VincentCrouzet
Écrivain
Abonné·e de Mediapart

20 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 févr. 2018

VincentCrouzet
Écrivain
Abonné·e de Mediapart

L'ombre d'AREVA sur l'avenir de la SNCF

Les pouvoirs publics sont-ils donc amnésiques au point d'avoir confié le rapport sur l'avenir de la SNCF à l'un des anciens dirigeants d'AREVA ?

VincentCrouzet
Écrivain
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les pouvoirs publics sont-ils donc amnésiques au point d'avoir confié le rapport sur l'avenir de la SNCF à l'un des anciens dirigeants d'AREVA ?

Depuis quelques jours, le nom de Jean-Cyril Spinetta est associé à celui d'Air France, la compagnie qu'il a dirigé, mais on masque systématiquement ses anciennes responsablités chez AREVA. Pourtant Jean-Cyril Spinetta ne peut pas ne pas assumer son rôle d'ancien président du Conseil de Surveillance d'AREVA de 2009 à 2013, quatre années au cours desquelles les errances de ses dirigeants ont conduit la compagnie publique vers le désastre que l'on connaît. Ce n'est pas moi qui l'affirme, c'est le ministre de l'Économie et des Finances, Bruno Le Maire, qui l'assénait le 12 juillet dernier devant les commissions des finances de l'Assemblée Nationale et du Sénat : "La gestion d'AREVA, depuis quelques années est un véritable scandale républicain. Ce n'est même pas de l'impéritie ou de la mauvaise gestion, c'est de la dissimulation systématique. Je trouve cela proprement révoltant.". Le président Spinetta pourrait aujourd'hui arguer, que, malgré ses responsabilités claires de garant de la gestion de la compagnie, il n'était pas en possession de toutes les informations sensibles concernant les dossiers fâcheux. Et chacun peut se tromper. Mais, un an après son départ d'AREVA, il volait cependant en mai 2014 au secours d'Anne Lauvergeon mise en difficulté par l'ouverture d'une enquête préliminaire sur l'affaire UraMin. Le 21 mai 2014, Jean-Cyril Spinetta, devant la fine fleur de la presse économique française, déclarait en conférence de presse : "Si j'avais été en situation de responsabilité, oui, j'aurais acheté UraMin". Le problème est qu'aujourd'hui, en dehors d'Anne Lauvergeon, il ne fait plus aucun débat sur la valeur des trois gisements acquis par AREVA en 2007 pour 1,8 milliard d'euros, gisements jamais exploités depuis lors. On rappellera qu'aujourd'hui le groupe AREVA, hier fleuron de notre industrie nucléaire, a été depuis lors piteusement demantelé.

Comment alors comprendre que l'on puisse encore confier à Jean-Cyril Spinetta la responsabilité d'un rapport sur l'avenir d'une autre compagnie publique, la SNCF, qui concerne chacun d'entre nous ? Je n'entends pas porter un jugement péremptoire sur Jean-Cyril Spinetta qui a exercé d'autres responsabilités dans le passé, au service du pays.  Mais la captation des responsabilités et des décisions dans les mains de la toujours même oligarchie, jamais sanctionnée pour ses échecs, peut apparaître stupéfiante. À l'heure où se joue l'avenir de la SNCF, c'est un débat citoyen, qui mérite pleinement d'être ouvert.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Services publics
RER B : voyage sur la ligne qui déraille
Le RER B est la deuxième ligne de train la plus chargée d’Europe, et pourtant elle souffre de nombreuses tares : quatre terminus, un tunnel partagé avec le RER D et, surtout, un sous-investissement chronique de la part de la région et de l’État. Les usagers souffrent, les conducteurs aussi.
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
Étrangers sous OQTF : la justice recadre la préfecture de Seine-Maritime
Le tribunal administratif de Rouen vient de débouter la préfecture qui demandait aux gestionnaires de centres d’hébergement d’urgence d’exclure de leur dispositif « insertion » les étrangers en situation irrégulière faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire exécutoire. Une décision qui vient contredire les circulaires et les récents engagements du ministère de l’intérieur.
par Manuel Sanson
Journal
La précarité étudiante s’enracine et le gouvernement répond à côté
Le gouvernement vient de débloquer 10 millions d’euros pour soutenir les associations qui agissent en faveur des étudiants précaires. Seulement, les principaux acteurs considèrent que la réponse est insuffisante et attendent des mesures structurelles pour endiguer la pauvreté des étudiants.
par Faïza Zerouala
Journal — Europe
À Mykolaïv, les morts hantent civils et militaires
La ville de Mykolaïv subit depuis des mois le manque d’eau potable et les coupures d’électricité. La région a été bombardée sans relâche par l’armée russe jusqu’à la mi-novembre 2022 et plus de la moitié des habitants a quitté les lieux. Civils et militaires restés sur place racontent leur « cauchemar ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez
Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid
Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes
Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement