Petite piqûre de rappel concernant ces 11 vaccins obligatoires !

On le sait, depuis le 1er janvier, 11 vaccins ont été déclarés obligatoires par la ministre de la santé. Dit comme ça, ça peut nous énerver, parce qu'on est des gens libres de faire qu'est-ce qu'on veut et que c'est pas ce vilain gouvernement qui va nous obliger à aller au docteur nous faire des piqûres non mais sans blagues !

Voilà la petite liste :

En plus des 3 vaccins actuellement obligatoires :

la diphtérie,
le tétanos
la poliomyélite

on ajoute :
l’haemophilius influenzae B (bactérie provoquant notamment des pneumopathies et des méningites),
la coqueluche,
l’hépatite B,
la rougeole,
les oreillons,
la rubéole,
le méningocoque C (bactérie provoquant des méningites),
le pneumocoque (bactérie provoquant notamment des pneumopathies et des méningites)

Pourquoi 11 ?

D’abord que les parents ne s’inquiètent pas ! le bébé ne va pas se retrouver d’un seul coup avec le bras criblé de 11 trous comme du gruyère (ou de l’emmental, je sais plus).

On le sait, on fait maintenant plusieurs vaccins avec une seule piqûre. Pour les trois obligatoires, une seule piqûre suffit. Pour ces 11 vaccins et leur rappel, on comptera donc 10 piqûres à répartir sur 2 ans.

Si des vaccins sont devenus obligatoires, c'est parce que les maladies concernées ont été pendant longtemps des fléaux à éradiquer en vaccinant la majorité de la population. La plupart de ces vaccins sont devenus non obligatoires, car le gouvernement pensait logiquement qu'un vaccin protégeant d'une maladie mortelle, et de surcroit remboursé par la sécu, serait accepté.

Seulement voilà, une forte méfiance envers les vaccins augmente ces dernières années. On doute sur les discours du ministère de la santé, on doute sur les sociétés pharmaceutiques et par extension, on doute sur la science. Résultats, le nombre d'enfants vaccinés diminue, obligeant l'état à créer des obligations, alimentant la suspicion.

Je vais insister sur ce point : les vaccins non-obligatoire préviennent de maladies tout aussi dangereuses et mortelles ; s'ils n'étaient plus obligatoires, c'était pour des raisons pratiques, pour que l'état ne soit pas tenu responsable en cas de problèmes de pénurie ou autre.

J'ajoute qu'il y a une hausse de non-vaccination qui entraîne un retour peu à peu de maladies que l'on croyait disparues (rougeole, coqueluche, oreillons…) c'est un cercle vicieux, plus on refuse de se vacciner, plus les maladies reviennent et plus la liste des vaccins obligatoires va augmenter.

Oui, mais il y a du titane, de la silice, de l’aluminium…

Tout cela s'appelle des adjuvants. Pour expliquer à quoi ça sert, rappelons rapidement le principe du vaccin : on injecte un mini virus très affaibli qui va provoquer une mini-infection pour faire réagir le système immunitaire ; celui-ci l’identifie une première fois et pourra ainsi agir rapidement en cas d’une infection plus importante. Je précise bien que là, le virus est vivant (vaccin vivant atténué).

Le problème c’est qu’on ne peut pas créer de vaccin vivant pour toutes les maladies dangereuses, car même affaibli, le virus présente des risques ; alors on utilise un virus « mort » (vaccin inerte) mais comme celui-ci ne présente aucun danger, le système immunitaire est moins stimulé et il faut faire des piqûres de rappel.

Pour en revenir aux adjuvants, cela concerne des maladies comme le tétanos ou la diphtérie qui produisent des toxines, pour les neutraliser, il faut injecter une « anatoxine » , mais celle-ci est trop purifiée et donc indécelable par le système immunitaire qui doit détecter une forme d’agression. Alors on s’est mis à chercher des adjuvants afin de créer une petite inflammation pour stimuler le système immunitaire.

Il faut donc bien retenir que tous ces adjuvants provoquent des infections (mais toutes petites).

Malheureusement pour une minorité de cas, ces infections tournent mal et peuvent avoir de graves conséquences (syndrome auto-immunitaire/inflammatoire induit par les adjuvants). En gros, le système immunitaire va produire des anticorps pour des constituants inoffensifs de notre organisme qui sont proches de l’infection, cela s’appelle des maladies auto-immunes.

Nous sommes finalement dans une problématique ou il faut traiter des cas si rares, qu’il est même difficile d’en faire un relevé statistique. De plus, il y a un véritable tabou qui se développe quant aux recherches qui apportent une contradiction à l’utilisation d’aluminium comme adjuvant. Cela n’empêche pas les chercheurs de continuer les études sur les effets secondaires, elles sont longues, car les cas sont (je me répète) rares (et c’est tant mieux !). Il faut comprendre que le risque zéro n’existe pas, que ce soit en prenant un train, un bain ou une bière. Mais le risque d’allergie face à un vaccin est très très faible. Si faible que ça n’aurait aucun sens de vouloir en protéger son enfant en l’exposant en même temps à 6 maladies très graves.

Bien sûr, comme pour tout traitement, le risque zéro n'existe pas, comme pour le train, l'avion ; il peut y avoir un risque que votre ceinture de sécurité soit défectueuse, est-ce pour cela que vous n'allez plus la mettre ?

Mais moi j'ai pas envie de me faire vacciner !

C'est vrai ! Pourquoi forcer au vaccin ? C'est comme un vegan qui ne veut pas manger de la viande, on ne va pas le forcer, si ?

Si la non-vaccination ne concernait que la personne qui refuse, il n'y aurait pas une campagne aussi poussée. Non, le problème c'est que se faire vacciner a aussi une conséquence au niveau de la santé publique, pour faire simple, plus il y a de personnes vaccinées autour de moi, moins il y a de risque qu'une maladie se propage et m'infecte, même si je ne suis pas vacciné. Cela fait partie des avantage d'une couverture vaccinale large. Non, ce n'est pas la prise en charge financière des vaccins, mais la proportion de personnes vaccinées dans une population.

Et pourquoi faudrait-il te faire confiance ?

Il ne faut pas ! Enfin si mais...je ne suis pas médecin, mon avis se base sur de la recherches d'articles et autres textes publiés par des professionnels de la santé, mais je me suis peut-être mélangé les pinceaux dans certains points. Je cherche à attirer l'attention et à faire réfléchir. C'est pour ça que je galère bien plus que des antivax, j'essaie de trouver des informations justes alors qu'ils ne cherchent qu'à jouer sur les émotions. Leurs arguments sont du même type que pour les conspirationnistes, et tout ceux qui diffusent des fakes news, dont je préparerais prochainement un article dessus.

La vaccination est un sujet pointu ( Pour cette blague je n’ai même pas fais exprès !) demandez l’avis de votre médecin traitant auquel, je suppose, vous avez une certaine confiance (sinon on a toujours l'avis de Michel Cymes, Tout le monde l'aime bien lui non ?…)

Autres ressources sur le sujet

il s’agit d’une vulgarisation faites comme si l’on expliquait à un enfant (sans pour autant que ce soit infantile.

  • Cet excellent article : http://menace-theoriste.fr/reponse-maman-antivax/

Vous aurez toutes les explications sur la manière que procèdent les antivax et des infos concrètes sur l'importance des vaccins.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.