von-verteuerten-flugtarifen-83179/

Traduit de l'allemand par Vincent Doumayrou

=-=-=-

La Deutsche Bahn prévoit, pour l'année 2017, un nouveau record d'affluence de passagers. Parmi les éléments d'explication, figurent notamment les tarifs de la compagnie aérienne Lufthansa, en très nette hausse cet automne. Au mois de novembre, la Deutsche Bahn évoquait une augmentation de trafic de l'ordre de 10 % sur les liaisons intérieures.

L'ouverture, au mois de décembre, de la liaison rapide entre Munich et Berlin a sans doute conforté la tendance. Les trains à grande vitesse ICE circulent entre la capitale bavaroise et Berlin en desservant Nuremberg, Erfurt, Leipzig ainsi que Halle. Le voyageur professionnel qui réserve une place dans l'un des six ICE-Sprinter [offre à réservation obligatoire, destinée aux déplacements d'affaires - NDT], peut parcourir les quelque 600 kilomètres qui séparent les deux métropoles en un peu moins de quatre heures. Les six liaisons sont exploités par la rotation de trois rames d'ICE3.

Selon l'association de défense des voyageurs d'affaires VDR, cette évolution de l'offre n'est pas le seul élément qui facilite le voyage en train. L'association a eu vent d'augmentations des prix du billet d'avion qui peuvent aller jusqu'à 50 %, en particulier sur les liaisons où la société Air Berlin, aujourd'hui en liquidation, faisait concurrence à la Lufthansa. La Deutsche Bahn avait d'ores et déjà fait savoir, avant la faillite, qu'il était moins cher de prendre le train que de prendre l'avion pour quiconque réservait sa place très à l'avance. Enfin, on peut travailler dans le train plus facilement, et plus tôt dans la journée.

Bien cordialement,

Vincent Doumayrou,
auteur de La Fracture ferroviaire, pourquoi le TGV ne sauvera pas le chemin de fer,
Préface de Georges Ribeill. Les Éditions de l'Atelier, Ivry-sur-Seine, 2007.

=-=-=-

Vous trouvez les éléments de ce billet intéressants voire utiles, vous en approuvez le propos ? Faites-le suivre à vos ami(e)s, parents, connaissances, collègues, confrères et consœurs...
Ce blog se veut écocitoyen. Par conséquent, il n'utilise de photos qu'à la marge, et uniquement en format réduit. Les billets sont supprimés au bout d'une durée maximale de deux ans, à moins de présenter un intérêt particulier.
=-=-=-

Pour me contacter : vincent-doumayrou{a}laposte.net
Pour m’écouter gazouiller (photo de fond personnelle) : Compte Twitter
=-=-=-

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.