Sectarisme et nombrilisme, les deux fléaux de la démocratie

Selon les enquêtes d'opinion, le deuxième tour de l'élection présidentielle de 2022 serait un remake de celle que nous avons connue en 2017, c'est à dire un face à face entre Macron et Le Pen : la peste ou le choléra ?

Cette situation absurde, qui fait du vainqueur un Président élu par défaut puisqu'il ne représente véritablement qu'une minorité du corps électoral, est un poison pour la démocratie, et ne peut induire que désabusement, colère ou révolte...

Ce mal-être citoyen semble consubstantiel à la Ve République dont les institutions ne correspondent absolument plus aux diverses mutations de géographie humaine qui marquent désormais notre pays*.

Compte tenu des rigidités électorales acquises et qui la favorisent, je ne crois pas que la bourgeoisie régnante franchira le pas de la réforme constitutionnelle pour qu'il en soit autrement ; au mieux, elle lâchera un peu de lest pour instiller un peu de proportionnelle dans les consultations tout en mettant son veto à toute tentative de démocratie directe, et en particulier celle qui pourrait instaurer le référendum d'initiative citoyenne.

Nous sommes donc dans un cul-de-sac. Puisqu'il est dans l'impossibilité de se renouveler, le régime républicain se met curieusement à ressembler à la monarchie ou à l'empire en tournant délibérément le dos aux principes de la gouvernance démocratique chers à Alexis de Tocqueville.

Alors que faudrait-il faire pour lézarder ou abattre ce mur de l'autocratie incrustée dans la légalité pseudo-républicaine ?

Comme nous sommes dans le "pays du bon sens", la réponse affleure immédiatement : l'union.

Mais comment la réaliser dans une "France d'en bas" qui est divisée, compartimentée, balkanisée...et qui n'a plus aucune confiance dans les organisations censées la représenter ?

L'émergence des Gilets jaunes est probablement le signe précurseur d'une lame de fond qui va remettre à sa juste place la lutte des classes, un essentiel moteur de l'histoire humaine dont le vent collectif purificateur éradiquera tout sectarisme** et tout nombrilisme...

"Ceux qui vivent, ce sont ceux qui luttent"

* cf "La France périphérique" de Christophe Guilluy

** cf mon billet précédent où un commentateur refuse de considérer le bien-fondé de l'analyse historique d'Annie Lacroix-Riz en lui faisant le reproche d'avoir été "stalinienne" alors que tous les communistes (y compris moi-même lorsque j'étais adolescent) ont été "staliniens" pour rendre un juste hommage à l'un des principaux artisans de l'écrasement du fascisme hitlérien !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.