"Vivre et en finir avec le mépris de la vie" (5)

Suite du nouveau texte inédit de Raoul Vaneigem

"MISER SUR L'AUTONOMIE INDIVIDUELLE ET COLLECTIVE

Oui, je fais confiance à cette intelligence sensible qui fut si longtemps occultée et discréditée par l'intelligence intellectuelle. Comme le révèle l'effritement progressif de la pyramide hiérarchique, l'intellectuel n'a jamais été que l'instrument de la classe supérieure, l'esprit du maître régnant sur le corps et sur les parties inférieures de la société.

Sa fonction dirigeante s'exerce jusque dans la corrosion critique dont il infeste le vieux monde pour lequel il travaille. Le mépris dont il a accablé dès sa naissance, en France, ce mouvement de "rustauds incultes et incontrôlables" que sont censés rester les gilets jaunes, est révélateur du malaise qui le ronge. Tandis qu'une part de l'homo intellectualensis tente de rattraper sa bévue initiale et de se faire pardonner en agitant le drapeau mité des "convergences de luttes", la part de la conscience en éveil dévoile en lui, comme en chacun de nous, le drame de la pensée séparée de la vie, de l'abstraction qui nous exile de notre substance vivante. Car l'intellectualité est une tare aussi commune à tous et à toutes que la division du travail et l'invariable statut d'exploité et d'exploiteur.

Quand j'appelle au retour du vivant, à l'unité du moi et du monde, c'est cette part de conscience que j'évoque, car elle participe du devenir humain et elle a de tous temps été la lumière qui nous guidait.

La conscience humaine est ce fond de pensée universelle qui est la réalité la mieux partagée et la plus refoulée de notre histoire. Ce qui la frappait d'interdit se délite, ce qui va l'embraser - voire l'illuminer, à tous les sens du terme - n'est guère plus qu'une étincelle, mais elle ne s'éteint pas. Dès lors, pourquoi ne pas miser sur la combustion qui brasille au coeur de nos désirs ?

La renaissance de la terre et du corps fait partie de mes rêves. J'en revendique la folie subjective. Je m'autorise à en vouloir réaliser les desseins, tant se multiplient en nous et autour de nous les jeux du possible et de l'impossible.

Les militants de l'espérance et de la désespérance sont fondés, j'en conviens, à taxer d'optimisme, de chimère, de fantasme, nombre de mes idées qui contribueraient à les nourrir s'ils ne les ingéraient pas comme une pure tambouille intellectuelle.

L'éveil du vivant est une menace pour les petits marquis de l'idéologie. Les coups de pied au cul décochés au Pouvoir les atteignent au fondement."

(à suivre)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.