Désertique

Il était pour moi comme un frère ce franco-algérien, touareg né aux limites du Sahara, à Tamanrasset, sur les terres du Père de Foucauld, il avait fait un parcours chaotique dans le cinéma, étant producteur et parfois réalisateur ; nous nous étions rencontrés à l'occasion de mon film «Dreyfus ou l'intolérable vérité», et, nous étions devenus des amis de coeur et de convictions...

Il s'appelait (Mohammed) Jean-Claude Patrice et avait co-produit notamment mon film "La prise du pouvoir par Philippe Pétain", dont des extraits seront présentés samedi 17 novembre au prochain Colloque Henri Guillemin à l'Ecole Normale Supérieure.

Durant ces quarante-quatre ans d'une relation amicale qui ne fût pas sans nuages*, nous avons participé ensemble au démarrage de la chaîne ARTE qui se nommait la SEPT avec une série historique dont l'ambition était une relecture de la deuxième guerre mondiale du point de vue féminin**, puis nous avons été à l'origine d'innombrables projets documentaires.

Mais Jean-Claude fut surtout un producteur courageux et souvent téméraire, avec Yves Boisset, Daniel Moosman, Juliette Berto et Abdellatif Kéchiche, prenant parfois des risques inutiles comme avec le film de Sergio Gobbi "L'affaire" qui l'a contraint à déposer le bilan de sa société Auramax.

Il était aussi un poète, auteur de chansons dont certaines furent écrites pour Christine Sèvres, l'épouse de Jean Ferrat.

Et il s'était retiré là "où la montagne est belle", c'est à dire en Ardèche ; il vient de s'éteindre à Aubenas.

A la recherche d'un vecteur d'expression, nous nous étions tous les deux abonnés à Mediapart en 2009 ; il y écrivait un blog sous le pseudonyme de Désertique.

Il était naturellement partie prenante de ma réflexion politique et de mon activité militante ; par ailleurs, il occupait une place privilégiée dans ma vie affective...Bref c'était un véritable ami !

Mon chagrin est incommensurable. 

J'adresse à Françoise Rigal son ex-épouse, ainsi qu'à ses deux filles, et à ses trois fils issus d'une première union

mes condoléances les plus sincères.

* il était socialiste...(il avait été à Solférino, dans les années 80, secrétaire de la section du spectacle)

** "Femmes dans la guerre" de Guylaine Guidez (5 x 55')

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.