Candide ?

Ecoeuré par la dépublication de l'un de mes commentaires approuvant l'insulte d'un gilet jaune à l'encontre de Finkelkraut, j'avais il y a quelques temps envisagé d'arrêter ce blog Vingtras ; ne s'était-il pas conclu avec les "72 Immortelles" ? Mais, devant un grand nombre de protestations, j'ai décidé de continuer tout en sachant que mes billets seraient dorénavant, probablement ignorés...

...et c'est ce qui est arrivé, dimanche dernier, avec mon coup de gueule à propos de l'imposture Sarkozy/Macron au plateau des Glières, devant un monument érigé en hommage à l'esprit de Résistance qui est l'oeuvre du sculpteur anarchiste Emile Gilioli : malgré deux alertes envoyées à la rédaction et plus de cinquante recommandations d'abonnés en faveur de ce billet, notre journal en ligne est resté silencieux !

Tel est probablement le résultat de cette guérilla infantile qui oppose artificiellement les abonnés aux journalistes, de ceux qui râlent à ceux qui comprennent et analysent : le score de ce match débile déprécie Mediapart et obère son insolente originalité.

Je sais bien que Mediapart n'est pas "Le cri du peuple" mais je déplore l'intransigeance et la raideurs journalistiques à une époque où on a un vital besoin de convivialité politique, de sensibilité sociale et de fraternité humaine.

L'imposture des Glières est symptomatique de ce qui nous attend : les foucades du Caligula de l'Elysée qui nous feront paraître anodines les turpitudes de Sarkozy...et probablement amères les bonnes blagues de Hollande.

Depuis le sinistre passage d'Adolphe Thiers à la tête du pays, la bourgeoisie d'affaires et les oligarchies financières n'avaient pas réussi à trouver un homme-lige aussi convenable que ce jeune muscadin diplômé portant beau le cynisme bien-pensant, et caracolant avec l'arrogance des nantis !

Danger ! la république bourgeoise est en train de virer à l'autocratie impériale, avec la coloration d'un "progressisme" de caniveau.

On ne peut plus se contenter de disserter sur le sexe des anges. 

Celui de Gilioli a une aile brisée, mais il espère...

NB/ en attendant on peut lire "Crépuscule" de Juan Branco

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.