L'essentiel invisible ?

"Si l'essentiel est d'habitude invisible, ce n'est pas parce qu'il est caché, mais qu'il est à la vue de tout un chacun" (Javier Cercas, "Le monarque des ombres")

Je ne peux m'empêcher de rapprocher cette citation de l'excellent auteur catalan Javier Cercas de ce qu'a écrit Antoine de Saint-Exupéry dans "Le petit Prince" : "On ne voit bien que par le coeur. L'essentiel est invisible pour les yeux."

C'est pourquoi j'ai tenu à sous-titrer le volume n°2 des "72 Immortelles" par cette phrase qui va sans aucun doute faire réagir toutes celles et tous ceux qui pensent que l'histoire doit être "objective" et "impartiale" : "un regard neuf et affectueux pour la juste mémoire de la Commune 1871".

Car cette "nouvelle lecture" (comme j'aurais du le dire afin de rester dans les normes universitaires) a été précédée d'une relation exhaustive des faits ainsi que de l'agitation des opinions et des sentiments, du 18 mars au 28 mai 1871, par un éphéméride issu des archives officielles et privées tant et si bien que l'analyse historienne peut s'exercer et se déployer avec la probabilité d'une bonne certitude.

Ainsi ai-je pu me rendre compte de la véracité anarchisante de la doxa communeuse, qui ayant été ressentie comme telle par la bourgeoisie et le pouvoir versaillais, expliquerait la férocité et la barbarie extrêmes de la "Semaine sanglante".

Puis, le temps est passé, l'oubli a induit l'amnésie de l'opinion publique, et la IIIe République, soucieuse de mettre sur pieds un régime favorable aux classes dominantes sous le paravent de la "république", a spéculé sur le rêve colonial initié par Jules Ferry, dans un monde gagné par la frénésie du progrès technologique au service du grand capital sous le masque de toute une panoplie de faux-semblants.

Aujourd'hui où apparaissent de plus en plus nettement les failles de cette "démocratie en peau de lapin" (je l'ai même baptisée démocraleurre dans des billets précédents) la réaction populaire engendre un phénomène populiste qui pourrait devenir dangereux s'il continue à être cajolé et amplifié par les grosses caisses médiatiques...

Oui, l'essentiel est à la vue de tout un chacun : c'est l'injustice, l'intolérance, la haine des autres.

Il faut les combattre, avec acharnement !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.