Oiseauptimiste

Le fantôme sur la grève ne peut pas s'endormir
Il scrute là bas au loin, les petits, les balaises
Qui rejettent le hasard, veulent à tout prix choisir
Et décident de leur mort en bravant la falaise.

Lui n'a pas eu le choix, trop chères pour la sécu
Elles seraient mieux en bas, à nourrir les mouettes
Ses métastases au foie, ses tumeurs mal vécues
Que dans un hôpital, déjà criblé de dettes.

Et dans un bel élan de grande charité
Toute ses meilleurs amis, ceux sur qui il comptait
Ont prêté leurs bras forts, à ce destin forcé
Mais contre toute attente le cancéreux flottait.

Maintenant il espère en sauver un comme lui
Qui au contact du vide s'était mis à voler
Pour juste le prévenir qu'il aimerait avoir fui
Car dès la fin septembre, des chasseurs l'ont buté.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.