VincentCrouzet
Écrivain
Abonné·e de Mediapart

20 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 févr. 2018

L'ombre d'AREVA sur l'avenir de la SNCF

Les pouvoirs publics sont-ils donc amnésiques au point d'avoir confié le rapport sur l'avenir de la SNCF à l'un des anciens dirigeants d'AREVA ?

VincentCrouzet
Écrivain
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les pouvoirs publics sont-ils donc amnésiques au point d'avoir confié le rapport sur l'avenir de la SNCF à l'un des anciens dirigeants d'AREVA ?

Depuis quelques jours, le nom de Jean-Cyril Spinetta est associé à celui d'Air France, la compagnie qu'il a dirigé, mais on masque systématiquement ses anciennes responsablités chez AREVA. Pourtant Jean-Cyril Spinetta ne peut pas ne pas assumer son rôle d'ancien président du Conseil de Surveillance d'AREVA de 2009 à 2013, quatre années au cours desquelles les errances de ses dirigeants ont conduit la compagnie publique vers le désastre que l'on connaît. Ce n'est pas moi qui l'affirme, c'est le ministre de l'Économie et des Finances, Bruno Le Maire, qui l'assénait le 12 juillet dernier devant les commissions des finances de l'Assemblée Nationale et du Sénat : "La gestion d'AREVA, depuis quelques années est un véritable scandale républicain. Ce n'est même pas de l'impéritie ou de la mauvaise gestion, c'est de la dissimulation systématique. Je trouve cela proprement révoltant.". Le président Spinetta pourrait aujourd'hui arguer, que, malgré ses responsabilités claires de garant de la gestion de la compagnie, il n'était pas en possession de toutes les informations sensibles concernant les dossiers fâcheux. Et chacun peut se tromper. Mais, un an après son départ d'AREVA, il volait cependant en mai 2014 au secours d'Anne Lauvergeon mise en difficulté par l'ouverture d'une enquête préliminaire sur l'affaire UraMin. Le 21 mai 2014, Jean-Cyril Spinetta, devant la fine fleur de la presse économique française, déclarait en conférence de presse : "Si j'avais été en situation de responsabilité, oui, j'aurais acheté UraMin". Le problème est qu'aujourd'hui, en dehors d'Anne Lauvergeon, il ne fait plus aucun débat sur la valeur des trois gisements acquis par AREVA en 2007 pour 1,8 milliard d'euros, gisements jamais exploités depuis lors. On rappellera qu'aujourd'hui le groupe AREVA, hier fleuron de notre industrie nucléaire, a été depuis lors piteusement demantelé.

Comment alors comprendre que l'on puisse encore confier à Jean-Cyril Spinetta la responsabilité d'un rapport sur l'avenir d'une autre compagnie publique, la SNCF, qui concerne chacun d'entre nous ? Je n'entends pas porter un jugement péremptoire sur Jean-Cyril Spinetta qui a exercé d'autres responsabilités dans le passé, au service du pays.  Mais la captation des responsabilités et des décisions dans les mains de la toujours même oligarchie, jamais sanctionnée pour ses échecs, peut apparaître stupéfiante. À l'heure où se joue l'avenir de la SNCF, c'est un débat citoyen, qui mérite pleinement d'être ouvert.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch