Le muguet du mépris

Les événements qui ont été dénoncés par le pouvoir en place comme étant "l' attaque d'un hôpital public" resteront désormais dans l'histoire du quinquennat macronien comme étant le "syndrome de la Salpêtrière"...

...c'est à dire l' effrayant spectacle d' un grand moment d'intolérable vérité où tous les fantoches de cette république bourgeoise ont montré ostensiblement leur mépris sinon leur haine de "la France d'en bas", de cette canaille insupportable qui n'en finit plus de proclamer son droit de survivre !

Partie d'une déclaration intempestive d'un ministre de l'Intérieur dont les nerfs ont lâché, l'odieuse rumeur s'est immédiatement répandue dans la classe politique macronienne et dans toute la droite jusqu'à atteindre le fantoche-en-chef, l'inénarrable Edouard Philippe, dont les discours constitueront sans doute une anthologie des gaffes, des lapsus et des qui-pro-quos...

Braves gens, voyez à quel point ces gilets jaunes sont dangereux : ils n'hésitent pas à prendre d'assaut un hôpital public afin d'aller y égorger les patients en réanimation ! Ce sont des bêtes putrides et sauvages ! Et les commentateurs de la presse aux ordres de répandre des tombereaux de haine, à l'instar des journalistes versaillais en 1871 à l'encontre des Communeux !...

Parfaitement disproportionnée et totalement erronée, cette réaction collective est en fait un révélateur : elle indique le degré de mépris des classes dominantes vis à vis des petites gens, vis à vis du monde laborieux et souffrant.

Où est donc la démocratie apaisée et la France unie que nous promettait le muscadin de l'Elysée ?

Et comme le calendrier fait parfois des clins d'oeil, c'est précisément dans le sillage du mensonge de la Salpêtrière que la télévision de service public a ouvert largement ses antennes à deux bateleurs, notoirement monarchistes*, pour venir nous raconter...la Révolution française !

Ainsi tous les espoirs sont permis, et nous aurons probablement bientôt une histoire de la Commune de Paris par Zemmour ou par Ciotti et, pourquoi pas ?, un réquisitoire de Jean-Marie Le Pen portant sur la trahison du capitaine Alfred Dreyfus ...

Mais chacun sait que le temps du muguet précède le temps des cerises.

* Bern et Deutsch

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.