Vincent Rigoulet
Ancien journaliste, professeur des écoles, agronome amateur
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

1 Éditions

Billet de blog 15 juin 2019

Vincent Rigoulet
Ancien journaliste, professeur des écoles, agronome amateur
Abonné·e de Mediapart

Comment diviser par 2 nos émissions de CO2 ? En viralisant la question pour commencer

(Im)poser le problème de notre temps, suite. Pour nous sauver du désastre climatique, retour sur la stratégie des questions-qui-tuent, et interview imaginaire à l'appui.

Vincent Rigoulet
Ancien journaliste, professeur des écoles, agronome amateur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Comme quoi tout est affaire de mots. Certains amis n'ont pas bien perçu l'apport stratégique du billet (Im)poser le problème de notre temps. Comme ce sont des personnes intelligentes, j'en déduis que je me suis mal exprimé. Non, ce n'était pas le contenu qui importait. Oui, je sais qu'il n'y a rien de révolutionnaire à dire : "pour nous éviter de très très gros ennuis, il faut limiter le réchauffement à +1,5 degré. Pour cela, il faut réduire nos émissions de CO2 de moitié d'ici 2030, et il faut commencer dès maintenant." Rien de bien original, puisque c'est le GIEC qui l'affirme, dans son dernier rapport de 2018. La nouveauté réside, me semble-t-il, dans la manière de poser, d'imposer le problème à nos responsables politiques, mais aussi aux grands acteurs économiques et à la société civile.

Repartons du constat qu'il n'y a pas de bonnes réponses à une question non ou mal posée. Tant que nous n'aurons pas un objectif général fermement enraciné dans le débat public, soit la nécessaire réduction de moitié des émissions en 10 ans, nous ne sortirons pas des discours vagues et des propositions dispersées par secteurs, à mille lieues de l'enjeu : quelques mesures/millions par ci pour les mobilités douces, quelques annonces par là pour la rénovation énergétique des bâtiments, etc... sans aucune évaluation possible des progrès accomplis en direction du grand but. Bref, pour mesurer l'efficacité des réponses apportées, il faut imposer ce cap, ce sommet à atteindre, par une série de questions-qui-tuent, qui acculent, empêchent toute esquive, dérobade, noyade de poisson et autre bottage en touche habituel.

Pournoussauver#10anspourdiviserpar2lesémissions#Quelplan?

Cela demeure abstrait ? Alors imaginons l'interview-type suivante, où chaque journaliste poserait cet enchaînement de questions à chacun de ses invités :

Le/la journaliste : "Reconnaissez-vous la validité des travaux du GIEC ?

Le/la responsable politique : - Oui, bien évidemment ! (C'est notre chance. Nous ne sommes pas aux États-Unis, avec un climato-sceptique à la tête du pays. L'ensemble de notre classe politique accepte les conclusions du GIEC.)

Le/la journaliste : - Bien. Donc vous êtes d'accord quand le GIEC nous dit que nous devons limiter le réchauffement à +1,5°C si nous voulons éviter des conséquences dramatiques pour la planète et nous-mêmes ?"

Le/la responsable politique, embarrassé(e), flairant la question-piège : - Euh oui, tout à fait. Nous l'avons même reconnu dans les engagements de l'accord de Paris.

Le/la journaliste : - Êtes-vous aussi d'accord avec le GIEC lorsqu'il affirme que pour limiter le réchauffement à +1,5°C, il nous faut diviser par deux nos émissions de CO2 d'ici 2030, et commencer dès maintenant ?

Le/la responsable politique, sentant le piège se refermer : - Si le GIEC le dit, cela doit être vrai, nous acceptons les conclusions du GIEC, je vous l'ai déjà dit. 

Le/la Journaliste : - Alors je vous pose la question suivante : "Quel est votre plan pour réduire les émissions de CO2 de moitié en 10 ans, puisque vous venez de reconnaitre que c'est le seul moyen d'éviter des désastres humains et écologiques incalculables ?

Le/la responsable politique, sans aucun plan dans sa manche, ni nulle part d'ailleurs : - Eh bien nous y travaillons, mais cela doit être l'affaire de tous, et nous allons engager une vaste réflexion avec la société civile, les ONG et tous ceux prêts à nous aider pour répondre à ce défi colossal, sans précédent dans l'histoire de l'humanité blablabla...

Le/la Journaliste, pugnace : - Très bien. Donc à ce jour, nous sommes bien d'accord, vous n'avez aucun plan pour atteindre cet objectif de réduction de 50% des émissions en 10 ans. Nous vous reposerons donc la question lors de notre prochaine rencontre. Je vous remercie."  

Bien évidemment tout cela suppose un monde médiatique idéal, où les journalistes poseraient les questions qui fâchent, puis les reposeraient encore et encore, jusqu'à obtenir des réponses valables. Soit. Alors nous pourrions aussi TOUS nous mettre à tweeter ou facebooker :

Pournoussauver#10anspourdiviserpar2lesémissions#Quelplan?

Ou si vous avez de meilleures idées de formulation, proposez, participez. C'est le lieu !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexistes et sexuelles
Le youtubeur Léo Grasset visé par une enquête pour viol
Selon nos informations, une étudiante a déposé plainte à Paris. Elle accuse de « viol » le célèbre vulgarisateur scientifique et youtubeur, déjà visé par une enquête préliminaire pour « harcèlement sexuel ». De nouveaux témoignages font état de « problèmes de respect du consentement », mais également d’« emprise ».
par Sophie Boutboul et Lénaïg Bredoux
Journal — Asie et Océanie
Xi Jinping, le pompier pyromane
L’atelier du monde est au bout du rouleau et dans toute la Chine, des protestations réclament la fin des mesures draconiennes de contrôle social décidées au nom de la lutte contre le Covid. Le numéro un chinois est pris au piège de sa politique autoritaire.
par François Bougon
Journal — Transparence et probité
Le n°2 de l’Élysée, Alexis Kohler, s’enferre dans le déni face aux juges
Mis en examen pour « prise illégale d’intérêts » en septembre, le secrétaire général de l’Élysée se voit reprocher « sa participation » comme haut fonctionnaire, entre 2009 et 2016, à des décisions touchant le groupe MSC, lié à sa famille. Lors de son interrogatoire, il s’est dit « choqué » que « son intégrité » soit mise en cause.
par Martine Orange
Journal
Soupçons de fraude fiscale : la justice saisie du cas de l’ex-ministre Caroline Cayeux
La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) a fait savoir mardi qu’elle avait signalé au parquet de Paris le cas de Caroline Cayeux, ministre démissionnaire du gouvernement, soupçonnée d’évaluation mensongère de son patrimoine et de fraude fiscale.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Révolution kurde en Iran ? Genèse d’un mouvement révolutionnaire
Retour sur la révolte en Iran et surtout au Rojhelat (Kurdistan de l’Est, Ouest de l’Iran) qui a initié le mouvement et qui est réprimé violemment par le régime iranien dernièrement (plus de 40 morts en quelques jours). Pourquoi ? Voici les faits.
par Front de Libération Décolonial
Billet de blog
Voix d'Iran : la question du mariage forcé (et du viol) en prison
Ce texte est une réponse à la question que j'ai relayée à plusieurs de mes proches, concernant les rumeurs de mariages forcés (suivis de viols) des jeunes filles condamnées à mort.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma
Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan